Chaque fois que je parle de web écologique et de la réduction des émissions de carbone des sites Web, les gens me regardent souvent d’un air vide avant de me demander si les sites Web produisent ou non des émissions de carbone.

Nous avons tendance à penser qu’Internet est propre et immatériel. Il y a eu un grand mouvement en faveur des services en ligne, non seulement pour améliorer l’efficacité et l’expérience de l’utilisateur, mais aussi pour réduire la consommation de ressources et l’impact sur l’environnement. Cependant, il y a de plus en plus de preuves que l’Internet a un impact environnemental très réel, même si nous ne pouvons pas le voir.

Internet a un impact environnemental très réel, même si nous ne le voyons pas. 🌎 Cliquez pour Tweet

La consommation d’énergie et les émissions provenant d’Internet sont énormes. L’électricité est l’élément vital de l’Internet, utilisé pour alimenter les centres de données, les réseaux de télécommunications et les appareils que nous utilisons pour naviguer sur le Web. Au total, l’Internet mondial consomme plus d’électricité que l’ensemble du Royaume-Uni (416,2 térawattheures d’électricité par an pour être précis).

Cela se traduit par beaucoup d’émissions de carbone. En fait, 2 % des émissions mondiales de carbone proviennent de l’électricité utilisée par Internet. Comme les centres de données utilisés par les grandes entreprises. C’est l’équivalent de la quantité de carbone provenant de l’industrie aéronautique mondiale, que la plupart des gens considèrent comme l’une des industries les plus polluantes. Pour mettre les choses en perspective, si Internet était un pays, il serait le sixième plus grand pollueur du monde, équivalent à l’Allemagne.

Les centres de données produisent beaucoup d'émissions de carbone

Les centres de données produisent beaucoup d’émissions de carbone

Contrairement à de nombreuses autres industries qui recherchent l’efficacité et réduisent leurs émissions, les émissions provenant d’Internet devraient augmenter rapidement dans les années à venir. Le nombre de personnes dans le monde ayant accès à l’Internet est en augmentation, et à mesure que les données deviennent plus rapides et moins chères, nous consommons tous davantage. Les services de streaming tels que YouTube, Netflix et Spotify sont de gros utilisateurs de données et se développent rapidement, mais même les sites Web ordinaires deviennent de plus en plus gourmands en données.

Selon HTTPArchive.org, la taille moyenne d’une page Web aujourd’hui est presque quatre fois plus grande qu’en 2010 et continue d’augmenter.

Croissance moyenne des pages Web (Source : HTTP Archive)

Croissance moyenne des pages Web (Source : HTTP Archive)

Par conséquent, on estime qu’Internet pourrait représenter 3,5 % des émissions mondiales de carbone au cours des dix prochaines années, à un moment où nous devons rapidement réduire les émissions de toutes les industries.

L’urgence a été soulignée par Thomas Stocker, l’un des plus éminents climatologues du monde et ancien coprésident du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Il a déclaré :

L’année 2020 est cruciale. Si les émissions de CO2 continuent d’augmenter au-delà de cette date, les objectifs d’atténuation les plus ambitieux ne pourront plus être atteints. (Source : M2020)

Il ne nous reste donc que deux ans pour transformer notre industrie, qui était l’une des sources d’émissions de gaz à effet de serre dont la croissance est la plus rapide, et commencer à réduire nos émissions collectives. En tant que concepteurs Web, développeurs ou propriétaires de sites Web, nous devons chercher à voir ce que nous pouvons faire pour réduire les émissions de nos propres sites Web.

Premièrement, nous devons comprendre trois principes simples :

  1. Nous ne pouvons pas gérer des choses que nous ne pouvons pas mesurer.
  2. Le transfert de données consomme de l’électricité, donc réduire le transfert de données réduira l’énergie et les émissions.
  3. Les énergies renouvelables produisent beaucoup moins d’émissions que les autres sources.

