Un nom de domaine pleinement qualifié ou FQDN est l’URL complète d’un certain site ou serveur. L’utilisation du FQDN d’un site est souvent plus fiable que l’utilisation de son adresse IP ou, dans certains cas, de son nom de domaine partiellement qualifié.

Par exemple, disons que l’URL du site web de votre entreprise est « votreentreprise.com » Si vous hébergez un service de messagerie sur le site web de votre entreprise (ce que vous feriez probablement), le service de messagerie pourrait avoir un FQDN de mail.votreentreprise.com. En spécifiant « mail.» avant le reste du nom de domaine, vous avez fourni un nom de domaine pleinement qualifié qui fait référence à un service spécifique.

Si cela n’est pas tout à fait clair, ne vous inquiétez pas. Dans cet article, nous allons nous plonger dans les FQDN, leur fonctionnement et les cas où vous pouvez (ou non) en utiliser un.

Qu’est-ce qu’un nom de domaine pleinement qualifié ?

Un nom de domaine pleinement qualifié (Fully Qualified Doamin Nanme ou FQDN) est le nom de domaine complet d’un serveur ou d’un hôte spécifique sur Internet. Mais qu’est-ce qui rend un nom de domaine « complet » ?

La réponse dépend du domaine – et de ses nombreuses parties.

Panneau de contrôle du système montrant le FQDN d'un hôte
Panneau de contrôle du système montrant le FQDN d’un hôte

Alors qu’un hôte peut avoir un FQDN de « www.monserveur.com », un autre peut avoir un FQDN de « mail.unautreserveur.com » Dans le second cas, si la spécification du sous-domaine « mail » est nécessaire pour atteindre un hôte spécifique (dans ce cas, il s’agit probablement d’un serveur de messagerie), alors « mail.unautreserveur.com » est le FQDN de cet hôte.

Pour simplifier un peu, un FQDN est presque comme un chemin complet vers un certain hôte. Alors que chaque partie d’un nom de domaine (comme le nom lui-même, « .com », etc.) spécifie une partie du chemin, le FQDN est le chemin ou l’adresse complète.

C’est presque comme spécifier un numéro d’appartement après l’adresse d’un immeuble d’habitation. Par exemple, si vous habitez l’unité 21 du 123 Kinsta Drive, alors « 123 Kinsta Drive #21 » ou « 123-21 Kinsta Drive » serait le FQDN de votre appartement. Comme nous le verrons plus tard, l’adresse de l’immeuble d’habitation lui-même est appelée un nom de domaine partiellement qualifié (PQDN).

Pour donner un peu plus de sens à tout cela, plongeons dans la structure des FQDN et des noms de domaine en général.

Prêt à plonger dans les noms de domaine pleinement qualifiés (alias FQDN), leur fonctionnement et quand vous pourriez (ou non) vouloir en utiliser un ? ✅ C'est parti ! 🚀Click to Tweet

Structure d’un FQDN

Un FQDN se compose de deux parties distinctes : un nom d’hôte et un nom de domaine. Pour en revenir à l’exemple « « monserveur.com », « monyserveur » est le nom d’hôte, tandis que « .com » est le nom de domaine.

Mais l’adresse entière (« monserveur.com «) n’est-elle pas techniquement le nom de domaine ? Oui, mais il y a quelques distinctions. Selon ce à quoi vous faites référence, certains termes peuvent même être utilisés de manière interchangeable – même par votre registraire de domaine!

Avant que les choses ne deviennent trop compliquées, examinons un exemple clair.

Structure d'une URL
Structure d’une URL (Source : InterNetX)

Le domaine indiqué dans le lien est un URL complet ou localisateur de ressources uniforme. Dans ce cas, le FQDN est simplement « www.internetx.com », avec « internetx » comme domaine de deuxième niveau et « .com » comme extension de domaine de premier niveau. Ensemble, les domaines de premier et de deuxième niveau se réunissent pour former le nom de domaine unique « internetx.com »

Mais notre FQDN n’est pas encore complet ! Il nous faut encore un composant supplémentaire, qui est le nom du sous-domaine.

Par défaut, le sous-domaine de la plupart des URL est « www », abréviation de World-Wide Web. Ce sous-domaine spécifie que le nom de domaine peut être visualisé dans un navigateur web et qu’on peut y accéder en utilisant le protocole de transfert hypertexte (HTTP, ou le préfixe « https:/ » montré dans l’image).

