L’utilisation de SSH avec WordPress peut être l’une des méthodes les plus sûres et les plus pratiques pour accéder à votre site web.

Il s’agit d’un protocole d’accès aux fichiers de votre site qui signifie « Secure Shell ». Tant que vous disposez des identifiants de connexion, vous pouvez les utiliser pour accéder à votre site où que vous soyez, en sachant que vous le faites en toute sécurité.

Dans cet article, vous découvrirez quelques-unes des commandes SSH les plus utiles à utiliser avec WordPress.

Plongeons dans le vif du sujet !

Qu’est-ce que SSH et comment l’utiliser avec WordPress ?

SSH est un protocole sécurisé pour accéder aux fichiers de votre site WordPress. Cet article se concentre sur les commandes que vous pouvez utiliser, je ne vais donc pas entrer dans les détails sur la façon d’utiliser SSH pour accéder à votre site, mais juste vous donner un récapitulatif.

Qu’est-ce que SSH ?

SSH, ou « Secure Shell », est un protocole que vous pouvez utiliser pour accéder à des fichiers et des répertoires sur un serveur distant. Les spécifications SSH le définissent comme suit :

« Un protocole pour la connexion à distance sécurisée et d’autres services de réseau sécurisés sur un réseau non sécurisé. »

Au lieu d’utiliser votre navigateur web, vous utilisez soit le Terminal (sous macOS ou Linux), soit un client tel que PuTTY (sous Windows) pour accéder à votre site par SSH.

Comment utiliser SSH avec WordPress ?

Pour un site WordPress, SSH vous donnera accès aux fichiers WordPress eux-mêmes ainsi qu’à tous les fichiers que vous avez ajoutés au répertoire wp-content, soit via les écrans d’administration, soit directement.

Il est probable que vous l’utiliserez principalement dans le répertoire wp-content, et occasionnellement dans le répertoire racine pour accéder à des fichiers comme wp-config.php.

Pour travailler sur votre site en utilisant SSH, ouvrez soit le terminal, soit un client tel que PuTTY, et commencez par accéder au serveur. Pour ce faire, vous aurez besoin de quatre informations :

Pour vous connecter via SSH avec Kinsta, vous devrez trouver ces informations dans MyKinsta. Sélectionnez votre site et trouvez la section SFTP / SSH de l’écran Info.

Détails de MyKinsta SSH

Détails de MyKinsta SSH

Copiez ceci dans la ligne de commande.

Écran de départ de Kinsta SSH

Écran de départ de Kinsta SSH

Une fois que vous avez fait cela, vous pouvez commencer à utiliser les commandes SSH avec votre site WordPress.

Si votre connexion est refusée, ce peut être pour l’une des raisons suivantes Suivez notre guide de dépannage d’une connexion SSH refusée pour vous reconnecter.

Qu’est-ce que PuTTY et comment l’utiliser ?

Si vous utilisez MacOS ou Linux, vous disposez déjà de l’interface nécessaire pour accéder à votre site WordPress via SSH. Vous pouvez simplement utiliser le terminal intégré pour utiliser SSH.

Mais si vous êtes sous Windows, vous devrez installer un client pour pouvoir utiliser SSH.

Le client SSH le plus populaire est PuTTY. Vous devrez le télécharger et l’installer avant de pouvoir accéder à votre site à partir de Windows. Vous utiliserez alors les mêmes commandes SSH dans PuTTY que dans le Terminal.

Comment automatiser les commandes SSH avec WordPress ?

L’un des avantages de l’utilisation de SSH pour accéder à votre site WordPress est que vous pouvez automatiser les commandes que vous utilisez fréquemment.

Pour ce faire, vous utilisez WP-CLI, l’interface en ligne de commande de WordPress. Il s’agit d’une interface qui vous donne accès à une bibliothèque de commandes spécifiques à WordPress que vous pouvez utiliser en plus de celles fournies par SSH.

L’utilisation de WP-CLI signifie que vous pouvez automatiser les tâches de gestion de WordPress telles que la mise à jour de votre installation WordPress, l’installation d’extensions et la configuration de serveurs distants. L’utilisation de la ligne de commande accélère le processus et peut faire de vous un développeur beaucoup plus efficace.

