Les forums et les réseaux sociaux sont un champ de bataille pour la « guerre des navigateurs ». Les utilisateurs d’un navigateur particulier manifestent un soutien intense à l’égard de l’autre camp. Bien sûr, ce phénomène n’est pas propre aux navigateurs, mais cette évaluation du navigateur Brave pourrait déclencher une nouvelle escarmouche.

À première vue, tout indique que Brave est un navigateur fantastique, dont le cœur est dépourvu de suivi des utilisateurs et dont la publicité est réduite au minimum. Cependant, plus vous plongez dans le détail, plus vous découvrez de choses, comme les performances du navigateur, sa base de code et la compatibilité des modules.

Cet article examine en détail le navigateur Brave et le compare à tous les autres grands navigateurs.

C’est parti !

Présentation du navigateur Brave

Le logo Brave

Le logo Brave

Brave s’inscrit dans une longue lignée de navigateurs web qui se positionnent comme une alternative aux poids lourds, en l’occurrence Google Chrome.

Il a été créé par Brian Bondy et Brendan Eich. Brendan est plus connu comme le créateur de JavaScript et le cofondateur de Mozilla (le fabricant du navigateur Firefox). En tant que tel, il a un pedigree axé sur la confidentialité qui attirera les utilisateurs férus de technologie.

Le navigateur lui-même est gratuit et open source, et son objectif est de bloquer les publicités et les trackers de sites web. Cependant, il offre également un moyen d’envoyer sa crypto-monnaie propriétaire à d’autres, principalement aux créateurs de contenu.

Le tableau de bord BAT

Le tableau de bord BAT

La fondation open source de Brave repose sur la Mozilla Public License (MPL). Il s’agit de la même licence que celle des autres produits Mozilla, tels que Firefox et Thunderbird. Cependant, certaines des extensions de navigateur incluses, telles que HTTPS Everywhere et Privacy Badger, fonctionnent sous des licences open source différentes – des versions de la licence publique générale GNU (GPL).

Globalement, Brave vise à répondre à une question courante des utilisateurs : Comment tirer parti de la base de code de Google Chrome et protéger votre vie privée et vos données en ligne ? La réponse est un sujet que nous aborderons dans la suite de cette évaluation du navigateur Brave.

Avez-vous déjà utilisé Brave ? 🦁 Ce guide couvre tout ce que vous devez savoir sur le navigateur open-source axé sur le blocage des publicités et des trackers de sites web.💪Click to Tweet

Pourquoi évaluer le navigateur Brave ?

Si vous consultez les dernières statistiques d’utilisation des navigateurs, vous remarquerez peut-être quelques noms familiers :

Une liste de navigateurs couramment utilisés.

Une liste de navigateurs couramment utilisés.

Il n’est pas surprenant que Google Chrome soit en tête du peloton, mais vous n’aviez peut-être pas prévu sa domination. C’est compréhensible, compte tenu de la mesure dans laquelle nos vies sont touchées par la principale préoccupation d’Alphabet Inc, tant en ligne que hors ligne.

Cependant, vous remarquerez également que Brave n’a que 0,05 % de parts d’utilisateurs. En gardant cela à l’esprit, vous vous demandez peut-être : Pourquoi consacrons-nous de l’énergie à cette évaluation du navigateur Brave ?

La réponse réside dans ses valeurs fondamentales et le type d’utilisateurs que Brave vise. Qui plus est, Brave n’a été lancé qu’à la fin de l’année 2019, et a pourtant amassé près de dix millions d’utilisateurs. À partir de là, la base d’utilisateurs a rapidement atteint 15 millions d’utilisateurs, et en novembre dernier, Brave a franchi le cap des 20 millions d’utilisateurs.

