La migration des entreprises vers le cloud computing se poursuit à un rythme étonnant. Les entreprises recherchent de plus en plus les avantages offerts par les technologies du Cloud, au-delà des déploiements sur site.

Les fournisseurs de services de Cloud ne cessant d’améliorer la réduction des coûts, l’évolutivité, la sécurité et la continuité des activités, cette tendance ne peut que s’accélérer.

Le marché de l’informatique dématérialisée est aujourd’hui un vaste écosystème de fournisseurs, de technologies, de produits et de services. Gartner prévoit que le marché mondial des services de cloud computing publics augmentera à lui seul de 17 % pour atteindre 266,4 milliards de dollars.

2018 2019 2020 2021 2022
Cloud Business Process Services (BPaaS) 41.7 43.7 46.9 50.2 53.8
Cloud Application Infrastructure Services (PaaS) 26.4 32.2 39.7 48.3 58.0
Cloud Application Services (SaaS) 85.7 99.5 116.0 133.0 151.1
Cloud Management and Security Services 10.5 12.0 13.8 15.7 17.6
Cloud System Infrastructure Services (IaaS) 32.4 40.3 50.0 61.3 74.1
Marché total 196.7 227.8 266.4 308.5 354.6

Prévisions des recettes du service de cloud computing public mondial (Source du tableau : Gartner) Note : Les chiffres ayant été arrondis, les totaux peuvent ne pas correspondre.

Parmi les milliers de fournisseurs, une poignée de sociétés technologiques se sont imposées comme des noms familiers dans le monde du cloud computing. Lorsque nous pensons aux fournisseurs de services de Cloud – Amazon Web Services, Google Cloud Platform et Microsoft Azure sont les trois géants de l’industrie qui nous viennent à l’esprit.

Aujourd’hui, nous allons comparer deux de ces géants du Cloud : Google Cloud vs Azure, ayant déjà comparé Google Cloud vs AWS dans un précédent article.

Dans ce guide, nous allons aborder la complexité qui entoure la technologie du Cloud, en expliquant tout en termes simples pour la rendre aussi accessible que possible.

Chez Kinsta, nous utilisons exclusivement la plateforme Google Cloud, mais nous vous donnerons une opinion impartiale.

Pourquoi Google Cloud vs Azure

Si vous envisagez de passer au Cloud, il est impossible de faire des recherches sur les fournisseurs de services de Cloud et de ne pas découvrir Google Cloud et Microsoft Azure dans le cadre de cette exploration.

L'écosystème du Cloud évolue rapidement. Découvrez cette comparaison détaillée des deux acteurs les plus célèbres de l'industrie du cloud computing : Google Cloud vs Azure. Qui va gagner ? ☁️🆚 Cliquez pour Tweet

Même avant le début de l’informatique dématérialisée, Google et Microsoft étaient tous deux des leaders mondiaux reconnus dans le domaine de la technologie. Bien qu’ils proposent des produits et des services différents, ces géants du Cloud sont réputés pour leur expertise, leur innovation et leur excellence tant au niveau du matériel que des logiciels. C’est sur cette base qu’ils ont construit leurs plateformes de cloud computing pour dominer leurs concurrents.

En 2019, Gartner a annoncé dans son Magic Quadrant que Google et Microsoft étaient les leaders mondiaux de l’infrastructure en tant que service (IaaS). Amazon Web Services étant le seul autre fournisseur à partager cette reconnaissance.

Ils ont gagné leur position de leader grâce à leur supériorité dans les deux axes de la « vision complète » et de la « capacité d’exécution » dans l’espace IaaS.

Quadrant magique 2019 pour l'infrastructure de Cloud en tant que service, dans le monde entier

Quadrant magique 2019 pour l’infrastructure de Cloud en tant que service, dans le monde entier (Source de l’image : Gartner)

Google Cloud et Microsoft Azure continuent de se développer

Qu’il s’agisse de solutions IaaS, SaaS ou PaaS, Google Cloud et Azure proposent des centaines de produits et services de premier plan dans le domaine du Cloud. Une liste qui ne cesse de s’allonger à mesure qu’ils innovent et évoluent pour offrir des solutions plus nombreuses et plus nombreuses.

Google et Microsoft figurent tous deux parmi les cinq premiers fournisseurs publics d’infrastructures de Cloud, qui représentent 80 % du marché de l’IaaS, selon les données de Gartner.

Ces géants des technologies du Cloud continuent d’élargir leur clientèle et tous deux font état d’une croissance impressionnante de leurs revenus tout au long de 2019. Les chiffres suggèrent que les fournisseurs d’informatique dématérialisée suivent non seulement le rythme d’Amazon Web Services – le principal fournisseur de cloud computing – mais qu’ils s’approprient aussi activement des parts de marché.

Les revenus de la plateforme Google Cloud en 2019

Au cours du premier semestre 2019, Google a fait état d’une croissance impressionnante dans ses rapports financiers pour les premier et deuxième trimestres. Malgré un manque de clarté quant à la contribution financière des services de cloud computing de Google aux revenus globaux, le PDG de Google, Sundar Pichai, a indiqué que la société était sur la bonne voie pour atteindre un chiffre d’affaires annuel de 8 milliards de dollars grâce à la plateforme de cloud computing de Google. Une augmentation étonnante de 100 % par rapport à un taux annuel de 4 milliards de dollars au même moment en 2018.

Bien que Google soit loin de répondre aux attentes de Wall Street en matière de revenus pour l’ensemble de l’entreprise dans son rapport financier du troisième trimestre, l’entreprise continue de faire état d’une croissance impressionnante de ses services dans le Cloud. Ces chiffres suggèrent que Google continue de prendre des parts de marché à Amazon Web Services. Et avec AWS qui n’a enregistré qu’une croissance de 35 % de ses revenus dans le Cloud sur la même période.

Lors de la conférence téléphonique sur les résultats financiers du quatrième trimestre 2019, Pichai a annoncé la poursuite de la croissance des revenus de Google dans le Cloud.

Si vous souhaitez en savoir plus, n’oubliez pas de consulter notre guide détaille sur les parts de marché de la plateforme Google Cloud pour en savoir plus.

Les revenus de Microsoft Azure en 2019

Lorsque l’on examine les revenus des services de Cloud de Microsoft Azure – comme avec Google – il est difficile de découvrir les contributions réelles. L’entreprise continue à manquer de transparence, en déclarant ses revenus Azure au sein d’un groupe « Intelligent Cloud ». Elle masque également ses produits SaaS – comme Office 365 et Dynamics 365 – dans le cadre d’un groupe de revenus « Productivité et processus commerciaux ».

Transparence mise à part, le géant de la technologie affiche une croissance impressionnante en 2019. En comparaison, sur la même période que Google, Microsoft a annoncé une croissance des revenus d’Azure supérieure à 60 % au cours des premier, deuxième, troisième et quatrième trimestres.

Alors que la croissance constante de 60 % des revenus d’Azure assure à Microsoft de prendre également des parts de marché à Amazon Web Services, ils continuent de perdre du terrain au profit de la plateforme Google Cloud.

Comparaison des fonctionnalités de Google Cloud et Azure

Comparer et opposer les caractéristiques de Google Cloud et Azure peut être à la fois difficile et long. Chaque fournisseur propose aujourd’hui plus de 100 produits de Cloud. Même s’ils offrent le même service, le nom de leur produit comparatif est différent. Il est donc facile de se perdre dans les détails.