Avantages de l’utilisation de SSH avec WordPress

L’utilisation de SSH avec WordPress vous offre de nombreux avantages :

Maintenant que vous savez ce qu’est le SSH et comment il fonctionne avec WordPress, examinons les commandes SSH les plus populaires que vous pouvez utiliser avec WordPress.

Cette année, il s'agit de travailler plus intelligemment et plus rapidement avec ces plus de 20 commandes SSH pour #WordPress ⚡️Découvrez-les !Click to Tweet

27 Commandes SSH à utiliser avec WordPress

Le protocole SSH dispose d’un large éventail de commandes. J’ai listé ci-dessous les plus couramment utilisées et les ai regroupées en catégories pour plus de commodité.

Commandes de répertoires

Il existe toute une série de commandes SSH que vous pouvez utiliser pour travailler ou manipuler les répertoires (ou dossiers) de votre site WordPress.

pwd – Affiche le répertoire actuel (chemin complet vers l’endroit où vous vous trouvez actuellement)

La commande pwd affichera le chemin complet vers l’endroit où vous vous trouvez dans votre serveur en ce moment. Si vous le saisissez lors de votre premier accès au site, il vous indiquera sur quel serveur vous vous trouvez.

Commande pwd

Commande pwd

Utilisez cette commande après vous être déplacé dans vos dossiers, et vous verrez plus d’informations sur l’endroit exact où vous vous trouvez. Cela peut être utile pour vérifier votre emplacement, car vous n’avez pas la représentation visuelle que vous obtiendriez en utilisant un éditeur de code ou un client FTP.

ls – Affiche le contenu du répertoire (liste les noms de fichiers)

La commande ls affichera le contenu du répertoire en cours.

Commande ls

Commande ls

Vous pouvez également utiliser des paramètres supplémentaires pour personnaliser ou ajouter les informations renvoyées par la commande ls :

Assurez-vous de saisir un espace entre la commande et les paramètres.

Commande ls -a

Commande ls -a

cd – Changer de répertoire

La commande cd vous permet de passer dans un autre répertoire. Vous pouvez vous déplacer dans les sous-répertoires du répertoire courant ou vous déplacer vers le haut ou vers le bas avec les paramètres corrects.

La commande ci-dessous me fait passer du répertoire racine de mon serveur au répertoire public :

cd public

Pour remonter dans l’arborescence des répertoires ou pour retourner d’où vous venez, utilisez l’un de ces paramètres :

Dans la capture d’écran ci-dessous, je me suis rendu dans le répertoire public et j’ai listé son contenu. Si vous avez l’expérience du contenu d’une installation WordPress, cela vous semblera familier :

Se rendre dans le répertoire public

Se rendre dans le répertoire public

mkdir – Créer un nouveau répertoire

Avec la commande mkdir, vous pouvez créer un nouveau répertoire dans le répertoire actuel.

Donc, si vous êtes dans le dossier d’une extension et que vous voulez ajouter un répertoire pour la feuille de style, vous pouvez utiliser cette commande :

mkdir styles

Cela ajoutera un nouveau répertoire vide au dossier dans lequel vous vous trouvez actuellement. Si vous souhaitez ajouter un répertoire à un dossier situé plus bas dans la structure, vous devez saisir dans la structure. Ainsi, à partir du dossier wp-content, vous pouvez saisir :

mkdir /plugins/myplugin/styles

rmdir – Supprimer le répertoire

La commande rmdir supprimera un répertoire de votre serveur. Faites attention en l’utilisant car vous ne pouvez pas l’annuler !

Comme pour mkdir, vous pouvez utiliser rmdir pour supprimer un répertoire dans votre emplacement actuel :

rmdir styles

Vous pouvez aussi utiliser rmdir pour supprimer un dossier plus bas dans la structure :

rmdir /plugins/myplugin/styles

Vous pouvez également utiliser rm pour supprimer des répertoires, si vous ajoutez des paramètres supplémentaires.