Vous trouverez également du contenu lié à Brave sur YouTube. Le navigateur a été présenté sur des chaînes notables telles que Pocketnow, dottotech, Chris Titus Tech, et bien d’autres. Les développeurs intéressés par l’utilisation de Vim ont peut-être aussi remarqué que The Primeagen, un développeur Netflix dont la chaîne est en pleine expansion, utilise Brave (bien qu’il n’en fasse pas explicitement la promotion).

L’étoile de Brave est en train de monter. D’ici la fin de l’année 2021, nous pourrions voir sa part de marché augmenter encore, d’autant plus qu’il est utilisé et considéré par de nombreux développeurs et utilisateurs de technologies soucieux de la sécurité.

Le modèle économique de Brave : Analyse

En bref, Brave gagne de l’argent par le biais de deux flux, tous deux axés sur les publicités : le Brave Attention Token (BAT) et un réseau publicitaire.

Les créateurs de contenu s’inscrivent au réseau publicitaire et les annonces sont affichées sur les sites web via le navigateur. Lorsque vous naviguez sur le web, vous recevez des publicités approuvées par Brave et provenant du réseau, plutôt que de réseaux tiers (c’est-à-dire basées sur Google) :

Un exemple d'affichage des publicités de Brave.

Un exemple d’affichage des publicités de Brave.

Brave suit les sites que vous visitez et y ajoute les publicités que vous consultez. À partir de là, vous recevez des BAT, une crypto-monnaie que vous pouvez reverser aux créateurs. Une fois par mois, le montant de votre BAT est envoyé aux sites de manière proportionnelle en fonction du temps de navigation – autrement dit, de votre « attention ». Vous pouvez également être rémunéré pour le visionnage de publicités à un taux de 70 %.

Pour réitérer, Brave semble à première vue être un excellent outil axé sur l’utilisateur. Cependant, ce modèle économique fait l’objet d’un certain nombre de critiques :

Examinons certains de ces points plus en détail. Brave bloque les publicités par défaut, et en contrepartie, les remplace par des publicités issues de son propre réseau. Vos chemins de monétisation sont transférés dans la solution de crypto-monnaie de Brave (qui peut être liée à Uphold pour le retrait).

De plus, les créateurs de contenu doivent potentiellement accepter moins d’argent sous forme de BAT, qui est évidemment moins direct que le paiement dans votre monnaie locale.

Il convient également de noter que dans une ancienne version de Brave, les développeurs ont dû modifier la formulation de l’option de participation aux récompenses de Brave. Il s’est avéré que les sites web et les réseaux sociaux de certains utilisateurs étaient monétisés sans leur consentement. L’appartenance d’un site au réseau de monétisation de Brave est désormais clairement indiquée dans le navigateur :

TechCrunch ne fait pas partie du programme Brave Rewards, qui s'affiche dans le navigateur.

TechCrunch ne fait pas partie du programme Brave Rewards, qui s’affiche dans le navigateur.

Bien qu’il semble y avoir un certain décalage entre les philosophies de Brave et celles de ses principaux utilisateurs, le réseau va être précieux pour un certain nombre de personnes. En pratique, la plupart d’entre eux navigueront probablement sur le web sans se soucier du montant de leur BAT ni de sa destination.

Principales caractéristiques du navigateur Brave

Le site web de Brave.

Le site web de Brave.

Maintenant que nous avons abordé le contexte et l’histoire de Brave, examinons le navigateur lui-même.

Comme nous l’avons mentionné, Brave est un navigateur open-source utilisant une licence MPL. Il est construit sur la base du navigateur open source Chromium. Pour les non-initiés, il s’agit de la version de développement de Google Chrome, sans aucun des éléments propriétaires.

Nous examinerons Chromium plus en détail ultérieurement lorsque nous ferons des comparaisons directes avec Brave. Cependant, notez que Brave aura potentiellement les mêmes préoccupations que Chrome et Chromium.

Vous pouvez améliorer Brave à l’aide d’un certain nombre de modules, dont certains fonctionnent sous licence GPL. Comme il est construit sur Chromium, vous pouvez également installer n’importe quelle extension à partir de Chrome Web Store. Elles fonctionneront de la même manière, avec des performances similaires.