Mesurer les émissions de carbone des sites Web

Il est très difficile d’améliorer quoi que ce soit que l’on ne puisse pas mesurer et, jusqu’à récemment, il était presque impossible de savoir quelles étaient les émissions d’un site Web particulier. Le résultat était qu’il était difficile pour les concepteurs de sites Web, les développeurs et les propriétaires de sites Web de discuter de la question des émissions de carbone de leurs sites Web, et encore moins de faire quoi que ce soit à ce sujet.

Heureusement, cela est maintenant possible grâce à l’outil gratuit d’estimation des émissions de CO2 du site WebsiteCarbon.com qui fournit des données sur les émissions de CO2 par page consultée, les émissions annuelles de CO2 (en fonction du nombre de pages consultées), la consommation énergétique annuelle et l’hébergement ou non du site dans un centre informatique fonctionnant aux énergies renouvelables. Grâce à cet outil, il est possible de comparer votre propre site Web à celui de vos concurrents et de fixer des objectifs pour votre propre réduction de carbone.

Mesurer les émissions de carbone sur le site Web

Mesurer les émissions de carbone sur le site Web

Les données de cet outil révèlent des faits surprenants. Un site Web produit en moyenne 6,8 grammes de CO2 par page vue. Cela peut ne pas sembler beaucoup, mais ça s’additionne rapidement. Un site Web moyen avec 10 000 pages vues par mois produirait 816 kg de CO2 par an. C’est plus que les émissions produites par un vol de Londres à Tokyo.

D’autre part, le site Web le plus efficace testé est www.muskfoundation.org, la fondation à but non lucratif d’Elon et Kimbal Musk, avec des émissions de seulement 0,009 gramme de CO2 par page vue. C’est peut-être un site web brutalement minimaliste et il ne répond certainement pas aux attentes de la plupart des internautes modernes en matière d’expérience utilisateur, mais il souligne à quel point une page web peut être efficace.

Réduire le transfert de données à partir de sites Web

Après avoir comparé les émissions de notre site Web existant et de ceux de nos concurrents, nous pouvons prendre des mesures pour réduire les émissions. Les transferts de données étant directement liés à la consommation d’énergie et aux émissions, l’une des choses clés que nous devons faire est de trouver des moyens de rendre le site Web plus efficace. Il y a deux façons principales d’y parvenir.

Premièrement, nous pouvons réduire le poids (en Ko) de toutes nos pages Web. La réduction du poids des pages présente de nombreux avantages supplémentaires, notamment des temps de chargement plus rapides, ce qui améliore l’expérience utilisateur et le référencement, ainsi qu’une utilisation réduite des données pour les utilisateurs disposant de connexions Internet limitées. Cela peut être particulièrement important pour les utilisateurs mobiles et les visiteurs de sites Web appartenant à des groupes à faible revenu, en particulier dans les pays en développement où les données Internet sont très chères par rapport aux salaires locaux.

Quelques choses simples que nous pouvons faire pour réduire le poids des pages sont :

  1. Nous pouvons écrire du code proprement et efficacement.
  2. Nous pouvons utiliser des graphiques vectoriels et des effets CSS pour créer une expérience visuellement attrayante avec des fichiers beaucoup plus petits que les images traditionnelles telles que JPEGs et GIFs.
  3. Nous pouvons télécharger des images à la bonne échelle au lieu de compter sur CSS pour les redimensionner. Si vous utilisez WordPress, ce n’est pas aussi important car il supporte les images responsives.
  4. Nous pouvons décharger de grands médiasvers des fournisseurs tiers qui sont respectueux de l’environnement.
  5. Nous pouvons compresser des fichiers, des images et des vidéos pour réduire la taille des fichiers sans perte visible de qualité. Jetez un coup d’œil à ces articles sur l’ optimisation des images et la compression lossy. Une petite compression lossy peut facilement réduire une page Web de plus de 90% ! 😲