Commandes de fichiers ou de répertoires

Les commandes suivantes peuvent être utilisées avec des fichiers ou des dossiers / répertoires.

cp – Copier un fichier ou un dossier

Vous pouvez utiliser la commande cp avec les fichiers et les dossiers pour les copier à un autre endroit. Vous devrez spécifier l’endroit où vous souhaitez que le fichier ou le dossier soit copié.

cp filename.extension /dir/

Cela précise le nom du fichier à copier (y compris son extension) et l’endroit où il sera copié.

Si vous souhaitez renommer le fichier (c’est-à-dire que la nouvelle version porte un nom différent de l’original), vous pouvez également spécifier le nouveau nom du fichier.

cp filename.extension /dir/filename.extension

Cette commande comporte un certain nombre de paramètres que vous pouvez utiliser :

mv – Déplacer un fichier ou un dossier

Vous pouvez non seulement copier des fichiers et des dossiers, mais aussi les déplacer. Pour ce faire, utilisez la commande mv.

Comme pour cp, vous pouvez soit déplacer un fichier ou un dossier et garder le même nom, soit le déplacer et le renommer.

zip – Compresser un fichier ou un dossier

Une autre commande que vous pouvez utiliser avec des dossiers ou des fichiers est zip, que vous pouvez implémenter pour compresser un dossier et son contenu. Vous devez inclure le nom du fichier / dossier qui sera compressé sous la forme d’un fichier zip. Vous pouvez l’utiliser avec des paramètres qui spécifieront si vous voulez supprimer le dossier d’origine ou non.

Commande zip -r

Commande zip -r

Lorsque vous listerez ensuite le contenu du dossier, vous verrez le fichier zip et le dossier d’origine si vous avez utilisé zip -r, mais seulement le nouveau fichier zip si vous avez utilisé zip -m.

Le nouveau fichier zip

Le nouveau fichier zip

unzip – Décompresser un dossier

La commande unzip décompressera un fichier zip dans votre répertoire et en extraira le contenu pour créer le ou les fichiers à partir desquels il a été compressé à l’origine :

unzip twentyseventeen.zip

Ne l’utilisez pas si vous n’avez pas supprimé le dossier d’origine lors de la compression. Cela n’écrasera pas le dossier d’origine. Utilisez plutôt zip -m pour supprimer le dossier d’origine lorsque vous le zippez, ou utilisez rm pour le supprimer avant de décompresser le fichier zip.

Vous pouvez également ajouter des paramètres pour unzip afin de personnaliser son utilisation :

tar – Créer et décompresser des archives compressées

La commande tar vous permet de créer et de décompresser des archives .tar.gz, ce qui est une alternative à l’utilisation d’archives .zip. Vous utilisez la même commande pour compresser et décompresser des fichiers ou des dossiers.

Pour compresser un fichier ou un dossier, utilisez tar cvzf. La syntaxe pour la compression d’un dossier serait :

tar cvzf archivename.tar.gz directoryname

Ci-dessus, archivename est le nom du fichier d’archive à créer et directoryname est le nom du dossier à compresser.

Et pour décompresser le dossier, utilisez tar xvzf :

tar xvzf archivename.tar.gz

Les quatre lettres représentent des instructions spécifiques :

Commandes de fichiers

Vous trouverez ci-dessous une liste des commandes SSH les plus courantes spécifiquement destinées à être utilisées avec des fichiers.

touch – Créer un nouveau fichier

Pour créer un nouveau fichier vide sur votre serveur, utilisez la commande touch :

touch style.css

Vous ne pouvez créer un fichier que dans le répertoire courant, vous devrez donc y accéder avant d’utiliser la commande touch.

cat – Afficher le contenu du fichier

Pour afficher le contenu d’un fichier, utilisez cat.

Commande cat

Commande cat

Cela affichera le contenu complet de tout fichier dans le terminal ou PuTTY.

grep – Recherche d’une expression spécifique

Si vous savez que le fichier que vous devez examiner est long et que vous savez également quel contenu vous recherchez, vous pouvez utiliser la commande grep pour rechercher un contenu spécifique.

Ci-dessous, j’ai fait une recherche pour le mot « sidebar » dans le fichier sidebar.php d’un thème.

Commande grep

Commande grep

Les lignes contenant le terme de recherche seront affichées.