Le lien des Extensions dans Brave redirige vers le Chrome Web Store.

Le lien des extensions dans Brave redirige vers Chrome Web Store.

Il existe également une version Brave Dev du navigateur, qui permet de travailler avec les versions nocturnes les plus récentes. Cette version est similaire à celle de Firefox Developer Edition. Heureusement, Brave offre le même calibre d’outils de développement que Chrome et Chromium, accessibles par les mêmes raccourcis :

Les outils du développeur de Brave

Les outils du développeur de Brave

Le navigateur étant gratuit et axé sur la restriction des publicités, vous vous demandez peut-être comment les développeurs génèrent des revenus à partir des utilisateurs. Nous y reviendrons plus en détail dans la suite de cet article.

Brave met l’accent sur la sécurité du web

En matière de sécurité, Brave est au moins aussi solide que Chromium, ce qui signifie qu’il est aussi potentiellement aussi sûr que Chrome. Bien sûr, aucun navigateur ne peut être sûr à 100 %, mais soyez assuré que si vous vous demandez : « Brave est-il un navigateur sûr ? », la réponse est « Oui ».

Un certain nombre de fonctions de sécurité sont incluses dans Brave. Par exemple :

Ce sont toutes des fonctionnalités solides. De plus, vous pouvez activer HTTPS Everywhere pour vous assurer que toutes les connexions de site sont cryptées. C’est une excellente chose si vous saisissez régulièrement des données sensibles, et c’est formidable de voir qu’elle est fournie en standard avec Brave.

Il est clair que les développeurs souhaitent améliorer la sécurité et la confidentialité pour les utilisateurs du web. Par exemple, Brave est le premier navigateur à offrir une prise en charge native des liens IPFS (InterPlanetary File System). Cela montre à quel point les réglages de sécurité « quotidiens » sont astucieux.

Vous pouvez accéder à tous vos réglages de « bouclier » à partir de la barre d’outils Brave – c’est le petit logo en forme de lion à l’extrême droite :

Les réglages du bouclier de Brave.

Les réglages du bouclier de Brave.

Par défaut, les boucliers sont activés et il suffit de cliquer sur un bouton pour les désactiver. En dessous, vous verrez un écran simple qui vous donne un chiffre sur le nombre de blocages effectués :

La vue basique de Brave, qui indique le nombre d'actions entreprises pour bloquer les publicités et les traceurs.

La vue basique de Brave, qui indique le nombre d’actions entreprises pour bloquer les publicités et les traceurs.

Si vous cliquez sur le lien Vue avancée, la boîte de dialogue s’élargit pour afficher une répartition des éléments bloqués. Presque tous comportent un menu déroulant vous permettant de modifier les réglages pour ce site en particulier :

La vue avancée de Brave, qui montre plus de détails sur le nombre d'actions de blocage entreprises.

La vue avancée de Brave, qui montre plus de détails sur le nombre d’actions de blocage entreprises.

Vous pouvez modifier la manière dont Brave bloque les publicités et les trackers, les cookies intersites et les « empreintes digitales ». Vous pouvez également activer la fonctionnalité HTTPS Everywhere, qui fonctionne sur toutes les connexions entrantes d’un site web, et pas seulement sur la page principale.

De nombreux utilisateurs se posent beaucoup de questions sur Brave et ses dispositions en matière de sécurité. Nous avons même vu des utilisateurs demander : « Le navigateur Brave est-il un virus ? ». Bien sûr, la réponse est « Non ».

Dans l’ensemble, Brave fait un excellent travail pour protéger les utilisateurs contre les types de scénarios qui introduisent des virus.

Le blocage des publicités dans Brave

Avant de poursuivre, il convient de souligner certaines facettes du blocage des publicités de Brave, auxquelles les développeurs répondent sur leur page de Foire Aux Questions (FAQ).