Consultez cette comparaison détaillée des caractéristiques de Google Cloud vs Azure, deux acteurs clés de l'industrie du cloud computing ☁️🆚 Cliquez pour Tweet

Heureusement, les deux plateformes sont très similaires, les produits de la plateforme Google Cloud et de la plateforme Azure étant regroupés dans les mêmes catégories. Pour vous faire gagner du temps et vous apporter une certaine clarté, nous avons fait le travail difficile de comparer les produits les plus populaires des principales catégories.

Dans cette section, nous aborderons les fondements du déploiement d’un Cloud, y compris le calcul, le stockage, la mise en réseau et la sécurité. Tous ces éléments sont utilisés ici chez Kinsta pour fournir à nos clients un hébergement WordPress évolutif à la pointe de la technologie. Ce qui nous a permis de devenir l’un des hébergeurs WordPress à la croissance la plus rapide en Europe et en Amérique.

Alors, commençons :

Calcul

Dans cette première catégorie de calcul, nous nous concentrerons sur les machines virtuelles (VM). Nous comparerons la configuration de Microsoft Azure et de Google Cloud Platform.

En un coup d’œil, chaque fournisseur adopte une approche similaire pour les VM, qui constituent une partie fondamentale de tout environnement de Cloud, et exécutera presque tous les types de charge de travail des clients auxquels vous pouvez penser.

Les géants du Cloud ont des conventions de dénomination différentes pour les VM. Elles sont connues sous le nom de Azure virtual machines sur Microsoft Azure et Compute Engine sur la plateforme Cloud de Google. Les deux fournisseurs utilisent également une terminologie et des concepts de haut niveau différents.

Pour assurer la clarté de la comparaison, Google a établi une carte des différences entre Azure et Compute Engine, que vous pouvez voir dans le tableau ci-dessous :

Fonctionnalité Azure Moteur de calcul
Machines virtuelles Machines virtuelles Instances de machines virtuelles
Images Image (à la fois sur disque de démarrage et sur la machine complète) Image (disque de démarrage uniquement)
Images personnalisées VM Azure généralisées Images personnalisées
Modèles VM Modèles de gestionnaires de ressources Modèles d’instance
Mise à l’échelle automatique des instances Azure Autoscale Moteur de calcul autoscaler
Formats d’importation VM pris en charge VHD RAW
Lieu de déploiement Régional (équivalent aux zones de Cloud Platform) Zonal
VM préemptibles Oui Oui
Instantanés progressifs Oui Oui

Mise en correspondance de la terminologie de haut niveau pour Azure avec le moteur de calcul de Google

Caractéristiques de la VM

En provisionnant les VM dans Compute Engine et Azure, vous découvrirez que les plateformes vous offrent de nombreuses fonctionnalités identiques. Vous pourrez :

  • Déployer et terminer les instances de VM à la demande grâce à la mise à l’échelle automatique.
  • Installer une série de systèmes d’exploitation disponibles sur votre VM.
  • Utiliser des images de disque de démarrage pour créer des instances de VM.
  • Gérer les instances de VM sans restrictions.
  • Marquer vos VM pour faciliter leur identification.

Accès aux VMs

En ce qui concerne l’accès aux VM, il existe des différences essentielles entre Google Cloud et Azure. Ces différences dépendent du type de machine que vous utilisez.

Pour les machines Linux, il existe des différences dans l’accès aux machines basées sur SSH. Compute Engine vous permet de créer une clé SSH lorsque vous en avez besoin, même si votre instance de VM est déjà en cours d’exécution. La plateforme prend également en charge SSH à partir du navigateur, ce qui permet d’accéder directement à vos VM par un navigateur web, ce qui évite de stocker les clés sur votre machine locale.

Avec Azure, il n’y a pas d’accès SSH par le navigateur, et vous devez inclure votre propre clé si vous voulez un accès par SSH.

Comme pour les machines Windows, l’accès est similaire sur toutes les plateformes. Compute Engine et Azure prennent tous deux en charge l’accès à vos machines virtuelles par des canaux standard, notamment le protocole RDP (Remote Desktop Protocol) et le service de gestion à distance de Windows.

Types de VMs

Google et Microsoft proposent tous deux des centaines de types de machines, qui peuvent être déployées dans de nombreuses configurations différentes. Vous pouvez adapter les ressources de vos machines virtuelles à la demande, en augmentant le nombre de processeurs et de Go de mémoire vive pour atteindre des spécifications extrêmement élevées. Celles-ci se sont actuellement :

  • Les VM du moteur de calcul de Google s’étendent jusqu’à 416 vCPU et 11 776 Go de RAM.
  • Les machines virtuelles Microsoft Azure peuvent atteindre 416 vCPU et 11 400 Go de mémoire vive.

Les deux plateformes partagent la même catégorisation des types de machines pour vous aider dans votre sélection de ressources. En fonction de vos besoins, vous pouvez choisir des types de machines parmi les catégories suivantes : noyau partagé, usage général, mémoire optimisée, calcul optimisé, stockage optimisé, GPU et hautes performances.

Nous avons compilé le tableau suivant qui énumère les types de machines les plus récents pour les deux services.

Type de machine Azure Moteur de calcul
Noyau partagé N/A f1-micro – g1-small
e2-micro – e2-medium
Objectif général A1 v2 – A8 v2
B1LS – B20MS
D2a v4 – D96a v4
D2as v4 – D96as v4
D2 v3 – D64 v3
D2s v3 – D64s v3
D1-5 v2 – D5 v2
DS1-5 v2 – DS5 v2
n1-standard-1 – n1-standard-96
n1-highmem-2 – n1-highmem-96
n1-highcpu-2 – n1-highcpu-96
n2-standard-2 – n2-standard-80
n2-highmem-2 – n2-highmem-80
n2-highcpu-2 – n2-highcpu-80
e2-standard-2 – e2-standard-16
e2-highmem-2 – e2-highmem-16
e2-highcpu-2 – e1-highcpu-16
Mémoire optimisée E2 v3 – E64 v 3
E2a v4 – E96 v4
E2as v4 – E96as v4
E2s v3 – E64s v3
D11 v2 – D15 v2
DS11 v2 – DS15 v2
G1 – G5
Gs1 – Gs5
M8ms – M128ms
M208s v2 – M416ms v2
S96 – S576m
m1-ultramem-40 – m1-ultramem-160
m2-ultramem-208 – m2-ultramem-416
Calcul optimisé F2s v2 – F72s v2
F1 – F16F1s – F16s
c2-standard-4 – c2-standard-60
Stockage-optimisé L8s v2 – L80s v2
L4s – L32s
N/A
GPU NC6 – NC24
NC6 Promo – NC24r Promo
NC6s v2 – NC24s v2
NC6s v3 – NC24s v3
NV6 Promo – NV24 Promo
NV12s v3 – NV48s v3
ND6s – ND24s
ND40rs v2
NVIDIA® Tesla® T4 – NVIDIA® Tesla® K80
NVIDIA® Tesla® T4 Virtual Workstation – NVIDIA® Tesla® P100 Virtual Workstation
Haute performance H8 – H16mH8 Promo – H16mr Promo N/A
Configuration personnalisée des ressources de la VM Non Oui

Note : Azure et Compute Engine ajoutent régulièrement de nouveaux types de VM. Pour une liste complète de chaque service, voir Azure Linux Virtual Machines, Azure Windows Virtual Machines et Compute Engine Machine Types.