Bien que vous n’ayez pas à vous soucier du HTTP, le sous-domaine est une partie très importante d’un FQDN. Avec le sous-domaine « www » par défaut, le FQDN de notre exemple est « www.internetx.com » Bien qu’il puisse y avoir des variations en fonction de la page que vous voulez visiter (comme « www.internetx.com/contact »), « www.internetx.com » reste le FQDN ou nom d’hôte.

Par exemple, disons que vous avez enregistré « www.monsite.com » auprès de votre registraire de domaine.

  • .com est le nom de domaine domaine de premier niveau
  • monsite est le domaine de deuxième niveau
  • monsite.com est le nom de domaine
  • www.monsite.com est le nom de domaine entièrement qualifié (FQDN)

En spécifiant le chemin complet « www.monsite.com », nous avons spécifié le nom de domaine complet ou entièrement qualifié .

C’est maintenant que les choses deviennent un peu intéressantes. Vous vous souvenez du sous-domaine « www » ? Eh bien, il s’avère que ce n’est pas le seul sous-domaine possible – ou le seul FQDN possible, d’ailleurs.

Selon les paramètres du propriétaire ou de l’administrateur, un hôte peut avoir plusieurs sous-domaines qui peuvent prendre d’autres noms que « www » Nous l’avons vu précédemment avec l’exemple « mail.unautreserveur », où le « mail » précédent est le sous-domaine de « unautreserveur.com »

Ici, « mail.unautreserveur.com » est le FQDN du serveur de messagerie de « unautreserveur.com ». L’administrateur pourrait également configurer un autre sous-domaine, tel que « test », qui aurait le FQDN distinct « test.unautreserveur »

À partir de cet exemple, vous pouvez voir qu’il est possible pour un domaine unique d’avoir plusieurs FQDN . Puisque chaque sous-domaine spécifie une ressource différente (comme un serveur de messagerie ou autre), chacun possède également son propre FQDN qui spécifie également cette même ressource. En d’autres termes, si vous voulez accéder à quelque chose de spécifique sur un hôte web, vous devez spécifier son chemin complet – dans ce cas, le domaine avec le sous-domaine approprié qui lui est attaché.

Donc, pour récapituler : un FQDN est le chemin d’accès complet de nom de domaine pour une ressource spécifique. Si vous essayez simplement d’accéder à la page d’accueil de « monserveur.co » », alors « monserveur.com » est le FQDN de la page d’accueil. De même, si vous essayez d’accéder au serveur de messagerie à « mail.monserveur.com », alors « mail.monserveur.com » est – vous l’avez deviné – le FQDN du serveur de messagerie.

Cependant, un FQDN n’est pas le seul type de nom de domaine « qualifié ». Dans la prochaine section, nous examinerons les noms de domaine partiellement qualifiés et comment ils diffèrent des FQDN.

FQDN vs Nom de domaine partiellement qualifié (PQDN)

Un nom de domaine partiellement qualifié (ou PQDN) ne spécifie qu’une partie d’un nom de domaine. Il s’agit généralement du nom d’hôte, tel que « monserveur.com » plutôt que du FQDN complet « mail.monserveur.com »

Cependant, un PQDN peut être n’importe quelle partie d’un FQDN. Par exemple, regardez la diapositive ci-dessous.

FQDN vs. PQDN pour les technophiles
FQDN vs. PQDN pour les technophiles

Bien que vous n’ayez pas à vous soucier des « chaînes nulle » et autres jargons, regardez attentivement les deux cases au bas de la diapositive.

Voyez les trois exemples de FQDN (« challenger.atc.fhda.edu » » etc.) et le PQDN associé pour chacun. Notez comment un PQDN peut être n’importe quel segment partiel d’un FQDN, tel que juste le « www » dans « www.funny.int »

Mais pourquoi prendre la peine de faire la distinction ou même de se soucier des PQDN en premier lieu ?

La plupart des raisons sont largement techniques – et nous ne vous ennuierons pas avec elles. Cependant, si vous prévoyez d’utiliser un FQDN pour votre blog ou votre site web (ce que vous devriez probablement faire), la prise en compte de certains PQDN est essentielle pour le rendre accessible.

Par exemple, si un utilisateur utilise un PQDN pour accéder à votre site web, vous pouvez activer des paramètres qui remplissent automatiquement les parties manquantes pour créer un FQDN et le rediriger vers une ressource spécifique. La plupart des fournisseurs d’hébergement proposent différentes options pour configurer ce paramètre.

Bien que les spécificités techniques dépassent le cadre de cet article (et peuvent de toute façon varier d’un hébergeur à l’autre), il est important de ne pas l’oublier. La possibilité de convertir automatiquement un PQDN en FQDN est la raison principale pour laquelle les hébergeurs devraient connaître les FQDN en premier lieu !

