Il y a quelque chose de romantique et d’excitant à ouvrir TextEdit ou Notepad et à saisir « <HTML> » pour lancer un nouveau projet. C’est ainsi que beaucoup d’entre nous ont commencé leur obsession du code pour le web. En 2021, les outils de développement web ne se contentent pas d’enregistrer notre texte – ils nous aident à créer des projets et dynamisent l’ensemble du processus. En outre, il faut tenir compte de bien d’autres éléments que le HTML et le CSS.

La phase de planification, par exemple, est essentielle. Vous devez tenir compte de la création du maquettage, des choix de conception et des flux de travail collaboratifs. Il faut ensuite choisir le framework JavaScript idéal, décider d’utiliser ou non un environnement de développement intégré (IDE), et bien plus encore.

Dans cet article, nous allons jeter un coup d’œil à 60 outils de développement web que vous voudrez envisager d’utiliser en 2021. Mais avant d’entrer dans le vif du sujet, parlons de ce que nous pensons être un outil de développement web.

Ce que nous considérons comme un outil de développement web

À première vue, la catégorisation d’un outil de développement web semble simple. Cependant, même en plongeant dans la partie la plus superficielle, quelques considérations viennent brouiller les pistes.

Par exemple, demandez-vous si un service de streaming vidéo compte comme un outil de développement. Probablement pas. Cependant, si vous l’utilisez pour enregistrer votre écran pour une application de conception spécifique, il se transforme soudainement en un outil de collaboration unique.

À notre avis, un outil de développement web est quelque chose qui vous aide à atteindre les objectifs de votre projet de manière ciblée. Bien que cela n’inclue pas les langages de programmation individuels, il existe des sous-ensembles, des super-ensembles et des frameworks tels que TypeScript qui sont sur cette ligne. Si vous voulez gagner beaucoup d’argent, il est essentiel de garder un œil sur ces aspects.

Prenons un autre exemple, celui de Git. On pourrait dire que ce système de contrôle de version (VCS) couvre beaucoup de choses. Un langage spécifique est utilisé pour exécuter les commandes, et la fonctionnalité de base offre de nombreuses possibilités en termes de développement web. Cependant, vous pouvez également l’utiliser comme outil d’apprentissage, notamment en parcourant les journaux de suivi des problèmes et les commits.

Globalement, un outil de développement web peut être pratiquement tout ce qui permet à votre projet de se dérouler de manière efficace et productive. Vous remarquerez cette diversité dans la liste des outils.

Il y a quelque chose d'incroyablement excitant à ouvrir TextEdit ou Notepad et à saisir “<HTML>” pour lancer un nouveau projet 🤓 Ces 60 outils utiles de développement web vous aideront à organiser et à optimiser votre expérience ✅Click to Tweet

Comment les outils de développement web peuvent rationaliser votre flux de travail

Nous allons vous donner un avertissement avant les prochains mots : « Crunch time ».

Oui, cette phrase redoutée appelle des outils de développement web permettant de gagner du temps. Les statistiques montrent que de plus en plus de projets utilisent crunch comme standard, et de nombreux secteurs du développement l’utilisent encore aujourd’hui.

Que votre entreprise utilise ou ait besoin de faire des heures supplémentaires, les outils de développement web peuvent toujours vous aider. Ces outils font le gros du travail et automatisent les tâches banales qui grignotent votre journée. En tant que tels, ils donnent un coup de pouce organique à votre productivité.

Cependant, ils peuvent également offrir un bonus si vous opérez dans un cadre de projet agile tel que Scrum. Par exemple, voyez comment un outil tel que JSFiddle peut vous aider à partager des extraits de code avec d’autres équipes à la fin d’un sprint, en vue du suivant.

De plus, si les réunions quotidiennes ne sont pas appelées à disparaître, un serveur Discord ou un canal Slack pourrait offrir un meilleur moyen de se concentrer et d’aligner un ensemble de tâches à venir, loin de la pression des objectifs de votre sprint actuel.

Dans l’ensemble, les outils de développement web concernent autant la planification que l’exécution.