Réseau

Google Cloud et Azure continuent d’utiliser et d’étendre leurs propres infrastructures de réseau, en collaboration avec des partenaires, pour interconnecter leurs centres de données déployés dans le monde entier. Ils ont des plans d’expansion ambitieux et proposent des services de réseau de pointe pour offrir une connectivité à haut débit sur des machines virtuelles, d’autres services de Cloud et des serveurs sur site.

Dans cette section, nous allons explorer les principaux produits de réseautage offerts par Google et Microsoft, ainsi qu’un aperçu rapide de la disponibilité et de la latence.

Produit Plateforme Google Cloud Microsoft Azure
CDN Google Cloud CDN Azure CDN
Interconnexion dédiée Interconnexion dans le Cloud InterconnectCDN ExpressRoute
DNS Cloud DNS Azure DNS
Équilibrage de charge Cloud Load Balancing Azure Load Balancer
Réseaux virtuels Virtual Private Cloud Azure VNet
Tiers Network Service Tiers N/A

Une comparaison des produits équivalents de réseau de Cloud pour Google Cloud vs Azure (Source du tableau : Google)

Localisations

Google Cloud et Azure offrent chacun un réseau mondial de centres de données répartis dans plusieurs régions, pays et lieux. Chaque fournisseur dispose de zones de disponibilité distinctes, ce qui se traduit par une redondance, une tolérance aux pannes et une faible latence. Alors qu’Azure offre un plus grand nombre de régions, Google Cloud a un nombre beaucoup plus important de sites.

Les emplacements du réseau Google Cloud sont actuellement disponibles dans 22 régions, 64 zones et plus de 200 pays, avec de nouvelles régions récemment comme Séoul et Salt Lake City.

Réseau régional de Google Cloud

Réseau régional de Google Cloud

Les emplacements du réseau Microsoft Azure sont actuellement disponibles dans un éventail plus large de 58 régions et 140 zones.

Réseau régional Microsoft Azure

Réseau régional Microsoft Azure

CDN

Google et Azure proposent tous deux une solution similaire de réseau de diffusion de contenu (CDN), qui vous aide à réduire les temps de chargement, à économiser de la bande passante et à accélérer la réactivité de vos applications, sites web et services.

Baptisées Google Cloud CDN et Azure CDN, chaque plateforme offre une intégration profonde avec leur plateforme d’origine – offrant une journalisation et une surveillance avancées. De même qu’un certain nombre de solutions de sécurité conçues pour offrir une résilience contre les attaques par déni de service distribué (DDoS).

Interconnexion dédiée

Dans certaines situations, il se peut que votre VPN n’offre pas la vitesse ou la sécurité nécessaires pour certaines charges de travail. Dans ce cas, vous pouvez vous tourner vers Azure et Google pour louer une ligne de réseau à haut débit avec une capacité garantie. Les deux plateformes offrent une gamme de services :

Carrier Peering

L’échange de trafic entre opérateurs est une forme d’interconnexion spécialisée avec le fournisseur de services de Cloud par l’intermédiaire d’un fournisseur tiers, auprès duquel vous louez une ligne. L’offre d’Azure est ExpressRoute, tandis que Google propose Cloud Interconnect.

Si chaque fournisseur offre des vitesses de connexion allant jusqu’à 100 Gbps, Express Route dispose d’un choix plus large avec 102 fournisseurs par rapport aux 24 fournisseurs de Cloud Interconnect. ExpressRoute propose également une ligne louée privée, tandis que les lignes de Cloud Interconnect utilisent les réseaux publics.

Direct Peering

Direct Peering est un service actuellement offert par Google, et non par Azure. Ce service permet une connexion directe entre le réseau de votre entreprise et le réseau périphérique de Google, sans intermédiaire. Il vous connecte directement aux services de Google et permet l’échange de trafic dans le Cloud à haut débit – disponible dans plus de 100 endroits et 33 pays à travers le monde.

Réseau de diffusion de contenu (CDN) Peering

Google propose également le peering CDN. Vous permettant de connecter directement vos ressources dans le Cloud avec un fournisseur de CDN en utilisant les emplacements en périphérie du réseau de Google. Google prend en charge ce service pour plusieurs fournisseurs CDN via son service CDN Interconnect. Encore une fois, à ce jour, Azure ne propose pas de produit de peering CDN compétitif. Cependant, il prend en charge les connexions dédiées aux CDN d’Akamai et de Verizon dans le cadre de son service CDN Azure.

DNS

Un service DNS convertit vos noms de domaine lisibles par l’homme en adresses IP que les serveurs utilisent pour communiquer entre eux.

Google Cloud et Azure offrent tous deux des services DNS gérés qui se développent dans le Cloud – connus sous les noms de Azure DNS et Cloud DNS. Presque identiques dans leurs caractéristiques, les deux systèmes prennent en charge la plupart des types d’enregistrements DNS courants et les services basés sur le mode anycast. Plus récemment, Google a élargi son offre de fonctionnalités pour prendre en charge le DNSSEC, ce que le DNS Azure n’a pas encore adopté.

Équilibrage des charges

Google Cloud et Azure proposent chacun des services d’équilibrage de charge pour vous aider à répartir le trafic sur plusieurs instances. Tout cela dans le but d’améliorer la disponibilité et la tolérance aux pannes. Examinons de plus près certaines des méthodes qu’ils utilisent pour ce faire, en utilisant différents types d’équilibrage de charge :

Équilibrage de la charge HTTP(S)

Azure et Google proposent l’équilibrage de charge de la couche 7, vous aidant à distribuer les requêtes des clients au niveau de la couche application pour obtenir un routage plus sophistiqué que ce que l’équilibrage de charge de la couche 4 peut fournir.

Équilibrage des charges TCP/UDP

Les deux plateformes prennent également en charge l’équilibrage de charge de la couche 4, en répartissant les requêtes de vos clients dans une région au niveau de la couche de transport du réseau.

Équilibrage de charge SSL

Les deux fournisseurs prennent également en charge l’équilibrage de charge SSL, vous offrant le cryptage et le décryptage de toute donnée faisant l’objet d’un trafic à destination ou en provenance de vos services.

Réseaux virtuels

Vous pouvez créer des réseaux virtuels isolés et sécurisés à la fois sur Azure et sur Google Cloud. Chaque plateforme vous offre la possibilité de déployer plusieurs réseaux qui peuvent être davantage segmentés en sous-réseaux plus petits. Les machines virtuelles déployées dans ces réseaux virtuels auront la capacité de communiquer entre les sous-réseaux sans autre configuration.

L’offre d’azur est appelée VAzure VNet et est une offre régionale. L’offre Google, quant à elle, est appelée Virtual Private Cloud (VPC) et constitue une ressource mondiale. Si l’on examine de près les caractéristiques et les fonctionnalités, le VPC de Google offre certaines caractéristiques qui font défaut à Azure. Comme la mise en réseau partagée, qui permet aux administrateurs d’autoriser plusieurs projets à utiliser un seul réseau virtuel partagé et ses ressources correspondantes.

Tiers

La plateforme Google Cloud offre des niveaux de service réseau dans le cadre de son offre de produits, ce qui vous permet d’optimiser votre réseau en termes de performances et de prix. Google est le premier grand fournisseur de Cloud public à introduire une offre de services réseau Cloud à plusieurs niveaux. À ce jour, Microsoft Azure ne propose pas d’option comparative.