    Avant et après compression

    Avant et après compression

  6. Nous pouvons éviter la lecture automatique sur les vidéos, en demandant à l’utilisateur de choisir de lire les vidéos si elles sont d’intérêt.
  7. Nous pouvons minimiser les polices personnalisées, qui peuvent en fait représenter une grande partie de la taille globale de la page.
  8. Nous pouvons décider de ne plus supporter les navigateurs plus anciens comme IE8 et d’utiliser uniquement des polices web modernes, comme WOFF et WOFF2 qui utilisent des méthodes de compression supérieures. Consultez ce tutoriel sur l’utilisation des versions épurées des polices locales.
  9. Nous pouvons réduire le suivi et les script publicitaires, qui consomment des données tout en ajoutant rarement de la valeur à l’utilisateur. Découvrez comment analyser les performances de tiers sur votre site Web.
  10. Nous pouvons utiliser des solutions mobiles telles que AMP pour dépouiller instantanément la version actuelle d’une page Web.

Tout au long du cycle de vie d’un site Web, la meilleure règle est probablement de ne pas en tenir compte en cas de doute.

Souvent, si nous ne savons pas si un site Web a besoin de quelque chose, il est tentant de l’ajouter juste pour des raisons de sécurité, mais nous devrions vraiment l’aborder dans une perspective opposée. Nous devrions laisser de côté tout ce dont nous ne sommes pas certains. Ce n’est qu’ensuite qu’il faut l’ajouter au site s’il s’avère nécessaire et de valeur.

La mise en œuvre d’une solution de mise en cache est également très importante. La mise en cache est le processus de stockage des ressources d’une requête et de réutilisation de ces ressources pour des requêtes ultérieures. Fondamentalement, cela réduit la quantité de bande passante du serveur nécessaire pour générer une vue de page en stockant des ressources statiques externes à l’hébergeur.

Prenez l’hébergeur WordPress Kinsta par exemple. Ils ont quatre types de cache différents, qui sont tous automatiquement effectués au niveau du logiciel ou du serveur :

  • Bytecode cache
  • Object cache
  • Page cache
  • CDN cache

Cela garantit un chargement des sites web aussi rapide que possible, mais aussi avec un minimum de travail pour les serveurs car le contenu est servi directement à partir du cache, ce qui augmente l’efficacité.

La deuxième chose que nous pouvons faire la réduction du transfert de données est de réduire le nombre de fois que nos pages sont chargées. Réduire le trafic peut sembler hérétique, mais en fait, il peut y avoir de bonnes raisons de le faire qui sont bénéfiques pour le propriétaire du site et pour l’utilisateur. Bien que nous supposions que le trafic est intrinsèquement bon, il existe des scénarios où les gens visitent des pages qui ne leur sont pas utiles. Ceci est mis en évidence dans les statistiques de taux de rebond, qui montrent le nombre de visiteurs qui réalisent immédiatement qu’ils ont chargé une page qui n’est pas ce qu’ils veulent. L’amélioration du référencement et de l’expérience utilisateur peut réduire considérablement les taux de rebond, tout en rationalisant les trajets des utilisateurs, leur permettant de trouver les informations qu’ils veulent en moins d’étapes, ce qui signifie qu’un site Web peut offrir le même niveau de valeur avec moins de pages vues.

Vous avez des problèmes de temps d'indisponibilité et de WordPress ? Kinsta est la solution d'hébergement conçue pour vous faire gagner du temps ! Découvrez nos fonctionnalités
Taux de rebond dans Google Analytics

Taux de rebond dans Google Analytics

Comme le transfert de données d’un site Web est en termes simples le poids moyen des pages multiplié par le nombre de pages vues, la réduction du poids des pages et des pages vues indésirables sont deux moyens très efficaces de réduire les émissions du site Web tout en améliorant l’expérience globale des utilisateurs.

Passer de votre site Web à l’énergie renouvelable

Selon une étude de l’ACEEE (The Megawatts behind your Megabytes), l’énergie utilisée par Internet (et donc par un site web) se décompose approximativement comme 48% utilisée dans le centre de données, 14% utilisée dans le réseau de télécommunications, et 38% utilisée sur le dispositif des utilisateurs finaux. Cela variera bien sûr pour chaque site web et chaque utilisateur, mais il s’agit d’un scénario typique.