En résumé, Brave bloque par défaut toutes les publicités et tous les trackers tiers. Cependant, il ne bloque pas le contenu « first-party ». Vous le verrez généralement sous la forme de messages promus et de publicités sur les moteurs de recherche :

Un exemple de contenu « first-party » sur Reddit

Un exemple de contenu « first-party » sur Reddit

De plus, Brave n’utilise pas encore le modèle Acceptable Ads. Bien sûr, étant donné que le réseau Brave est la seule source de publicité « approuvée », il se pourrait que ce modèle soit mis en œuvre après une période de croissance.

Comment Brave gère-t-il le suivi des utilisateurs et la collecte des données ?

Le suivi des utilisateurs est un sujet pertinent depuis plusieurs années maintenant, à mesure que les cookies ont évolué et que les réseaux publicitaires ont pris de l’ampleur. La monétisation des publicités est une « caractéristique de marque » de Google, par exemple. Si certains ont toujours milité pour un web où l’utilisateur n’est pas le produit, des utilisateurs plus généraux s’y rallient désormais.

L'initiative « Do Not Track » de l'Electronic Frontier Foundation.

L’initiative « Do Not Track » de l’Electronic Frontier Foundation.

Par exemple, DuckDuckGo est un moteur de recherche axé sur la protection de la vie privée des utilisateurs qui fait directement concurrence à Google. Il enregistre environ 100 millions de visites par jour, ce qui représente une augmentation d’environ 65 % par rapport aux années précédentes.

Le moteur de recherche DuckDuckGo.

Le moteur de recherche DuckDuckGo.

De plus, les récentes nouvelles concernant Google et ses pratiques en matière de données utilisateur ont poussé certains utilisateurs à trouver des solutions alternatives. En fait, l’équipe de Brave a également découvert par le passé des pratiques inquiétantes de Google en matière de suivi, ce qui attise encore davantage les flammes.

Brave se positionne comme un navigateur axé sur l’utilisateur, qui protège les données et met fin aux tentatives de collecte de données. Certaines des fonctionnalités dont nous avons parlé jusqu’à présent montrent que des efforts sont faits dans ce sens. Brave affirme lui-même qu’il « …ne s’occupe pas des données personnelles ». Vos données restent privées entre les serveurs, ce qui signifie qu’il n’y a aucune « empreinte digitale » à vendre à des tiers.

Cependant, il est bien connu depuis des années que le navigateur Chromium contacte les serveurs de Google, bien que de manière limitée. Qui plus est, les membres de la communauté du site PRISM Break (qui se consacre à la recherche de solutions qui ne s’alignent pas sur les principes du programme de surveillance américain) ne recommandent aucun navigateur basé sur Chromium.

Le site web de PRISM Break.

Le site web de PRISM Break.

Une ancienne entrée GitHub explique en détail pourquoi. En bref, Chromium se connecte à Google dès son lancement, principalement pour vérifier les mises à jour relatives au navigateur et aux extensions. Une discussion approfondie (et animée) sur GitHub a permis à Brian Bondy de discuter des capacités de suivi de Brave. Cependant, cela n’a pas permis de dissiper toutes les inquiétudes.

Il est clair que Brave se concentre davantage sur la prévention du pistage que les autres navigateurs. Mais sa base de code fondamentale comporte des points d’entrée qui ont amené certains utilisateurs à remettre en question l’intégrité, voire la légalité, de Brave.

Le navigateur Brave est-il illégal ? Non, il ne l’est pas, mais il aide les utilisateurs à protéger leurs données contre le suivi sur le web et à empêcher la prise d’empreintes digitales, du moins au niveau des publicités.

La vitesse et les performances du Brave à l’usage

Avant de nous pencher sur une comparaison de navigateurs, examinons les performances de Brave de plusieurs points de vue.