Comment choisir la bonne pile de développement pour votre projet ?

Nous prêchons probablement des convaincus, mais un excellent outil de développement web vaut son pesant d’or dans un MacBook équipé d’un M1. En tant que tel, il est essentiel de trouver la bonne combinaison d’outils pour votre projet spécifique afin de construire une base de travail solide.

S’il s’agit de quelque chose que vous n’avez jamais envisagé auparavant, une première phase de planification s’avérera inestimable. Prendre du temps pour choisir les outils que vous utiliserez retarde la phase de code du projet. Cependant, vous récupérerez ce temps plus tard, car il y aura moins de problèmes potentiels liés aux logiciels. Vous obtiendrez également un niveau de production plus cohérent (puisque tout le monde sera sur la même longueur d’ondes).

Considérations pour le choix de votre pile de développement

Le choix de la bonne pile pour le projet se résume à ce qui suit :

Il y a deux domaines dans lesquels vous pouvez diviser les technologies :

En ce qui concerne les piles de développement du monde réel, vous remarquerez que de nombreux grands sites utilisent une combinaison de JavaScript et de React.js, ainsi que Nginx. Vous verrez également Memcached, Redis et Ruby on Rails dans les piles de développement.

60 outils géniaux de développement web à utiliser en 2021

Sans plus attendre, voyons la liste des outils de développement web que nous recommandons d’utiliser en 2021. Nous les avons classés par catégories, mais les outils ne sont pas présentés dans un ordre précis. Si vous êtes pressé, n’hésitez pas à passer directement à une section particulière de la liste ci-dessous.

Environnements de développement local

Un environnement de développement local est un élément essentiel de toute pile de développement. Cependant, il est particulièrement vital pour le développement web. Voici quelques-uns des outils de développement local les plus importants.

1. DevKinsta

L'écran d'accueil de DevKinsta.

L’écran d’accueil de DevKinsta.

Nous sommes peut-être partiaux, mais DevKinsta pourrait devenir l’outil de développement web numéro un pour 2021 et au-delà.

Nous avons un parti pris, et nous sommes fiers de ce que nous avons réalisé !

Pour les non-initiés, DevKinsta est un moyen de vous aider à créer des installations WordPress locales en un clin d’œil. Il s’agit d’une suite complète qui vous permet de concevoir, développer et déployer un site WordPress pour les machines macOS et Windows (avec une version Linux en préparation).

Vous êtes en mesure d’adapter votre installation à votre projet actuel. Par exemple, votre « serveur » peut utiliser Nginx ou Apache, la version de PHP de votre choix, MariaDB ou MySQL, et bien plus encore :

Les options de configuration de DevKinsta.

Les options de configuration de DevKinsta.

Il y a plus sous le capot. Vous pouvez également déboguer et tester les e-mails grâce au serveur SMTP intégré, et pour la gestion de la base de données, vous pouvez utiliser l’outil puissant Adminer :

Le gestionnaire de base de données de DevKinsta propulsé par Adminer.

Le gestionnaire de base de données de DevKinsta propulsé par Adminer.

Globalement, nous pensons que DevKinsta est idéal pour le développement moderne de WordPress. Il peut s’intégrer directement dans votre flux de travail.

Nous avons créé cet outil en pensant aux développeurs, aux designers, aux free-lances et aux agences. Cependant, pratiquement toute personne ayant des besoins quotidiens en matière de développement trouvera de la valeur dans DevKinsta – en particulier (mais pas exclusivement) les utilisateurs de Kinsta.

De plus, DevKinsta est entièrement gratuit !

2. MAMP

Le logo MAMP.

Le logo MAMP.

On pourrait penser que les outils classiques de création et de déploiement de pages web sont morts et enterrés, compte tenu de l’arrivée d’outils sandbox plus rapides. Pourtant, les piles de services web traditionnelles, telles que LAMP, MAMP et XAMPP, ont toujours le vent en poupe.

En général, elles combinent en une seule pile un système d’exploitation (OS) – Linux, macOS ou Windows – avec un serveur web Apache, une base de données MySQL et les langages de programmation Python, PHP et Perl. En tant que telle, une pile de services web comme celle-ci sera toujours utilisée en 2021.