Terminons par un dernier exemple pour lier le tout.

Un exemple d’appartement

Vous vous souvenez de notre immeuble d’appartements de tout à l’heure ? Eh bien, en voici une photo.

Quel est le FQDN d'une unité d'appartement ?
Quel est le FQDN d’une unité d’appartement ?

Plutôt chic, non ?

Supposons que vous venez d’emménager dans l’appartement situé en haut à droite dans l’encadré rouge (et heureusement, c’est un appartement d’angle). Vous recevez les clés du propriétaire, et vous êtes prêt à mettre à jour votre adresse postale et à recommencer à recevoir du courrier indésirable.

Disons maintenant que votre numéro d’appartement est le n° 10, et que l’adresse de l’immeuble est 123 Kinsta Drive. Qu’écririez-vous comme adresse ?

Le bon sens dirait quelque chose comme « 123 Kinsta Drive #10 » ou « 123-10 Kinsta Drive » Cependant, si vous indiquiez seulement « 123 Kinsta Drive », votre courrier n’apparaîtrait que dans le hall de l’immeuble et non dans votre boîte aux lettres. De même, si vous n’indiquiez que « #10 », votre courrier n’arriverait nulle part.

Pour être sûr que votre courrier vous parvienne, vous indiquez votre adresse complète – 123 Kinsta Drive #10. Vous pouvez considérer cela comme le FQDN de votre appartement.

De même, vous pouvez penser à « 123 Kinsta Drive » ‘comme le PQDN (ou nom de domaine/hôte) de votre appartement. Ici, l’ajout de votre numéro d’unité est le sous-domaine qui crée le FQDN (votre adresse complète).

Parfois, le PQDN suffit à la fois pour les hôtes web et les immeubles d’habitation. Par exemple, si l’expéditeur a indiqué votre nom mais pas votre numéro d’unité sur l’adresse d’envoi, le concierge de l’appartement pourrait reconnaître qu’elle vous est destinée et compléter l’adresse lui-même. C’est la même chose qu’un hôte web reconnaissant un PQDN et complétant les informations manquantes pour compléter un FQDN.

Ouf ! C’était beaucoup d’informations, mais j’espère que vous avez compris l’idée maintenant.

Donc, après tout cela, quel est l’avantage d’avoir un FQDN ? Bien que nous ayons déjà mentionné comment il peut aider les utilisateurs à naviguer vers des ressources spécifiques, il y a quelques autres avantages qui rendent les FQDN inestimables.

Pourquoi avoir un FQDN pour votre site ?

Que vous soyez un administrateur de site ou un simple visiteur, l’utilisation d’un FQDN est utile pour de nombreuses raisons. Voici quelques-uns des avantages les plus courants.

Plus pratique qu’une adresse IP

Il existe deux façons d’adresser un site web : le FQDN du site ou l’adresse IP.

Domaines et adresses IP peuvent être utilisés de manière interchangeable
Domaines et adresses IP peuvent être utilisés de manière interchangeable (Source : Starlink)

Abréviation de Internet Protocol, l’IP est un ensemble de règles responsables de la façon dont les données sont formatées et envoyées sur Internet. C’est cet ensemble de règles qui nous permet de visiter des sites web, de télécharger des fichiers, et plus encore.

Une partie de cet ensemble de règles est un schéma d’adressage connu sous le nom d’adresse IP. Tout comme notre immeuble d’habitation au 123 Kinsta Drive, chaque appareil connecté à Internet – qu’il s’agisse d’un ordinateur, d’un serveur ou d’un de ces réfrigérateurs intelligents – possède sa propre adresse IP. L’accès à un site Web nécessite l’envoi de données « postales » dans les deux sens entre votre ordinateur et le serveur du site web.

Lorsque nous fournissons un nom de domaine, nous fournissons une étiquette pour une adresse IP. Par exemple, un test rapide montre que l’IP pour le FQDN « kinsta.com » est 104.18.42.131.

Pinguer kinsta.com pour révéler son adresse IP
Pinguer kinsta.com pour révéler son adresse IP

Maintenant, qu’est-ce que vous préférez saisir dans votre navigateur : une chaîne de chiffres encombrante ou simplement « kinsta.com » ? Si vous êtes comme la plupart des gens, vous préférerez probablement le nom de domaine.

Tel est l’avantage d’avoir un FQDN dédié. Bien que la plupart des plans d’hébergement web permettent une intégration facile avec les noms de domaine, ce n’est techniquement pas l’option par défaut. Par conséquent, avoir un FQDN ou un nom de domaine pour votre site est crucial pour le rendre accessible et facile à naviguer.