D’un point de vue empirique, Brave se charge très bien sur un MacBook Air M1. Il est sans doute plus rapide que Firefox ou Safari sur le même système, et ses performances sont évidemment similaires à celles de Chrome. C’est impressionnant compte tenu de la technologie que nous avons mentionnée et qui fonctionne sous le capot – HTPS Everywhere, Privacy Badger, etc.

Si vous jetez un coup d’œil au site web de Brave, vous verrez que ces améliorations de vitesse sont au premier plan. C’est la première fonctionnalité mise en avant.

La vitesse annoncée par Brave sur son site web.

La vitesse annoncée par Brave sur son site web.

En fait, la vitesse a également été annoncée dans les discours d’ouverture par le passé. En tant que tel, on peut s’attendre à ce que Brave soit performant.

Les premiers tests de référence étaient impressionnants, et ce pour un code bêta vieux d’à peine un an. Dans le test le plus récent de VentureBeat, Brave s’est bien comporté dans tous les tests et a même remporté le test Basemark.

Pour voir comment Brave se comporte dans une machine réelle, nous avons effectué quatre tests de référence différents – MotionMark, Speedometer, Basemark et WebXPRTpour six navigateurs différents. Nous avons utilisé un MacBook Air de série flambant neuf équipé d’une puce M1, et voici les résultats :

MotionMark Speedometer Basemark WebXPRT
Brave 516.04 191 1319.95 200
Google Chrome 537.12 208 1339.02 202
Chromium 405.14 114 930.72 182
Mozilla Firefox 942.58 291.3 1030.73 253
Apple Safari 1933.84 219 844.75 281
Microsoft Edge 554.19 193 1451.82 203

D’après ces résultats, Brave tient tête aux autres navigateurs basés sur Chromium en termes de performances, mais ne les bat pas franchement.

En passant, il est surprenant (mais compréhensible) de constater à quel point Safari et Firefox ont dominé les tests. Cependant, il y a une myriade de facteurs pendant les tests de référence qui peuvent avoir un impact sur les scores. Il s’agit néanmoins d’un test intéressant, dans le monde réel, de la puissance de Brave par rapport à la concurrence.

Nous pensons qu’avec Chromium, Brave peut rivaliser avec les grands. En tant qu’utilisateur final, vous remarquerez rarement des décalages ou d’autres problèmes de performances.

Comment Brave se compare-t-il à 5 autres navigateurs ?

Bien entendu, si vous envisagez Brave, vous voudrez le comparer à votre navigateur actuel. C’est pourquoi nous allons examiner certains des navigateurs que vous avez actuellement installés et voir si Brave pourrait les remplacer.

1. Google Chrome

Le site web de Google Chrome.

Le site web de Google Chrome.

Bien sûr, Chrome est le principal concurrent de Brave, et une grande partie de son marketing repose sur ses performances par rapport au navigateur de Google :

Passez moins de temps à dépanner des sites web et plus de temps à développer votre entreprise grâce à notre gestion simplifiée des sites web. Essayez MyKinsta gratuitement.

La page de comparaison de Chrome de Brave.

La page de comparaison de Chrome de Brave.

En tant que tel, aucun examen du navigateur Brave ne serait complet sans le comparer à Chrome. La bonne nouvelle est que Brave offre pratiquement tout ce que fait Chrome, avec une couche de confidentialité et de blocage des publicités en plus. Il s’agit, bien sûr, du code fondamental, bien que Chrome surpasse Brave dans les tests de performance.

Nous pensons que, malgré la similitude des navigateurs, Chrome est supérieur si vous faites déjà partie de l’écosystème Google. Chrome Web Store est étroitement intégré et offre des correctifs de sécurité et des mises à jour constantes (tout comme Brave).

Alors, Brave est-il meilleur que Chrome ? Cela dépend de vos besoins généraux. Toutefois, si vous aimez Chrome mais n’aimez pas être suivi, vous vous adapterez parfaitement au mode de fonctionnement de Brave.