MAMP est la version de l’outil spécifique à macOS. Cette approche vous permet d’installer une pile et de travailler sur la conception et le déploiement. Bien que le processus puisse être plus fastidieux que les configurations plus modernes, il existe un niveau similaire de flexibilité sous le capot – ou du moins, le potentiel est là.

Alors que dans un outil tel que DevKinsta, vous pouvez choisir à partir d’une interface utilisateur graphique (GUI), avec une pile de services web, vous devez installer manuellement les ajouts dont vous avez besoin. Par exemple, il n’y a pas de moyen intégré de lancer un site WordPress sans « déployer votre propre site ». Il en va de même pour les tests d’e-mails.

Comme d’autres outils d’environnement de développement local, MAMP est entièrement gratuit. Cependant, il existe également une version premium de MAMP pour Windows et Mac qui augmente les fonctionnalités et fournit un outil de développement web complet et robuste.

Le tableau de bord de MAMP Pro.

Le tableau de bord de MAMP Pro.

En raison de leur flexibilité et de leur prix, les piles de services web classiques sont encore présentes sur de nombreux ordinateurs de développeurs. Les aficionados de la ligne de commande graviteront naturellement vers cette solution, surtout si vous aimez utiliser des gestionnaires de paquets tels que Homebrew, Flatpak ou Ninite.

Bien entendu, les développeurs Apache utiliseront également ces piles, tout comme les développeurs MySQL et Python ou PHP. Par extension, les développeurs WordPress se sentiront également chez eux ici.

3. XAMPP

L'application XAMPP.

L’application XAMPP.

XAMPP est une autre pile de services web qui reçoit beaucoup d’amour de la part des développeurs PHP, y compris ceux qui créent des produits WordPress. Le « X » dans le nom représente la nature multi-plateforme de l’outil. Il propose des installateurs pour les machines Windows, macOS et Linux :

La page de téléchargement de XAMPP.

La page de téléchargement de XAMPP.

Alors qu’il y avait autrefois une différence entre les diverses piles de services web, les mises à jour et améliorations constantes ont égalisé le score. Néanmoins, XAMPP possède quelques atouts uniques dans sa manche.

Par exemple, MySQL n’est plus le système de gestion de base de données relationnelle (SGBDR) par défaut. À la place, XAMPP utilise MariaDB. Il s’agit probablement d’une représentation plus fidèle d’un serveur de production, étant donné le passage à d’autres solutions après l’acquisition d’Oracle.

De plus, il y a un installateur d’applications web dans le paquetage XAMPP. Bitnami est similaire à des solutions telles que Softaculous, mais Bitnami est spécifique à XAMPP :

La page d'accueil de Bitnami.

La page d’accueil de Bitnami.

Bien que de nombreuses applications soient disponibles, vous serez probablement plus intéressé par l’installateur WordPress. Néanmoins, vous pouvez choisir parmi de nombreux modules, ce qui fait de XAMPP une solution flexible pour le développement local.

Éditeurs de texte et de code

La plupart des développeurs adorent se disputer sur le choix de l’éditeur de code à utiliser. D’accord, nous sommes hyperboliques, mais il y a beaucoup d’opinions sur le sujet, avec une base de fans fervente pour chaque éditeur.

Toutefois, si les sondages sont corrects, vous utilisez probablement Sublime Text, Visual Studio Code (VSCode) ou IntelliJ IDEA. C’est logique, car ces trois outils vont de la simple édition de texte à l’environnement de développement intégré (IDE) à part entière. Cependant, d’autres outils méritent également d’être mentionnés. Jetons un coup d’œil à quelques-uns d’entre eux.

4. Visual Studio Code

Depuis son lancement en 2015, l’utilisation de Visual Studio Code a explosé sur l’ensemble des bureaux de développement de tous bords.

L'éditeur Visual Studio Code.

L’éditeur Visual Studio Code.