Comme nous le verrons dans la prochaine section, nous pouvons également avoir plusieurs FQDN pour plusieurs ressources.

Un chemin unique pour chaque ressource

Parfois, votre site web peut être plus qu’un simple site web. Vous pourriez vouloir avoir un serveur de messagerie séparé sous le même nom de domaine. Ou peut-être voulez-vous vous lier à un serveur distinct afin d’héberger une application ou une plateforme logicielle.

Vous avez des problèmes de temps d'indisponibilité et de WordPress ? Kinsta est la solution d'hébergement conçue pour vous faire gagner du temps ! Découvrez nos fonctionnalités

Dans tous les cas, l’ajout d’autres ressources – à savoir des serveurs pour l’hébergement de la messagerie et des applications – nécessite généralement une adresse IP distincte pour chaque ressource. Par conséquent, chaque ressource peut également avoir un FQDN distinct.

Par exemple, le schéma ci-dessous montre plusieurs clients (appareils personnels) se connectant à des serveurs sur Internet.

Clients se connectant à plusieurs serveurs via Internet
Clients se connectant à plusieurs serveurs via Internet

Ici, chaque serveur du diagramme pourrait remplir une fonction différente sur le même site web, l’un étant par exemple un hôte web et l’autre un serveur de messagerie. Cependant, bien qu’ils soient utilisés pour le même site web, chacun d’eux pourrait avoir une adresse IP ou un FQDN distinct.

Avoir un FQDN distinct pour des ressources séparées est extrêmement pratique lorsqu’on essaie d’accéder, par exemple, au serveur de messagerie de votre site sans visiter la page d’accueil. Pour les FQDN, cette division se fait généralement à l’aide de sous-domaines, par exemple en préfixant « mail » à « monserveur »  pour créer le FQDN « mail.monserveur »

Quelle que soit la méthode utilisée, les FQDN facilitent grandement la segmentation et l’accès aux ressources spécifiques de votre site web. Comme nous le verrons dans la prochaine section, cela permet également de garder les choses en ordre.

Une meilleure organisation

En attribuant des FQDN à des sections distinctes de votre site web, vous bénéficierez d’une plus grande visibilité tout en gardant tout organisé.

Bien que la dernière section ait porté sur des FQDN différents pour des serveurs différents, il est également possible de diviser un seul serveur pour créer plusieurs serveurs virtuels . Chacun de ces serveurs virtuels peut avoir sa propre adresse IP et, par extension, son propre FQDN.

Cela peut sembler un peu high-tech, mais il s’agit d’une pratique courante connue sous le nom de virtualisation. En fait, de nombreux services d’hébergement infogérés offrent des fonctions de virtualisation.

Pour un exemple, regardez l’image ci-dessous.

Un serveur virtuellement divisé en trois sections distinctes
Un serveur virtuellement divisé en trois sections distinctes

Ici, un serveur unique est virtuellement divisé en plusieurs serveurs grâce à la virtualisation. La virtualisation est gérée par un type spécial de système d’exploitation appelé hyperviseur, qui attribue une partie du matériel physique du serveur (mémoire, CPU, etc.) à chaque serveur virtuel.

Si le serveur est également connecté à Internet (comme un serveur web), l’hyperviseur peut également attribuer des adresses IP virtuelles, qui sont toutes accessibles par le biais de FQDN. Alors que le serveur lui-même n’aura toujours qu’une seule adresse IP, l’hyperviseur peut aider à acheminer le trafic vers différents serveurs virtuels en fonction du FQDN fourni.

Mais ne vous inquiétez pas trop des spécificités de la virtualisation – il s’agit seulement d’un exemple pour montrer à quel point vous pouvez être organisé avec les FQDN. Comme dans cet exemple, vous pouvez également utiliser les FQDN pour accéder à des services et protocoles de domaines individuels (tels que le protocole de transfert de fichiers ou FTP) sur le même serveur.

Nécessaire pour obtenir des certificats SSL

Les certificats SSL (Secure Sockets Layer) ne sont accordés qu’aux sites web ayant un FQDN. Par conséquent, il ne s’agit pas seulement d’un avantage pour quiconque cherche à établir la confiance – c’est aussi une nécessité.

Mais qu’est-ce qu’un certificat SSL?

Seul un FQDN peut donner à votre site ce « https » super-sécurisé
Seul un FQDN peut donner à votre site ce « https » super-sécurisé

Lorsque vous faites des achats en ligne, vous pouvez (avec un peu de chance) remarquer que la barre de votre navigateur change lorsque vous effectuez une transaction. Comme le montre l’image ci-dessus, ce changement se présente généralement sous la forme d’un cadenas et d’un « https » (au lieu d’un simple « http ») devant l’URL.