.

2. Chromium

Nous l’avons souvent mentionné dans cet article, mais Chromium est la base de code open-source sur laquelle Google Chrome est construit, tout comme de nombreux autres navigateurs. Bien entendu, Brave fait partie de ce club.

Il convient de souligner que Chromium n’est pas destiné à un usage public, même s’il peut être installé par certains gestionnaires de paquets Linux. Le navigateur est conçu pour que les développeurs apprennent à créer des applications web, et le site est d’une époque révolue :

Le site web de Chromium

Le site web de Chromium

De plus, il n’existe pas de fonctionnalité d’installation ou de mise à jour. Cela signifie que vous devez « construire » le navigateur en suivant les instructions relatives à votre système d’exploitation (OS) spécifique. Pour mettre à jour Chromium, vous installez les « nightly builds », c’est-à-dire le navigateur « tel quel » à la fin de la journée de travail. C’est la marque de fabrique des versions de logiciels destinées aux développeurs.

Bien sûr, nous le comparons ici parce que c’est la graine à partir de laquelle Brave a grandi. Cependant, en réalité, Chromium n’est pas comparable. Il s’agit d’une version « bêta » de développement d’un navigateur de production – une amorce, en d’autres termes. Malgré cela, Brave offre tout ce que Chromium offre et plus encore.

En résumé, pour la navigation générale sur le web, Brave sera plus performant.

3. Mozilla Firefox

Le navigateur Firefox

Le navigateur Firefox

Comme nous l’avons évoqué, Brave et Firefox ont un lien unique. Brendan Eich a fondé Brave et Mozilla, et les deux navigateurs fonctionnent sous la licence MPL.

Bien que le passage de Brendan chez Mozilla se soit terminé sous un nuage, il était à la tête d’un projet qui a mis la vie privée des utilisateurs au premier plan de la navigation sur le web. Firefox est encore aujourd’hui le champion de la protection de la vie privée des utilisateurs, et ses performances sont désormais équivalentes à celles de ses concurrents, ce qui en fait un excellent choix de navigateur pour presque tous les usages.

Malgré cela, Firefox et Brave sont proches en ce qui concerne la sécurité des utilisateurs. Firefox va même jusqu’à le dire dans son comparatif officiel.

Nous pensons que les deux navigateurs offrent de solides outils de protection de la vie privée et de blocage, bien que Brave ait une meilleure interface utilisateur. Il est également plus performant, ce qui pourrait être un argument décisif pour certains utilisateurs.

.

4. Apple Safari

Le navigateur Safari d'Apple.

Le navigateur Safari d’Apple.

Le navigateur propriétaire d’Apple se trouve dans une position où il est soit utilisé par défaut, soit très décrié. Il s’agit pourtant d’un navigateur performant qui se doit de bien fonctionner étant donné qu’il est utilisé par défaut sur tous les appareils Apple.

Parce qu’ils sont omniprésents, les utilisateurs de macOS et iOS vont souvent comparer Safari et Brave. Néanmoins, les deux navigateurs offrent des expériences différentes, et il serait injuste de les comparer directement. Brave fournit un service axé sur le blocage des publicités et la navigation web sécurisée. L’objectif de Safari est de dominer les utilisateurs d’Apple et de fournir un point de contact pour l’intégration dans l’écosystème plus large.

Malgré cela, Safari offre une bonne gamme de protections, présentées sous la forme d’un simple ensemble de cases à cocher :

Le panneau de sécurité de Safari

Le panneau de sécurité de Safari

Bien que vous puissiez ajouter des extensions pour le navigateur afin de créer votre propre solution de sécurité, cela ne ressemble pas à grand-chose. En revanche, Brave est prêt à l’emploi dès le départ en matière de sécurité et de blocage des publicités, et offre davantage de personnalisation.