En tant que propriétaire d’un site web, il est difficile, voire impossible, de contrôler l’énergie utilisée par les réseaux de télécommunications ou les utilisateurs finaux. Cependant, vous pouvez avoir un certain contrôle sur l’énergie utilisée par le centre de données simplement en choisissant le bon fournisseur d’hébergement. La plupart des fournisseurs d’hébergement utilisent l’électricité du réseau standard et ont souvent peu de connaissances sur l’origine de leur énergie. Un nombre croissant de fournisseurs d’hébergement achètent activement de l’énergie renouvelable pour leurs centres de données et, par conséquent, émettent beaucoup moins de carbone.

Il peut être difficile d’identifier les fournisseurs d’hébergement qui utilisent de l’énergie verte et, en général, il est préférable de leur demander directement s’ils utilisent de l’énergie renouvelable dans leurs centres de données. La Green Web Foundation dispose d’une très bonne base de données de fournisseurs d’hébergement qui prétendent utiliser de l’énergie verte, bien qu’il soit à noter qu’il vaut quand même la peine de vérifier directement.

Google est bien connu pour avoir mené l’industrie à écologiser ses approvisionnements énergétiques au cours des dernières années et a atteint son objectif de 100 % d’énergie renouvelable à l’échelle mondiale en 2017. Voici quelques faits en bref :

  • En moyenne, un centre de données Google utilise 50% moins d’énergie qu’un centre de données habituel.
  • En raison de leurs programmes d’énergie renouvelable et de compensation des émissions de carbone, les émissions nettes de carbone opérationnelles de Google en 2016 étaient nulles.
  • Par rapport à il y a cinq ans, Google fournit maintenant plus de 3,5 fois plus de puissance de calcul avec la même quantité d’énergie électrique.

Pour ce faire, ils achètent de l’énergie renouvelable auprès de parcs éoliens et solaires aux États-Unis, en Amérique du Sud et en Europe. Le Machine Learning de Google permet également l’analyse d’énormes quantités de données de centres de données opérationnels afin d’améliorer encore les recommandations et les contrôles, augmentant ainsi l’efficacité énergétique de 15%.

Achat d'énergie renouvelable

Achat d’énergie renouvelable (Source: Google Cloud)

Google utilise également la modélisation thermique et trouve des moyens peu coûteux et créatifs de gérer les flux d’air. Cela leur permet d’augmenter la température de leur centre de données jusqu’à 27 °C (80 °F), ce qui réduit considérablement la consommation d’énergie de l’installation.

L’engagement de Google à l’énergie renouvelable est grand, non seulement pour leurs utilisateurs, mais aussi pour les services Web qui utilisent la plateforme Google Clou, qui comprend tous les sites Web hébergés sur Kinsta.

Contrairement à la réduction du transfert de données, le passage à un hébergeur vert n’exige aucune modification du site Web lui-même et peut se faire rapidement et facilement, ce qui nous permet d’effectuer des réductions importantes des émissions de notre site Web avec un minimum de problèmes. Le passage à un hébergeur web vert est le moyen le plus simple de réduire les émissions du site web.

3 étapes simples pour réduire les émissions

Nous pouvons maintenant constater qu’il existe des mesures concrètes et souvent simples que nous pouvons prendre pour réduire les émissions de gaz à effet de serre des sites Web que nous exploitons.

  1. Analyser les émissions de carbone de notre site Internet.
  2. Réduire le transfert de données en réduisant le poids des pages et le nombre de pages vues inutiles.
  3. Passer à un hébergeur web alimenté par des énergies renouvelables.

Si nous suivons tous ces étapes, nous pouvons transformer notre industrie et créer un réseau vraiment propre, en réduisant les émissions conformément aux objectifs fixés dans l’Accord de Paris sur le climat. Mieux encore, ce faisant, nous pouvons offrir à nos utilisateurs une meilleure expérience utilisateur, ce qui nous aide à avoir plus d’impact en ligne et à obtenir un meilleur retour sur notre investissement. Un Web à faible teneur en carbone est une véritable solution gagnant-gagnant pour les propriétaires de sites Web, les internautes et l’environnement.

Des idées ? Nous aimerions les voir ci-dessous.