Grâce à Google, vous pouvez choisir entre un niveau Premium et un niveau Standard. En optant pour le niveau Premium, vous avez accès au réseau mondial de Google, qui offre des performances élevées, une faible latence et une grande fiabilité. Le service achemine votre trafic par les chemins les plus rapides avec le moins de sauts possible pour accélérer le transport et améliorer la sécurité. Vous accédez à des services réseau supplémentaires, tels que l’équilibrage global de charge, et vous êtes protégé par un accord de niveau de service global.

Plate-forme Google Cloud - Niveau Premium

Plate-forme Google Cloud – Niveau Premium

Si vous optez pour le niveau Standard, vous vous connecterez à un réseau moins performant, comparable à celui des autres fournisseurs de Cloud public. Vos services de réseau, comme l’équilibrage de charge, seront régionaux et vous n’aurez pas d’accord de niveau de service global. Il s’agit d’un choix pour vous si le coût est une considération, où vous êtes prêt à sacrifier la performance.

Niveau standard de la plateforme Google Cloud

Niveau standard de la plateforme Google Cloud

Pour comprendre les différences que cela fait pour votre service, vous pouvez consulter régulièrement les mesures de performance de Cedexis, qui comparent la latence et le débit. Comme vous le verrez dans le graphique ci-dessous, le niveau Premium offre actuellement une diminution de près de 20 % de la latence par rapport au niveau Standard.

Latence du réseau de la plateforme Google Cloud - Niveau Premium vs Niveau Standard

Latence du réseau de la plateforme Google Cloud – Niveau Premium vs Niveau Standard

Si vous regardez le débit, vous verrez également que le niveau Premium offre une augmentation de 100 % du débit par rapport au niveau Standard.

Débit réseau de la plateforme Google Cloud - Niveau Premium vs Niveau Standard

Débit réseau de la plateforme Google Cloud – Niveau Premium vs Niveau Standard

Nous comprenons l’importance de la rapidité du service. C’est pourquoi, chez Kinsta, nous utilisons le niveau premium de la plateforme Google Cloud pour tous nos clients. Pour garantir des temps de chargement ultra-rapides, réduire au minimum les sauts de traceroute et diminuer la distance que vos données doivent parcourir.

Stockage

Il est essentiel de comprendre les différents types de stockage et de disques utilisés par votre fournisseur d’informatique dématérialisée. Ces dispositifs auront un impact direct sur le débit attendu (IO), le nombre maximum d’IOP par volume/instance et la capacité de faire exploser la capacité pendant de courtes périodes – ce qui a une influence significative sur les performances.

En comparant le stockage Google Cloud et Microsoft Azure, nous nous concentrerons sur les options de stockage primaire : le stockage par blocs et le stockage par objets.

Stockage par bloc

Le stockage par bloc est essentiellement un disque virtuel fonctionnant sur une machine virtuelle de Cloud. Google Cloud fournit un stockage par bloc en utilisant des disques persistants – offrant un stockage SSD et HDD – qui peuvent s’attacher à des instances fonctionnant sur le moteur de calcul ou le moteur Google Kubernetes.

Microsoft Azure fournit sa solution de stockage par bloc sous la forme de blobs de pages, stockés sur des VHD Azure, fonctionnant sur une VM Azure.

En dehors de la méthode de stockage des données, les disques persistants Compute Engine et les disques durs virtuels Azure (VHD) sont très similaires. Chacun offre des volumes de disques en réseau et la possibilité d’attacher des disques locaux en cas de besoin.

Vous trouverez ci-dessous un aperçu détaillé de la façon dont le stockage par blocs est réparti sur les disques persistants Compute Engine et les VHD Azure :

Stockage par bloc VHDs Azure Disques persistants Compute Engine
Types de volumes Standard Storage (HDD), Premium Storage (SSD) Disque persistant standard (HDD), disque persistant SSD
Schémas de gestion Disques non gérés, disques gérés N/A (Google Cloud géré au niveau du projet)
Volume joint Ne peut être rattaché qu’à une seule instance à la fois Des volumes en lecture-écriture: Ne peuvent être attachés qu’à une seule instance à la fois
Volumes en lecture seule: Peuvent être joint à plusieurs instances
Taille maximale du volume 4 TiB 64 TB
Redondance Oui Oui
Instantané Oui Oui
Cryptage du disque Crypté par défaut Crypté par défaut

Tableau comparatif des caractéristiques de stockage par bloc sur les disques VHD Azure et les disques persistants du moteur de calcul Google

Le tableau suivant compare les disques de Compute Engine attachés localement à ceux d’Azure :

Stockage en bloc Azure Moteur de calcul
Nom du service Local SSD Local SSD
Volume joint Lié au type d’instance Peut être rattaché à toute instance non partagée
Volumes joints par instance Varie selon le type d’instance Jusqu’à 8
Capacité de stockage Varie selon le type d’instance 375 GB par volume
Migration en direct Non Oui
Redondance Aucune Aucune

Tableau comparatif des caractéristiques des disques attachés localement pour Compute Engine et Azure

Stockage d’objets distribués

Le stockage d’objets distribués est un moyen de stocker des données sous forme d’objets, également appelés « blobs ». Chaque objet comprend les données elles-mêmes, une quantité de métadonnées et une clé servant d’identifiant unique. Le stockage d’objets peut être mis en œuvre à plusieurs niveaux, notamment au niveau du dispositif, du système et de l’interface.

L’offre de stockage d’objets distribués d’Azure s’appelle Azure Blob Storage, et Google Cloud propose le Cloud Storage. Ils sont similaires à bien des égards, utilisant des clés uniques pour identifier les objets, et prennent en charge les informations de métadonnées qui comprennent la taille de l’objet, la date de la dernière modification et le type de média. Ils prennent tous deux en charge la fonctionnalité permettant de modifier et d’ajouter des champs de métadonnées personnalisés et sont le plus souvent utilisés pour les types de données, notamment le contenu web statique et les médias.

Chaque plateforme prend en charge des fonctionnalités supplémentaires, notamment le cryptage des objets, la réplication, le versionnage, la gestion du cycle de vie et les notifications de changement. En plus d’un accord de niveau de service (SLA) sur le temps de fonctionnement et des politiques en place pour vous créditer si elles ne répondent pas à ces exigences. Vous pouvez trouver leurs politiques et garanties dans Azure Storage Sla et Cloud Storage SLA.

Bien entendu, il existe également des différences dans la manière dont les services sont fournis. Le tableau ci-dessous donne un aperçu des caractéristiques et de la terminologie comparative des services Azure Blob Storage et Google Cloud Storage :

Caractéristique Azure Blob Storage Cloud Storage
Unité de déploiement Conteneur Bucket
Identificateur de déploiement Clé unique au niveau du compte Une clé globale unique
Émulation de système de fichiers Limitée Limitée
Types d’objets Blocs de blobs, blobs d’annexes, blobs de pages Objets
Métadonnées d’objet Oui Oui
Versionnage d’objet Instantané manuel, par objet Versionnage automatique de tous les objets dans un bucket (doit être activé)
Gestion du cycle de vie des objets Oui (par des règles de cycle de vie ou Azure Automation) Oui (natif)
Notifications de changement d’objet Oui (par le biais d’Azure Events Grids) Oui (par le biais de Pub/Sub)
Classes de service Niveaux de redondance: LRS, ZRS, GRS, RA-GRSTiers: Hot, Cool, Archive Standard, Nearline, Coldline, Archive
Lieu de déploiement Zones et régions Régional et multi-régional
Redondance Oui Oui

Tableau comparatif des caractéristiques du stockage d’objets : Azure Blob Storage et Google Cloud Storage

Sécurité

Lorsque nous parlons de sécurité dans le Cloud, nous nous concentrons sur les technologies, les contrôles, les processus et les politiques sous-jacents qui se combinent pour protéger vos systèmes, vos données et votre infrastructure dans le Cloud.