Si je voulais rechercher une chaîne de plusieurs mots, je devrais l’entourer de marques :

grep "nav class" footer.php

La commande grep comporte également un certain nombre de paramètres que vous pouvez utiliser pour personnaliser votre recherche :

head – Lire les 10 premières lignes d’un fichier

Si vous voulez juste lire les lignes d’ouverture d’un fichier, utilisez la commande head :

head filename.extension
Commande head

Commande head

tail – Lire les 10 dernières lignes d’un fichier

La commande tail fonctionne de la même manière que la commande head, mais lit plutôt les dix dernières lignes d’un fichier :

tail filename.extension

find – Recherche de fichiers et de répertoires

La commande find vous permet de rechercher des fichiers et des répertoires et de retourner ceux qui répondent aux critères que vous avez spécifiés. La commande ci-dessous permet de rechercher dans le répertoire courant tous les fichiers dont le nom comprend le mot « index » :

find . -name "index"

La syntaxe est :

find operator criterion string

Les opérateurs que vous pouvez utiliser sont :

Donc, si vous modifiez la commande ci-dessus pour cette option, str recherchera dans tout le système, et pas seulement dans le répertoire courant :

find / -name "index"

Parmi les critères que vous pouvez utiliser, citons

Le terme de recherche peut être n’importe quelle chaîne de caractères. Veillez à l’entourer de marques.

du – Obtenir la taille du fichier

Si vous voulez connaître la taille d’un ou plusieurs fichiers dans votre installation WordPress, utilisez la commande du (Disk Usage) :

du -h wp-config.php

L’insertion de -h signifie que l’utilisation du disque sera affichée dans un format lisible par l’homme, plutôt que sous forme de blocs.

Vous pouvez utiliser des paramètres supplémentaires :

chmod – Modifier les autorisations d’un fichier

La commande chmod vous permet de modifier les autorisations d’un fichier :

chmod 464 filename.extension

Pour déterminer les permissions à utiliser, utilisez le calculateur d’autorisations Unix et copiez le nombre qu’il vous donne dans la commande.

nano – Modifier un fichier avec l’éditeur de texte Nano

Si vous avez utilisé la commande touch pour créer un nouveau fichier, ou peut-être la commande cat pour afficher le contenu d’un fichier existant, vous voudrez peut-être ensuite modifier le fichier.

Vous pouvez le faire en utilisant l’éditeur de texte nano avec la commande nano :

nano filename.extension
Éditeur de texte nano

Éditeur de texte nano

Cela vous permet de modifier vos fichiers directement depuis la ligne de commande.

Attention : revenir en arrière est beaucoup plus difficile que si l’on avait utilisé un éditeur de code ou un système de contrôle de version. N’apportez que des modifications mineures si vous êtes sûr de vous.

Pour naviguer dans le fichier, utilisez les touches ainsi que les raccourcis clavier indiqués au bas de l’écran. Pour quitter le fichier, utilisez Ctrl-X pour revenir au terminal.

vim – Modifier un fichier avec l’éditeur de texte Vim

L’éditeur de texte vim fonctionne à peu près de la même manière que l’éditeur nano et vous y accédez à l’aide de la commande vim. Le choix d’utiliser cette commande dépend de vos préférences personnelles :

vim filename.extension

wget – Télécharger des fichiers

Avec la commande wget, vous pouvez télécharger des fichiers sur Internet. Ils seront téléchargés dans le répertoire dans lequel vous vous trouvez actuellement. Vous devrez inclure le chemin complet du fichier que vous voulez télécharger :

wget https://site.com/filename.ext

Cela permettra de télécharger le fichier .ext de site.com et de le stocker dans votre répertoire actuel.

Commandes du terminal

Voyons maintenant quelques-unes des commandes les plus couramment utilisées pour vous aider à travailler avec l’interface Terminal (ou PuTTY).

clear – Vider l’écran

Si votre écran vous semble encombré, il vous suffit de taper clear pour le vider et vous retrouver avec un écran vierge. Cela est utile si vous voulez un environnement de travail propre ou si vous voulez masquer votre travail si vous êtes dans un lieu public :

Commande clear

Commande clear

reset – Enlever la sortie du terminal

La commande de reset supprime toutes vos commandes et sorties de l’écran du terminal et efface l’écran.

history – Afficher les 50 dernières commandes utilisées

Si vous n’êtes pas sûr de ce que vous avez fait récemment et que vous voulez répéter ou annuler quelque chose, utilisez la commande history pour obtenir une liste des 50 commandes les plus récentes que vous avez utilisées.