Il s’agit d’un éditeur de code open source développé par Microsoft qui offre suffisamment de fonctionnalités pour être considéré comme un IDE. Il offre sans aucun doute suffisamment de fonctionnalités pour conquérir plus de la moitié du marché – 55 % des développeurs web utilisent quotidiennement Visual Studio Code.

Dans sa configuration par défaut, Visual Studio Code est avant tout un éditeur de texte. Toutefois, lorsqu’il est couplé à sa bibliothèque d’extensions, il devient suffisamment modulaire et flexible pour répondre à tous vos besoins de développement :

La bibliothèque des extensions de Visual Studio Code.

La bibliothèque des extensions de Visual Studio Code.

Cela signifie que vous pouvez installer des linters et des fixateurs pour le langage de votre choix (oui, ESLint et PHP CS Fixer sont là), ainsi que des extensions Docker et Vagrant, et bien plus encore.

En parlant de langages, Visual Studio Code prend en charge JavaScript, Node.js et TypeScript dès le départ. Cependant, l’écosystème d’extensions est si riche que vous serez en mesure de trouver quelque chose pour prendre en charge le langage que vous utilisez.

De plus, vous trouverez également une intégration de premier ordre avec d’autres produits Microsoft, notamment GitHub :

Visual Studio Code dispose d'une intégration VCS dédiée avec GitHub.

Visual Studio Code dispose d’une intégration VCS dédiée avec GitHub.

Visual Studio est entièrement gratuit, et compte tenu de l’ensemble des fonctionnalités, il est idéal pour beaucoup. Nous considérons que VSCode est un excellent moyen terme entre IDEA et Sublime Text. À ce propos, examinons maintenant ce dernier.

5. Sublime Text

L'application Sublime Text.

L’application Sublime Text.

Sublime Text est un pilier dans le monde des éditeurs de texte. Il est plus dépouillé que la plupart des autres solutions, mais son apparence cache la puissance qu’il recèle.

Par exemple, vous verrez beaucoup de ce que Sublime Text offre chez d’autres concurrents. La palette de commande est quelque chose que vous verrez dans de nombreuses solutions car elle est simple à utiliser.

La palette de commande de Sublime Text.

La palette de commande de Sublime Text.

En outre, il existe de puissants raccourcis clavier d’édition, tels que les sélections multiples pour modifier plusieurs colonnes à la fois. En outre, la fonction Goto Anything offre des combinaisons de raccourcis clavier semblables à celles de Vim pour parcourir vos fichiers :

Sublime Text peut combiner les frappes au clavier pour vous aider à naviguer.

Sublime Text peut combiner les frappes au clavier pour vous aider à naviguer.

Sublime Text est un outil premium avec une période d’essai très libre. Il peut être considéré comme gratuit, mais pour rendre la pareille au développeur, vous devez acheter une licence pour une utilisation étendue.

À notre avis, pour de nombreux petits codeurs ou codeurs amateurs, Sublime Text offre une excellente expérience utilisateur (UX), fournissant le strict nécessaire. Il continue à trouver la faveur de nombreux développeurs pour ses visuels agréables, sa mise en page simple et son extensibilité.

6. Atom

À un moment donné, Atom était très utilisé par les développeurs. Cependant, depuis l’arrivée de Visual Studio Code, il a été moins adopté. C’est dommage, car c’est un excellent éditeur de code qui convient à de nombreuses applications différentes.

L'application Atom.

L’application Atom.

Il s’agit d’une application développée par GitHub, ce qui peut expliquer pourquoi elle a été reléguée au second plan chez Microsoft. Cependant, elle est mise à jour régulièrement et peut être considérée comme une version alternative de Visual Studio Code.

L’édition de texte est fonctionnelle, et comme son grand frère, il dispose d’une intégration GitHub intégrée. Il existe également de nombreux modules appelés « paquets » :

L'installateur de paquets d'Atom.

L’installateur de paquets d’Atom.

De nombreux thèmes sont disponibles pour vous aider à adapter Atom à votre flux de travail et à vos projets. Atom comprend plusieurs thèmes parmi lesquels vous pouvez choisir, et certains, comme One Dark, sont si populaires qu’ils ont trouvé leur place dans d’autres éditeurs :

Le thème One Dark d'Atom.