Microsoft et Google sont réputés pour leur engagement profond à fournir les plus hauts niveaux de sécurité dans le Cloud. Chaque fournisseur continue à développer un modèle de sécurité fondé sur un historique de développement de plus d’une décennie.

À un niveau élevé, ils assurent la sécurité dans le Cloud de trois façons :

  • Sécurité de la plateforme de Cloud – fournir des capacités de sécurité qui sont intégrées dans l’infrastructure de la plateforme de Cloud, assurant une protection par défaut.
  • Sécurité dans la plateforme de Cloud – fournir des produits et services de sécurité au sein de la plateforme qui peuvent être configurés pour protéger vos applications et vos données.
  • Sécurité partout – étendre les capacités de sécurité au-delà de la plateforme de Cloud pour protéger vos biens, quel que soit l’endroit où vous vous trouvez.

Dans cette section, nous allons comparer certaines des principales caractéristiques de la sécurité de Google Cloud par rapport à la sécurité d’Azure.

Conformité

Avec l’augmentation constante du contrôle réglementaire des informations par les gouvernements et l’industrie, la conformité de votre plateforme de Cloud est essentielle. Google et Azure mettent tous deux en œuvre des politiques et des processus de sécurité stricts qui leur permettent de répondre à certaines des exigences de conformité les plus strictes, notamment CSA STAR, GDPR, HIPPA, PCI-DSS et une série de normes ISO.

À ce jour, le taux de conformité d’Azure est le plus élevé de tous les fournisseurs de cloud computing, avec plus de 90 normes de conformité dans 50 régions du monde. La conformité de Google est également impressionnante, avec 45 normes de conformité.

Cryptage

Le cryptage de vos données est une exigence essentielle, qu’elles soient dans le Cloud ou non. Le cryptage des données garantit que – si elles sont interceptées – il est presque impossible de les déchiffrer sans une clé de décryptage.

Au sein de leur infrastructure de Cloud, Azure et Google Cloud prennent en charge le cryptage par défaut en utilisant un AES 256 bits. Ils vous offrent également la possibilité de contrôler vos propres clés de cryptage et de fournir un cryptage au repos et en transit. Google désigne son service sous le nom de Cloud Key Management Service, tandis que Microsoft désigne son service Azure sous le nom de Key Vault.

 

Pare-feu

Les pare-feu constituent la première ligne de défense du réseau pour toute infrastructure. Google Cloud et Azure fournissent tous deux des pare-feu de pointe, vous offrant des capacités de configuration par le biais de règles de pare-feu afin que vous puissiez contrôler qui a accès au réseau.

Azure propose d’autres produits de pare-feu en tant que service, notamment son pare-feu Azure Web Application Firewall et le tout nouveau Azure Firewall Manager, qui sont tous natifs dans le Cloud.

Chez Kinsta, nous comprenons l’importance de la sécurité. Elle est intégrée dans notre architecture depuis le début, en utilisant la plateforme Google Cloud pour fournir un hébergement WordPress sécurisé à tous nos clients. De plus, Kinsta fournit une autre couche de sécurité qui isole complètement chaque compte et chaque site WordPress en utilisant des conteneurs Linux (LXC), et LXD pour les orchestrer.

Architecture Kinsta

Architecture Kinsta

Identity Access Management (IAM)

Un système de gestion de l’accès des identités vous permettra de contrôler qui peut accéder à votre système, en arrêtant les visiteurs indésirables à la porte d’entrée.

Les deux fournisseurs proposent un système IAM intégré, Google dispose d’un système de gestion des identités et des accès dans le Cloud (IAM) et Microsoft d’Azure Active Directory. Ils combinent une gamme similaire de caractéristiques et de fonctionnalités qui comprennent les rôles des utilisateurs, les politiques d’accès et l’authentification multifactorielle.

Contrôle des personnes qui ont accès à vos applications et à vos données, de ce à quoi elles peuvent accéder et de ce qu’elles peuvent faire de vos données.

Responsabilité partagée

La sécurité dans le Cloud est une responsabilité partagée. Un facteur clé pour maintenir votre sécurité dans le Cloud est de comprendre la division entre les tâches de sécurité qui vous incombent et celles qui sont prises en charge par le fournisseur.

Azure et Google Cloud Platform ont tous deux des modèles clairs de responsabilité partagée qui vous aident à comprendre qui fait quoi. Vous trouverez ci-dessous une représentation visuelle des responsabilités partagées pour chaque fournisseur :

Azure
Modèle de responsabilité partagée de la plateforme du Cloud Azurz

Modèle de responsabilité partagée de la plateforme du Cloud Azurz (Image Source : Microsoft)

Plateforme Google Cloud
Modèle de responsabilité partagée de la plateforme Google Cloud (Source de l'image : Google)

Modèle de responsabilité partagée de la plateforme Google Cloud (Source de l’image : Google)

Talent

Google et Microsoft investissent massivement dans la poursuite de l’embauche et l’expansion de leurs services de sécurité. Chaque fournisseur s’efforce d’attirer et de retenir les meilleurs talents dans le secteur de la cybersécurité, assurant ainsi l’évolution et l’amélioration continues de leurs services de sécurité dans le Cloud.

En termes de chiffres, Microsoft a un avantage en employant plus de 3500 experts en cybersécurité, contre 550 pour Google. Les deux fournisseurs exploitent également activement l’expertise du marché de la cybersécurité au sens large par le biais de leurs programmes respectifs de récompenses pour la vulnérabilité Azure et Google. Ils offrent des récompenses financières allant jusqu’à 100 000 dollars pour toute faille de sécurité découverte.

Support et temps de fonctionnement

Support

Lors du déploiement d’un service de Cloud, vous pouvez rencontrer des situations où vous avez besoin de conseils et de support supplémentaires. Google Cloud et Azure proposent tous deux une documentation complète pour vous informer sur les spécifications techniques. Ils proposent également des conseils sur la configuration, le déploiement et la maintenance de leur gamme de services de Cloud.

En outre, les deux fournisseurs proposent également des plateformes d’assistance communautaire qui abritent un vaste réseau d’utilisateurs et d’experts du Cloud. Ces forums proposent des sujets qui vont des tutoriels aux discussions et aux rencontres.

Vous trouverez ci-dessous des liens vers les portails de documentation et de soutien communautaire respectifs :

Vous finirez par vous retrouver dans une situation où vous aurez besoin de conseils d’experts plus approfondis et de nature immédiate. Dans ce cas, il est préférable de disposer d’une solution d’assistance officielle, directement auprès du fournisseur d’informatique dématérialisée.

Azure et Google Cloud proposent tous deux des plans de support du Cloud . Assurez-vous de lire et de comprendre les plans et les frais associés pour vous assurer d’obtenir le service dont vous avez besoin, à un prix abordable.