Commande history

Commande history

screen – Reprendre les sessions SSH

Screen est un multiplexeur de terminal, ou un outil qui vous permet de prolonger une seule session de terminal avec plusieurs sessions virtuelles. Avec Screen, vous pouvez passer d’une « fenêtre » à l’autre en exécutant différentes tâches sans avoir à ouvrir deux connexions SSH à votre serveur.

Par exemple, vous pouvez utiliser nano dans une fenêtre, et passer à une autre fenêtre pour télécharger un gros fichier en utilisant wget. De plus, travailler dans une session Screen vous permet de reprendre votre tâche après vous être reconnecté en raison d’une connexion SSH ou d’une erreur de réseau. Pour les utilisateurs de WordPress, Screen est utile pour exécuter en toute sécurité des tâches longues comme les importations de bases de données et les processus de recherche et de remplacement de regex avec wp-cli.

Voyons de plus près comment utiliser Linux Screen.

Comment installer Linux Screen

Tout d’abord, vous devez vérifier si Screen est installé sur votre serveur avec la commande ci-dessous.

screen --version

Si Screen est installé, vous verrez quelque chose comme ceci.

kinstalife@mYJ-kinstalife:~$ screen --version

Screen version 4.03.01 (GNU) 28-Jun-15

Sinon, utilisez les commandes ci-dessous pour installer Screen.

Ubuntu et Debian
sudo apt update

sudo apt install screen
CentOS et Fedora
sudo yum install screen
Démarrer une nouvelle session Screen sous Linux.

Démarrer une nouvelle session Screen sous Linux.

Bien que votre terminal ne soit pas différent d’avant, vous êtes maintenant dans une session screen ! Essayons maintenant de créer une nouvelle fenêtre dans la session screen.

Une nouvelle session screen.

Une nouvelle session screen.

Dans screen Linux, tous les raccourcis commencent par Ctrl+A. Pour créer une nouvelle fenêtre, appuyez sur Ctrl+A, relâchez la pression, puis appuyez sur c. Pour afficher les deux fenêtres, appuyez sur Ctrl+A suivi de ".

Comment passer d’une fenêtre à l’autre

La capture d’écran ci-dessous montre deux fenêtres – 0 et 1. À partir de cette fenêtre, vous pouvez utiliser vos touches fléchées pour vous déplacer vers le haut et vers le bas entre les différentes fenêtres. Appuyez sur « Entrée » ou « Retour » sur une fenêtre en surbrillance pour la sélectionner. Si vous connaissez le numéro d’une fenêtre spécifique, vous pouvez également utiliser Ctrl+A et le numéro pour la sélectionner.

Deux fenêtres dans Screen.

Deux fenêtres dans Screen.

Enfin, vous pouvez également utiliser les commandes ci-dessous pour passer à la fenêtre suivante ou précédente.

Comment sortir du screen

Pour quitter une session screen, appuyez sur Ctrl+D. Le terminal affichera  » [screen is terminating] » – cela indique que la session screen n’est plus active.

Terminez la session screen.

Terminez la session screen.

Comment gérer plusieurs sessions screen Linux

L’une des fonctions les plus puissantes de Screen est la possibilité d’utiliser plusieurs sessions de Screen. Par exemple, vous pouvez avoir un Screen pour exécuter des tâches de recherche et de remplacement dans la base de données, un autre pour naviguer dans le système de fichiers WordPress et un autre pour mettre à jour les plugins via wp-cli. Mieux encore, vous pouvez détacher et reprendre des sessions screen selon vos besoins. Cela signifie que vous pouvez reprendre un long processus d’importation de la base de données même si vous perdez la connexion à votre serveur.