Le thème One Dark d’Atom.

Atom est un éditeur de code fonctionnel qui mérite d’être essayé. Cependant, comme Atom est construit sur Electron (sans jeu de mots), certains utilisateurs se sont plaints de fichiers volumineux et de projets fonctionnant lentement. En tant que tel, nous suggérons qu’il est bon pour les petits projets et les scripts rapides (surtout avec le paquet terminal intégré), mais il n’est peut-être pas le meilleur pour les travaux complexes.

7. Notepad++

La page d'accueil de Notepad++.

La page d’accueil de Notepad++.

D’emblée, il convient de préciser que Notepad++ ne remplacera pas nécessairement les éditeurs de code « grand public » que vous utilisez déjà, tels qu’IntelliJ IDEA ou Visual Studio Code. Cependant, il vous donnera plus de puissance sous le capot pour les scripts simples et les applications générales d’édition de texte.

En fonction de vos projets, vous serez peut-être tenté de changer. Malgré sa simplicité, Notepad++ est utilisé dans une grande variété de projets.

Il s’agit d’un éditeur de code réservé à Windows, ce qui explique l’élément « plus-plus » de son nom. Bien entendu, Notepad est un éditeur de texte simple que l’on trouve par défaut dans les installations Windows. Notepad++ ressemble à son frère, mais il comprend également des fonctions spécifiques au développement, telles que :

De plus, Notepad++ est flexible en matière de gestion de projets. Il prend en charge trois approches différentes : les sessions, les espaces de travail et les projets. Lorsque vous commencerez à vous familiariser avec Notepad++, vous verrez que vous pouvez l’utiliser pour des projets plus importants que des scripts d’une seule page.

Nous pensons que Notepad++ va convenir aux développeurs qui veulent une grande fonctionnalité, qui est également personnalisable. À l’usage, il a le côté open source de Vim, ce qui convient mieux à certains types de projets qu’à d’autres.

8. La suite JetBrains

Lorsqu’il s’agit d’IDE de développement, la suite de solutions JetBrains va se trouver en haut de votre liste (ou tout près). Le modèle commercial est astucieux, car si JetBrains propose de nombreux éditeurs, ils sont en fait tous des « sous-ensembles » de son éditeur phare, IntelliJ IDEA.

IntelliJ IDEA est un IDE Java de premier plan.

IntelliJ IDEA est un IDE Java de premier plan.

IDEA se présente comme un IDE Java. Il prend en charge pratiquement toutes les fonctionnalités des autres outils IDE de sa gamme. Et en tant que tel, il prend également en charge de nombreux langages de programmation.

Par exemple, PyCharm reprend la plupart des fonctionnalités Python d’IDEA et en fait son propre outil. Vous trouverez également phpStorm et WebStorm qui font la même chose.

PyCharm est un IDE spécifique à Python qui est populaire.

PyCharm est un IDE spécifique à Python qui est populaire.

L’utilisation d’IDEA est un jeu d’enfant – JetBrains a fait un excellent travail pour vous faire coder plutôt que de vous plonger dans les configurations et les réglages. Cela peut surprendre, mais la frontière entre l’utilisation d’un éditeur en ligne de commande tel que Vim et l’utilisation d’IDEA est souvent mince.

Les deux outils mettent l’accent sur le flux de travail et l’efficacité, mais IDEA vous permet également d’importer les liaisons clavier de Vim si vous êtes à l’aise avec cette méthode de travail.

Les extensions IDEA vous permettent d'utiliser les liaisons clavier de Vim pour vous donner l'impression d'être un magicien.

Les extensions IDEA vous permettent d’utiliser les liaisons clavier de Vim pour vous donner l’impression d’être un magicien.

Nous supposons que vous utilisez probablement IntelliJ IDEA si vous travaillez dans le cadre d’un grand projet ou d’une entreprise ayant conclu un accord sur les logiciels. Cela peut être pour partager des projets ou pour travailler dans un environnement cohérent. De nombreux développeurs WordPress utilisent les produits JetBrains en raison de leur capacité à gérer des projets.