Plans de support pour Google Cloud
  • Google Cloud propose deux types d’offres de support : le support basé sur les rôles et le support premium.
  • Le support basé sur les rôles comporte trois niveaux – basique, développement et production – qui vont de la gratuité à 250 $ / mois par utilisateur.
    • Chaque niveau d’augmentation offre des types de support supplémentaires, des temps de réponse plus rapides, des canaux de communication plus nombreux, une disponibilité accrue et des possibilités d’escalade des problèmes.
    • Il est possible de combiner les plans de support basés sur les rôles de développement et de production.
  • Le support Premium est le niveau de support le plus élevé avec un prix qui peut atteindre 150 000 $ par an et comprend un coût supplémentaire de 4 % des dépenses de BPC / G-Suite selon les services utilisés.
    • Le support Premium offre des temps de réponse rapides de 15 minutes, un gestionnaire de compte dédié, des formations, des aperçus de nouveaux produits, et bien plus encore.
    • Le support est entièrement personnalisable – vous pouvez estimer vos coûts en utilisant le calculateur de prix de la plateforme Google Cloud.
  • Google Cloud offre également des options de support héritées qui couvrent les plans de support Bronze, Argent, Or et Platine – bientôt entièrement retirés.
Offres de support Azure
  • Il existe 5 offres de support Azure : Basic, Developer, Standard, Professional Direct et Premier.
  • Les offres de support de base, développeurs et standard sont directement comparables aux plans de support Google Cloud basés sur les rôles, avec des prix plus avantageux allant de la gratuité à 100 $ / mois par utilisateur.
    • Chaque augmentation de niveau ajoute des couches de support supplémentaires, notamment plus de types de support, plus de canaux de communication, des temps de réponse plus rapides et un support général de l’architecture.
  • Le support Professional Direct se positionne entre le support basé sur le rôle et le support Premier, avec un prix de 1000 $ / mois par utilisateur.
    • Il s’adresse aux entreprises qui ont une dépendance critique vis-à-vis d’Azure.
    • Le support est supérieur à la norme – avec des temps de réponse inférieurs à 1 heure, un support à l’architecture, un support aux opérations, une formation et un gestionnaire de compte dédié.
  • Le support Premier est le plus haut niveau de support – vous devrez contacter Microsoft pour les prix.
    • Il s’adresse aux entreprises qui dépendent d’Azure pour de nombreux produits.
    • Le support offre des temps de réponse de 15 minutes, une architecture et un support opérationnel personnalisables, une formation à la demande, un gestionnaire de compte technique désigné et une assistance au lancement.

Le support d’experts de premier ordre est essentiel pour tout service.

C’est pourquoi toute l’équipe de soutien de Kinsta est composée d’ingénieurs WordPress et Linux hautement qualifiés. Vous avez accès à des experts qui contribuent activement au noyau de WordPress, aux projets open source et même au développement d’extensions. Vous bénéficiez du même niveau d’assistance de qualité supérieure, que vous soyez une PME ou une entreprise du Fortune 500. Notre service d’assistance est donc inégalé.

Disponibilité

Le maintien de la disponibilité de votre site web et de vos services est essentiel pour votre entreprise. Toute panne aura un impact négatif sur la productivité de votre entreprise, le personnel ne pouvant pas accéder aux systèmes clés et les clients ne pouvant pas faire d’achats par l’intermédiaire de votre site web.

Selon leurs conditions, les accords de niveau de service (SLA) Google Cloud et Azure pour les produits de base prévoient un temps de fonctionnement mensuel de 99,99 % – comme le calcul et le stockage. Bien entendu, aucun fournisseur n’est parfait et des temps d’arrêt se produiront donc.

Pour suivre l’état du service – critique en cas de panne – vous pouvez vérifier les performances actuelles de chaque fournisseur de cloud computing grâce aux tableaux de bord suivants :

Si vous souhaitez suivre les incidents passés, y compris leurs causes et leur durée, les deux fournisseurs proposent un historique de l’état des incidents :

Cela étant dit, les deux fournisseurs ont des performances exemplaires et la probabilité de pannes est donc minime. Grâce à la présence mondiale des réseaux Google Cloud et Azure dans des centaines de régions et de lieux, les deux fournisseurs offrent une solide option de basculement même en cas de pannes généralisées.

Info

Grâce à son infrastructure basée sur des conteneurs, à une gestion proactive du chargement et à l’utilisation d’un fournisseur de cloud computing premium, Kinsta offre une garantie de disponibilité de 99,9 %, soutenue par des SLAs.

Facturation et tarification

La tarification est l’un des aspects les plus difficiles à comparer lorsqu’on examine les fournisseurs de services de Cloud. Il y a tant de variables, chaque fournisseur offrant une approche unique de la tarification et de la facturation.

Vous trouverez ci-dessous quelques variables qui influeront sur les coûts de votre Cloud, ce qui rendra les comparaisons directes entre les fournisseurs très difficiles :

  • Machines virtuelles – nombre d’instances, nombre de CPU, nombre de Go de RAM nécessaires, système d’exploitation.
  • Disques de stockage – type de données, taille du stockage, exigences de redondance.
  • Modèle d’abonnement – achat à la seconde, à la minute, à l’heure, au jour, au mois ou à l’année.
  • Modèle de paiement – opter pour le paiement à l’acte, les instances réservées ou un mode de contrat à long terme.
  • Lieu – où se trouve votre centre de données.

Pour compliquer encore le défi, de nombreux fournisseurs de services de Cloud ne disposent pas d’un moyen simple de calculer les coûts. Google Cloud et Azure ne font pas exception à la règle.

Pour vous aider, nous allons vous fournir des outils, des informations et des conseils afin que vous puissiez commencer à comparer les prix de Google Cloud vs Azure.

Comparaison des prix de Google Cloud et Azure

Comme vous le verrez sur les pages des produits Google Cloud et Azure, vous pouvez choisir parmi des centaines de services différents. Chaque produit ayant ses propres sections de présentation et de tarification, vous pouvez rapidement perdre le fil des coûts potentiels. Même en couplant seulement quelques ressources de calcul et de stockage.

Heureusement, les deux fournisseurs proposent un calculateur de prix. Ainsi, si vous connaissez les ressources de Cloud dont vous avez besoin, vous pouvez faire le premier pas vers l’établissement d’une estimation de prix comparable :

Il existe également un certain nombre d’outils de comparaison gratuits disponibles sur le web qui peuvent vous donner un aperçu des coûts. Cloudarado est l’un de ces outils, où la saisie de quelques besoins de base en ressources pour le Cloud vous permettra de comparer les coûts de manière approximative.

Par exemple, nous avons choisi une seule instance de VM fonctionnant avec un système d’exploitation Linux, alimenté par 16 CPU et 32 Go de RAM, et 2 To de stockage. Cela a donné une estimation immédiate des coûts, qui est présentée ci-dessous :

Fournisseur d’accès au Cloud Offre d’hébergement dans le Cloud Prix par mois
Google Cloud Machine personnalisée 32 GB RAM / 16x CPU2 TB disque 421 $
Microsoft Azure D16 v3 Machine 64 GB RAM / 16x vCPU400 GB + 1.61 TB disque 627 $

Si ces outils de comparaison gratuits peuvent être utiles pour obtenir une estimation rapide des coûts, vous devrez vous plonger dans le détail avec les calculateurs Google Cloud et Azure pour avoir une idée précise de vos coûts potentiels.

Alors, plongeons un peu plus profondément et examinons de plus près une comparaison des prix des plateformes. Nous nous concentrerons plus particulièrement sur les coûts de calcul de Google Compute Engine et des VM Azure, car les ressources de calcul représentent généralement les deux tiers des dépenses totales liées au cloud computing. Elles constituent également la base de la plupart des autres services.

Hypothèses pour la comparaison des prix dans le Cloud

Pour comparer des pommes avec pommes, nous avons conservé la même région, les mêmes processeurs et le même système d’exploitation pour les VM Azure et le Compute Engine :

  • Région : Est des États-Unis – Virginie du Nord (Google – us-east4, Azure – east-us).
  • Système d’exploitation : Linux – Gratuit (CentOS).
  • vCPU/Cores : 4.