Il s’agit peut-être d’un changement subtil, mais il est important. Ce changement est dû aux certificats SSL, qui sont de petits fichiers de données qui sécurisent et cryptent la connexion entre un utilisateur et un site web. Par conséquent, les certificats SSL sont extrêmement importants pour la sécurité des transactions et l’établissement de la confiance.

Cependant, la seule façon d’obtenir un certificat SSL est de disposer d’un FQDN pour votre site web. Puisque les certificats SSL tentent de lier l’identité d’une organisation à un emplacement (comme une boutique eCommerce à son serveur physique),

Nous ne nous plongerons pas trop dans les types de certificats SSL, mais notez qu’un certificat est requis pour chaque FQDN de votre site Web. En d’autres termes, si votre site possède les FQDN « www.monserveur.com » et « boutique.monserveur.com », vous aurez besoin de deux certificats SSL si vous voulez sécuriser les deux.

Comme les domaines et les certificats SSL coûtent généralement de l’argent (à moins que vous n’en obteniez un gratuitement avec les plans d’hébergement de Kinsta), il est généralement préférable de sécuriser le FQDN où une connexion sécurisée est nécessaire. Par exemple, « boutique.monserveur.com » aurait la priorité sur « www.monserveur.com », en supposant que les utilisateurs y effectuent des transactions sécurisées. Ainsi, lorsque l’utilisateur passe la commande, le trafic HTTP sera automatiquement acheminé vers HTTPS et la connexion sera sécurisée.

Le fait de disposer d’un certificat SSL et d’un FQDN peut également contribuer à améliorer votre classement dans les moteurs de recherche, notamment dans Google.

Une alternative plus facile pour les connexions à distance

Un FQDN est généralement le moyen le plus pratique d’établir des connexions à distance. La capture d’écran suivante pourrait être familière à certains utilisateurs d’entreprise.

Utilisation d'un FQDN pour établir une connexion de bureau à distance
Utilisation d’un FQDN pour établir une connexion de bureau à distance

Cela peut sembler évident, mais spécifier un FQDN pour un hôte ou une machine virtuelle à distance n’est pas la seule option disponible. Tout comme la connexion à un site web avec son adresse IP, vous pouvez également vous connecter à un hôte distant en utilisant l’adresse IP de l’hôte.

Bien sûr, les FQDN et les adresses IP représentent toujours la même chose. Toutefois, lorsque vous établissez une connexion à distance avec un FQDN, le serveur DNS le compare à un tableau d’adresses IP liées. Lorsqu’une correspondance est trouvée, le serveur se connecte à l’hôte distant, qui renvoie généralement une invite de connexion.

En plus d’être l’option la plus pratique, l’utilisation d’un FQDN est parfois votre seule option. Par exemple, si vous essayez de vous connecter à un hôte distant qui ne partage pas le même fournisseur de services Internet (FAI) que vous, vous devrez souvent utiliser un FQDN. Ceci afin que votre DNS puisse résoudre le nom et vous connecter au bon hôte.

Avez-vous déjà entendu parler d'un FDQN ? 🤔 C'est l'abréviation de Fully Qualified Domain Name, et cet article contient tout ce que vous devez savoir à leur sujet 😄Click to Tweet

Résumé

Un FQDN est un moyen facile et pratique de spécifier un chemin complet vers un serveur ou un hôte particulier. En plus d’être pratique, avoir un FQDN est également utile pour organiser vos ressources, obtenir des certificats SSL et se connecter à distance.

Bien sûr, chaque FQDN a besoin d’un hôte fiable et infogéré. Pour plus d’informations sur l’hébergement d’applications, l’hébergement de bases de données et l’hébergement WordPress infogéré de Kinsta, planifiez une démo gratuite ou contactez un expert en hébergement dès aujourd’hui.


Économisez du temps et de l’argent et optimisez les performances de votre site avec :

  • Aide instantanée des experts en hébergement WordPress, 24/7.
  • Intégration de Cloudflare Enterprise.
  • Une audience mondiale avec 35 centres de données dans le monde entier.
  • Optimisation avec notre surveillance intégrée de performance d’applications (APM).

Tout cela et bien plus encore, dans un seul plan sans contrat à long terme, avec des migrations assistées et une garantie de remboursement de 30 jours. Pour trouver le plan qui vous convient, Découvrez nos plans ou contactez nous.