Le choix d’un appareil Apple suppose que vous souhaitez un ensemble d’applications étroitement intégrées. En tant que tel, le choix de Brave sera bon pour la sécurité, mais mauvais pour accéder aux autres services d’Apple.

.

5. Microsoft Edge

Le navigateur Microsoft Edge.

Le navigateur Microsoft Edge.

Notre dernier navigateur de ce tour d’horizon rapide est le successeur d’Internet Explorer, Edge. Cependant, ces navigateurs sont comme des pommes et des poires, car Edge surpasse son prédécesseur dans presque tous les domaines.

Malgré les performances impressionnantes obtenues lors de divers tests de référence, l’utilisation d’Edge est faible – elle est loin derrière pratiquement tous les grands noms. En tant que tel, vous vous demandez peut-être pourquoi nous le comparons ici. La réponse est la suivante : il s’agit d’un autre navigateur construit sur Chromium.

Cela signifie qu’une grande partie des discussions que nous avons déjà eues au sujet des navigateurs basés sur Chromium s’applique également à Edge. En fait, plusieurs organes de presse ont relevé ses performances exceptionnelles et ses problèmes de confidentialité.

En réalité, nous nous demanderions si l’utilisateur compare directement Edge à Brave. Il est plus probable qu’Edge se retrouve associé à Brave pour « se liguer » contre les suspects habituels tels que Chrome et Safari. Au sein de ce groupe, Edge n’a rien à envier à Brave. Considérez-le comme la version Microsoft de Safari, dans la mesure où les chiffres d’utilisation sont plus importants que les fonctionnalités.

Qui plus est, Edge est devenu une sorte de navigateur culte pour les utilisateurs de Mac, en particulier pour ceux qui arrivent de Windows. Malgré cela, Edge n’est pas axé sur la confidentialité, bien qu’il soit au moins aussi performant que Brave. Dans ces conditions, Brave sera probablement votre meilleur choix pour une navigation sécurisée et privée.

Vous recherchez un nouveau navigateur web ?👀 Découvrez comment l'accent mis par Brave sur le blocage des publicités et l'expérience utilisateur lui permet de se démarquer dans un domaine encombré 🔒Click to Tweet

Résumé

Les préoccupations en matière de protection de la vie privée sont un sujet de discussion important depuis de nombreuses années. Malgré les préoccupations croissantes en matière de confidentialité, Google Chrome est actuellement devenu le navigateur numéro un. Compte tenu des récentes préoccupations antitrust et du modèle économique de Google, un concurrent tel que Brave est le bienvenu.

Brave n’obtient pas la note maximale pour la sécurité sous le capot, étant donné qu’il fonctionne sur une base de code Chromium. Toutefois, ses développeurs s’efforcent de répondre aux besoins des utilisateurs en matière de blocage du suivi des publicités et d’obscurcissement des « empreintes digitales ».

Si la plateforme publicitaire de Brave semble bonne sur le papier, les critiques montrent que son système de rémunération n’est peut-être pas très avantageux pour les créateurs de contenu. Brave s’adresse à un type d’utilisateur spécifique : féru de technologie et soucieux du respect de la vie privée, qui doit également utiliser des outils de navigation modernes.

Globalement, si vous n’arrivez pas à vous détacher complètement de Chrome, mais que vous souhaitez couper la plupart de vos liens avec Google, Brave pourrait faire l’affaire.

Cet article sur le navigateur Brave vous a-t-il aidé à prendre une décision quant à l’adoption de ce navigateur ? Partagez votre avis dans la section des commentaires ci-dessous !

 


Si vous avez aimé cet article, alors vous allez adorer la plateforme d’hébergement WordPress de Kinsta. Accélérez votre site Web et obtenez le support 24/7 de notre équipe de vétérans de WordPress. Notre infrastructure propulsée par Google Cloud met l’accent sur la mise à l’échelle automatique, la performance et la sécurité. Laissez-nous vous montrer la différence de Kinsta ! Découvrez nos plans