Nous avons choisi des instances avec une RAM et 4 CPU comparables, pour tous les types d’instances/VM :

  • Objectif général.
  • Calcul optimisé
  • Mémoire optimisée.
  • Instances GPU/VM.

Vous trouverez ci-dessous un tableau contenant les instances choisies pour la comparaison :

Type d’instance Azure VM Azure RAM
(GiB)
Compute Engine Google RAM
(GiB)
Objectif général B4MS 16 n1-standard-4 15
Calcul optimisé F4 8 c2-standard-4 16
Mémoire optimisée E4 v3 16 n1-highmem-4 26
GPU NC6 56 NVIDIA® Tesla® T4 64
Paiement à l’acte

Google Cloud et Azure proposent tous deux des modèles de paiement à l’acte. Bien que ce type de modèle de tarification vous donne la possibilité de contrôler vos dépenses, il a un coût, le paiement à l’heure étant le plus cher.

Type d’instance Azure VM Prix Azure/strong>
(par heure)
Compute Engine Prix Google
(par heure)
Objectif général B4MS $0.166 n1-standard-4 $0.150
Calcul optimisé F4 $0.199 c2-standard-4 $0.167
Mémoire optimisée E4 v3 $0.252 n1-highmem-4 $0.166
GPU NC6 $0.9 NVIDIA® Tesla® T4 $1.40

Tableau indiquant les taux horaires par acte de Compute Engine vs Azure

Comme vous pouvez le voir dans le tableau ci-dessus, Google Compute Engine a le prix le plus bas pour les types de machines à usage général, optimisées en calcul et en mémoire, par rapport à ses homologues Azure.

Cela est dû aux différences dans les méthodes de facturation. Azure n’offre qu’un tarif forfaitaire pour les instances de paiement à l’acte, Google applique des réductions d’utilisation durable qui sont automatiquement ajoutées lorsque vous dépassez un certain seuil. Plus vous utilisez les services, plus le montant de la réduction augmente, avec des économies commençant à 15 % et allant jusqu’à 60 %. Sans cette méthode de remise, le moteur de calcul de Google serait en fait plus cher à l’heure.

Il est intéressant de noter que Google Cloud offre également une réduction encore plus importante avec les machines virtuelles préemptibles. Si vous êtes prêt à ce que le moteur de calcul mette fin à vos instances au cas où elles seraient nécessaires pour d’autres ressources, vous pouvez réaliser une économie encore plus importante. Un rapide coup d’œil sur le processeur n1-standard-4, a montré une baisse de 75 % du prix de 0,15 $ / heure à 0,04 $ / heure si vous avez opté pour un type de machine préemptible. Il est important de noter que les types de machines préemptibles ne sont disponibles que dans le cadre du modèle de paiement à l’utilisation de Google Cloud.

Si l’on considère les instances GPU, Azure a l’avantage ici avec un prix GPU nettement inférieur grâce à ses processeurs natifs. Google Cloud utilise la plateforme tierce NVIDIA pour proposer son offre de GPU, ce qui augmente considérablement le prix, même lorsque des remises pour une utilisation durable sont appliquées.

Remises pour utilisation engagée contre circonstances réservées

Si vous êtes sérieux quant au déploiement de votre Cloud et que vous êtes prêt à vous engager à long terme dès le départ, vous pouvez réaliser des économies importantes par rapport à un modèle de paiement par répartition. Google Cloud et Azure prennent tous deux en charge les modèles de tarification à long terme, en offrant de récompenser les engagements initiaux d’un an ou de trois ans.

Le modèle d’abonnement à long terme de Google Cloud, appelé « Committed Use », promet des économies pouvant atteindre 75 %. L’équivalent Azure de Reserved Instances promet des économies tout aussi impressionnantes, allant jusqu’à 80 %.

Comme pour tout ce qui est Cloud, il existe un certain nombre de variables qui influenceront le niveau de la remise que vous recevrez. Une rapide exploration des calculateurs de prix révélera que les types d’instance, l’emplacement et le système d’exploitation ne sont que quelques-unes des variables qui influenceront les économies. Il y en a sans doute beaucoup d’autres, alors faites preuve de diligence pour en extraire et appliquer ces variables.

Engagement d’un an

Dans cet esprit, comparons maintenant comment un engagement d’un an par le biais de l’utilisation engagée et des instances réservées a influencé la comparaison des prix entre les deux géants du Cloud.

Type d’instance Azure VM Prix Azure
(par heure)
Compute Engine Prix Google
(par heure)
Objectif général B4MS $0.0974 n1-standard-4 $0.1280
Calcul optimisé F4 $0.1248 c2-standard-4 $0.1407
Mémoire optimisée E4 v3 $0.1564 n1-highmem-4 $0.1594
GPU NC6 $0.5733 NVIDIA® Tesla® T4 $0.88

Tableau indiquant les taux horaires pour 1 an d’utilisation engagée de Compute Engien par rapport à 1 an d’instance réservée d’Azure

Étonnamment, avec Azure qui offre des rabais allant jusqu’à 40 % pour une instance réservée d’un an, la balance a basculé. Les VM Azure sont devenues une option moins chère dans les quatre catégories de machines à usage général, optimisées en calcul, en mémoire et en GPU. Dans ce scénario, le moteur de calcul de Google s’est révélé jusqu’à 30 % plus cher.

Engagement sur 3 ans

Pour compléter la comparaison, voyons si un engagement de 3 ans par le biais de l’utilisation engagée et des instances réservées a un effet supplémentaire sur la comparaison des prix entre ces plateformes :

Type d’instance Azure VM Prix Azure
(par heure)
Compute Engine Prix Google
(par heure)
Objectif général B4MS $0.0626 n1-standard-4 $0.0914
Calcul optimisé F4 $0.0786 c2-standard-4 $0.094
Mémoire optimisée E4 v3 $0.1 n1-highmem-4 $0.1239
GPU NC6 $0.3995 NVIDIA® Tesla® T4 $0.64

Tableau indiquant les taux horaires pour une utilisation engagée de 3 ans sur Compute Engine par rapport à une instance réservée de 3 ans d’Azure (à partir de janvier 2020)

En s’engageant sur une instance réservée de 3 ans, il n’y a pas eu de changement par rapport à l’engagement d’un an quant au fournisseur le moins cher. Azure continue d’offrir des niveaux de remise plus élevés, de 62 % contre 39 % pour Google, par rapport à son modèle équivalent de paiement à l’utilisation, ce qui garantit que Compute Engine reste plus cher dans les quatre catégories de machines à usage général, à calcul optimisé, à mémoire optimisée et à GPU.

Dans ce scénario d’engagement sur trois ans, les types de machines de Google étaient jusqu’à 46 % plus chers que leurs homologues Azure.

Essais gratuits

Si vous débutez, si vous n’êtes pas prêt à vous engager ou si vous n’avez pas besoin de ressources importantes, les deux fournisseurs de cloud computing proposent un niveau gratuit avec des essais pour toute une série de leurs produits et services. Le volet gratuit de la plateforme Google Cloud comprend deux volets :

  • Un essai gratuit de 12 mois avec accès à tous les services Google Cloud et 300 $ de crédit, qui doivent être dépensés pendant les 12 mois d’essai
  • Accès aux ressources Google Cloud communes, toujours gratuites, avec une politique d’utilisation limitée

Il n’est pas surprenant qu’il existe une série de conditions d’éligibilité pour le niveau gratuit, comme le fait de ne pas avoir été un client payant ou d’avoir déjà effectué un essai gratuit.