Avant de continuer, utilisez Ctrl+D pour quitter votre session screen existante, le cas échéant. Une fois la session terminée, utilisez la commande ci-dessous pour créer une nouvelle session. Remarquez comment cette commande vous permet de donner un nom unique à la session. N’hésitez pas à remplacer « session1 » par ce que vous souhaitez.

screen -S session1

Après avoir créé la nouvelle session, utilisez la commande screen -ls pour lister toutes les sessions Screen actives. Dans la capture d’écran ci-dessous, vous pouvez voir session1, la session créée par la commande ci-dessus.

Comment utiliser screen Linux

Après l’installation de screen, utilisez la commande screen pour démarrer une nouvelle session Screen. Vous devriez voir un texte d’introduction comme la capture d’écran ci-dessous. Appuyez sur « Entrée » ou « Retour » sur votre clavier pour terminer l’initialisation de Screen.

Liste des sessions screen dans le terminal.

Liste des sessions screen dans le terminal.

Comment détacher un screen Linux

Lorsque vous utilisez Ctrl+D pour quitter une session Screen, cela met fin à la session complètement. Et si vous voulez garder la session en arrière-plan pendant que vous travaillez sur autre chose ? C’est là que le détachement entre en jeu. Lorsque vous détachez une session Screen, elle continue à tourner en arrière-plan. Le détachement est utile pour maintenir actifs en arrière-plan des processus de longue durée comme les importations de bases de données et l’indexation d’Elasticsearch.

Pour détacher une session Screen, appuyez simplement sur Ctrl+A suivi de d. Si vous exécutez screen -ls après avoir détaché, vous verrez un paramètre « (Detached) » pour la session Screen.

Une session screen détachée.

Une session screen détachée.

Après avoir détaché une session d’écran, vous pouvez créer un autre screen.

screen -S session2
Sessions screen multiples.

Sessions screen multiples.

Comment reprendre une screen Linux

Pour reprendre un screen Linux détaché, utilisez la commande ci-dessous. Veillez à remplacer « session1 » par le nom de la session que vous souhaitez reprendre.

screen -x session1
Reprendre un screen Linux.

Reprendre un screen Linux.

Dans la capture d’écran ci-dessous, vous pouvez voir que « session1 » est maintenant jointe, et que « session2 » est détachée.

Screen est un outil puissant pour le multitâche dans le terminal. Il vous permet d’exécuter plusieurs environnements distincts pour différentes tâches sans avoir à faire plusieurs connexions SSH. Nous vous recommandons d’utiliser Screen si vous exécutez un processus long et fastidieux sur votre site WordPress.

Autres commandes utiles pour travailler via SSH

Les commandes suivantes ne font pas partie des rubriques ci-dessus, mais vous pourriez les trouver utiles pour travailler avec votre site WordPress via SSH.

netstat – Afficher les connexions réseau

Tapez la commande netstat et vous verrez les détails de votre connexion réseau et de votre état :

Commande netstat

Commande netstat

exit – Quitter le serveur distant

Lorsque vous avez fini de travailler avec votre site WordPress distant, saisissez la commande exit pour quitter le serveur et retourner sur votre machine locale.

Commande exit

Commande exit

Vous devez toujours le faire lorsque vous avez fini de travailler, afin que personne d’autre ne puisse accéder à votre serveur via SSH.

SSH est un protocole sécurisé pour accéder aux fichiers de votre site WordPress. Voici une liste de plus de 20 commandes qui vous faciliteront la vie ! Consultez-les 💪🏅Click to Tweet

Résumé

Le fait de pouvoir accéder à votre site WordPress via SSH vous offre un moyen sûr et pratique de travailler avec les fichiers de votre site sans avoir à ouvrir un client FTP ou un navigateur web.

Grâce aux commandes listées ici, vous devriez être en mesure d’effectuer via SSH la plupart des tâches que vous aurez à faire dans WordPress et d’effectuer plus de taches plus rapidement.


Si vous avez aimé cet article, alors vous allez adorer la plateforme d’hébergement WordPress de Kinsta. Accélérez votre site Web et obtenez le support 24/7 de notre équipe de vétérans de WordPress. Notre infrastructure propulsée par Google Cloud met l’accent sur la mise à l’échelle automatique, la performance et la sécurité. Laissez-nous vous montrer la différence de Kinsta ! Découvrez nos plans