Le prix est également un facteur, et IntelliJ est construit sur un modèle d’abonnement qui atteint souvent trois ou quatre chiffres par an.

L'écran de tarification d'IntelliJ IDEAs.

L’écran de tarification d’IntelliJ IDEAs.

Malgré cela, il existe des éditions « communautaires » des produits JetBrains. Cependant, il s’agit de versions réduites du logiciel parent ; essentiellement, ce sont des solutions open source dont les éléments propriétaires ont été retirés.

De plus, JetBrains propose des prix compétitifs pour les projets open source, les startups, les établissements d’enseignement et de nombreux autres groupes de niche.

Outils de conception et de prototypage de sites web

Bien sûr, une application web n’est rien sans une bonne expérience utilisateur (UX). À ce titre, le prototypage de vos mises en page et de vos visuels nécessite souvent un outil dédié. Les outils de conception seront essentiels tant du côté serveur que du côté client du développement. Voici quelques choix populaires.

9. Figma

Figma est un outil de développement web souvent mentionné qui vous permet de collaborer à la conception.

L'éditeur Figma.

L’éditeur Figma.

Vous pouvez utiliser l’éditeur en glisser-déposer pour créer des interfaces et d’autres éléments destinés aux utilisateurs. Pour les développeurs, vous pouvez également récupérer des extraits de code à implanter dans vos projets. Figma rend le processus – de l’idéation à la mise en œuvre – fluide et réduit les révisions tout au long de la chaîne du projet.

Vous bénéficiez également d’un ensemble homogène d’outils pour vous aider à choisir les polices et les couleurs. Ce processus s’oppose à l’utilisation d’outils distincts tels que Type Scale :

Le site de Type Scale.

Le site de Type Scale.

…et un sous-ensemble d’outils de développement web tels que Adobe Color, Coolors, divers sélecteurs de couleurs, et bien plus encore.

Le sélecteur de couleurs Coolors.

Le sélecteur de couleurs Coolors.

Bien que Figma ait de la valeur pour les projets d’un développeur, il présente davantage d’avantages pour une équipe à mesure que sa taille augmente. Les équipes apprécieront les aspects collaboratifs de Figma, tels que le référentiel central des ressources et les composants réutilisables. Les chefs d’équipe apprécieront également les options complètes de rapport permettant de voir comment les membres de l’équipe utilisent les différents systèmes de conception.

En ce qui concerne la tarification, Figma coûte 12 $ par « éditeur » sur le niveau standard, qui passe à 45 $ par « éditeur » pour les équipes basées sur l’entreprise (pour « éditeur », lire « place » – c’est le même concept). Le prix peut donc augmenter en fonction du nombre d’éditeurs que vous souhaitez intégrer.

10. Sketch

Sketch est une application réservée à macOS qui est également très citée par les développeurs :

Le logo Sketch.

Le logo Sketch.

Il est populaire parce que Sketch comprend de nombreuses fonctionnalités, et il est également très facile à utiliser, ce qui est logique étant donné qu’il s’agit d’une application macOS native. Il ressemble un peu à l’IDE Xcode d’Apple, ce qui n’est pas une mauvaise chose, et sa navigation est agréable.

Bien sûr, vous pouvez exécuter des fonctions essentielles telles que l’édition vectorielle et le redimensionnement des contraintes. Cependant, l’application offre bien d’autres possibilités qui vous aideront à créer des designs et à les exporter rapidement.

Prenez par exemple la fonctionnalité Smart Layout de Sketch, qui utilise un redimensionnement adaptatif pour s’adapter à vos dimensions et à la mise en page actuelle. Il existe également de nombreux outils de collaboration qui permettent à chacun de se plonger dans une conception et de participer à son perfectionnement.

Un aperçu de Sketch pour Teams.

Un aperçu de Sketch pour Teams.

Sketch diffère d’un outil tel que Figma en ce sens qu’un free-lance ou un développeur solitaire peut y accéder gratuitement, puis souscrire un abonnement en cas de besoin. À cet égard, le prix de Sketch est soit un paiement unique de 99 $, soit 9 $ par mois et par utilisateur.