Si vous remplissez les conditions requises, vous bénéficierez d’un accès « toujours gratuit » aux 18 principaux produits Google Cloud, qui couvrent le calcul, les bases de données, le stockage, l’analyse des données, les outils de gestion et de développement, l’IA, l’apprentissage machine et les services de sécurité.

Vous trouverez ci-dessous certains des principaux produits ainsi que leurs restrictions en matière de services :

  • 1 instance F1-micro VM avec un disque dur de 30 Go par mois – disponible uniquement dans la région des États-Unis.
  • 5 Go de stockage dans le Cloud – avec 5 000 opérations de classe A et 50 000 opérations de classe B par mois.
  • 1 base de données de documents NoSQL avec 1 Go de stockage – 50 000 lectures, 20 000 écritures, 20 000 suppressions par jour.
  • 28 heures de fonctionnement par jour de l’App Engine.

L’Azure Free Trial adopte une approche similaire avec deux composantes, il y a cependant quelques différences essentielles :

  • Un essai gratuit de 12 mois de certains services Azure avec une utilisation limitée et 200$ de crédit – qui doivent être dépensés dans les 30 premiers jours.
  • Accès aux ressources Azur communes qui sont toujours gratuites, également soumises à une politique d’utilisation limitée.

Comme pour Google Cloud, il existe un certain nombre de restrictions que vous devez respecter avant de pouvoir bénéficier du niveau gratuit.

Si vous bénéficiez du compte Azure gratuit, contrairement à Google Cloud où vous pouvez tester n’importe quel service pendant 12 mois, vous n’aurez accès qu’à 20 services Azure. Ceux-ci comprennent des produits clés comme les VM Linux et Windows, les disques gérés, le stockage de fichiers et de blob, et les bases de données SQL. Ces services seront fournis avec une utilisation limitée que vous pourrez étendre avec les 200 $ de crédit gratuit.

Vous aurez également accès gratuitement à plus de 25 produits Azure, notamment des services de calcul, de bases de données, de réseau, d’identité, de sécurité, des outils de développement, d’analyse, de gestion et de gouvernance, d’intelligence artificielle et d’apprentissage machine, ainsi que des services de conteneurs.

Vous trouverez ci-dessous quelques-uns de ces produits de base :

  • Azure App Service pour 10 applications web, mobiles ou API avec 1 Go de stockage.
  • Azure Active Directory pour la gestion de l’identité – supportant le single sign-on (SSO) pour 10 applications par utilisateur.
  • 5 utilisateurs gratuits sur Azure DevOps.
  • Accès gratuit aux DevTest Labs pour créer des environnements de test d’applications rapides, simples et allégés.

En ce qui concerne le volet gratuit, Google Cloud a l’avantage sur Azure à long terme. Google Cloud offre les éléments clés d’une base de déploiement du Cloud – instances et stockage des VM – dans le cadre de son offre « toujours gratuite ». Alors qu’Azure propose initialement des instances de VM et du stockage, ces services expirent au bout de 12 mois.

Google Cloud est-il moins cher qu’Azure ?

Même après avoir étudié les multiples produits, services et modèles de tarification de chaque fournisseur de Cloud, il n’y a pas de réponse définitive à la question de savoir si Google Cloud est moins cher qu’Azure.

La vraie réponse est que cela dépend. Cela dépend de tant de variables que nous avons abordées dans cet article. Le produit que vous envisagez, les ressources nécessaires à ce produit, le centre de données à partir duquel vous gérerez le service, si vous êtes prêt à vous engager d’emblée dans des services à long terme, et bien d’autres éléments plus subtils que nous n’avons même pas encore découverts.

Vous avez déjà pu constater dans notre comparaison des prix des services de calcul Google Cloud vs Azure à quel point la structure des prix peut être modifiée. Dans un modèle de paiement à l’utilisation, les instances de VM dans le moteur de calcul de Google peuvent être configurées pour débloquer des réductions qui les rendent 75 % moins chères que les VM Azure.

Et pourtant, en passant à un engagement initial de 3 ans, le pendule des prix va osciller et les VM Azure deviendront jusqu’à 30 % moins chères que les instances Compute Engine.

En fin de compte, la réponse à la question de savoir si Google Cloud est moins cher qu’Azure dépend de vous. Les exigences uniques de votre entreprise en matière de Cloud détermineront quel fournisseur de Cloud est l’option la moins chère pour votre entreprise. Mais, je vous laisse avec une dernière question : moins cher signifie-t-il meilleur ?

Google Cloud vs Microsoft Azure : quel est le meilleur fournisseur de cloud computing ? Consultez ce guide comparatif très élaboré pour vous aider à prendre une décision 🆚🏅 Cliquez pour Tweet

Résumé

En comparant ces deux géants du Cloud, nous avons cherché la même réponse que de nombreuses quêtes : quel est le meilleur Google Cloud ou Azure ?

Après avoir effectué une exploration approfondie et compilé nos recherches, la réponse honnête est que nous ne savons toujours pas. Les deux fournisseurs offrent une gamme incroyable de produits et de services de haute qualité, chacun avec une longue liste d’avantages qui dépassent de loin les inconvénients.

Ici, chez Kinsta, nous avons un faible pour Google Cloud. C’est pourquoi nous l’utilisons pour de nos solutions d’hébergement WordPress. Google Cloud continue d’améliorer sa plateforme de pointe. En développant et en faisant évoluer ses offres tout en planifiant de nouvelles les emplacements des centres de données pour l’année à venir.

L’accélération de la popularité et du succès de Google se traduit par le doublement de ses recettes annuelles liées au Cloud, ce qui lui enlève des parts de marché par rapport à Azure et AWS. Si vous vous souciez de la vitesse et de la tarification, la plateforme Google Cloud est certainement l’une de celles qu’il vous faut.

Azure a également fait de grands progrès ces dernières années. C’est le résultat de la décision du PDG de Microsoft, Satya Nadella, de faire passer la société à une stratégie « cloud first », « mobile first ». Tout comme Google, Microsoft poursuit d’impressionnants plans d’expansion de ses centres de données et investit massivement dans l’amélioration de son infrastructure réseau.

Les capacités de conformité, de redondance et de disponibilité d’Azure en font une plateforme extrêmement attrayante. La plateforme a également connu une croissance impressionnante de 60 % au cours de l’année dernière, qui devrait se poursuivre.

Mais nous ne faisons qu’effleurer la surface. Dans une perspective plus large, la concurrence constante entre les principaux fournisseurs de cloud computing ne peut être qu’une bonne chose. Alors qu’ils cherchent à gagner des parts de marché les uns par rapport aux autres, nous récolterons les bénéfices de produits et services nouveaux et améliorés, d’une plus grande disponibilité et de prix plus bas. Que cela continue longtemps.

Peut-être y a-t-il un fournisseur de cloud computing que vous préférez à un autre ? Faites-nous part de vos réflexions et raisons dans les commentaires ci-dessous.


Si vous avez aimé cet article, alors vous allez adorer la plateforme d'hébergement WordPress de Kinsta. Accélérez votre site Web et obtenez le support 24/7 de notre équipe de vétérans de WordPress. Notre infrastructure propulsée par Google Cloud met l’accent sur la mise à l’échelle automatique, la performance et la sécurité. Laissez-nous vous montrer la différence de Kinsta ! Découvrez nos plans