11. InVision Studio

InVision Studio se vend uniquement comme une application de « conception d’écran ». C’est logique, et c’est aussi plus facile à comprendre. InVision Studio offre toutes les caractéristiques et fonctionnalités standard que vous êtes en droit d’attendre, telles qu’un éditeur intuitif basé sur des calques et la prise en charge des vecteurs.

L'application InVision Studio.

L’application InVision Studio.

Cependant, il contient bien d’autres fonctionnalités liées au prototypage et à la création d’animations. Par exemple, vous pouvez pointer, cliquer et faire glisser pour relier les tableaux et les écrans entre eux. Cette fonctionnalité vous permet de créer des animations dans le cadre du processus de conception plutôt que de les transmettre ultérieurement.

Animations dans l'application InVision Studio.

Animations dans l’application InVision Studio.

En parlant de transfert, toute l’équipe peut travailler dans InVision Studio grâce aux bibliothèques de composants partagées, aux options de synchronisation globale, à un mode d’inspection robuste, etc.

La structure tarifaire est également compétitive. La version gratuite d’InVision Studio vous offre presque toutes les fonctionnalités de la version payante, avec seulement une restriction sur le nombre de documents que vous pouvez enregistrer. Le niveau Pro est très intéressant pour la puissance de l’application (environ 95 $ par utilisateur et par an).

12. Affinity Designer

Si vous êtes un utilisateur d’Adobe Illustrator, vous avez certainement déjà rencontré Affinity Designer par le passé. L’approche de Serif en matière de conception graphique semble donner du fil à retordre à la solution d’Adobe :

L'application Affinity Designer.

L’application Affinity Designer.

Depuis son lancement, il a gagné une base d’utilisateurs en plein essor grâce à ses bons rapports avec la communauté, à ses principes de conception remarquables et à son modèle de prix attrayant. Vous trouverez des versions pour Mac, Windows et iPad, et chaque version peut travailler avec des vecteurs, des trames ou les deux à la fois :

L'éditeur d'Affinity Designer.

L’éditeur d’Affinity Designer.

Les outils auxquels vous êtes habitué dans Illustrator sont tous présents, ainsi qu’une suite complète de profils de couleurs et d’options d’exportation :

Les options d'exportation dans Affinity Designer.

Les options d’exportation dans Affinity Designer.

En bref, les caractéristiques et les fonctionnalités sont en place pour créer des graphiques professionnels pour vos projets. De plus, le prix est extrêmement compétitif. Il coûte environ 50 $ à plein tarif, ce qui représente un paiement unique. Il ne dispose pas d’une option appropriée basée sur le cloud comme Illustrator. Malgré tout, pour un paiement unique, vous bénéficiez de l’étendue d’Adobe, présentée de manière subjectivement meilleure.

13. CodePen ou JSFiddle

Lorsque nous avons abordé IntelliJ IDEA précédemment, nous n’avons pas mentionné l’une de ses fonctionnalités mineures mais très pratiques : les fichiers Scratch. Ils vous permettent d’écrire et de tester rapidement un extrait de code sans avoir à modifier votre projet en cours.

Pour les utilisateurs d’autres éditeurs de code, une solution telle que CodePen ou JSFiddle est un excellent substitut. Ils fonctionnent tous deux de manière similaire : il y a trois éditeurs de texte pour HTML, CSS et JavaScript, et un écran de sortie pour voir le résultat :

La console CodePen.

La console CodePen.

Vous pouvez nommer votre « Pen » ou votre « Fiddle » en fonction de votre plateforme, l’enregistrer et le partager avec d’autres. Il s’agit d’une idée si simple, qui peut vous aider à concrétiser en quelques secondes vos idées à peine formulées sur un aspect d’un projet.

Pour les développeurs qui souhaitent mettre en lumière un élément particulier d’un fichier et montrer où des modifications sont possibles, un « IDE en ligne » est précieux. En outre, la collaboration est également possible par le biais du tchat ou d’un « micro en direct » :

L'écran de collaboration de JSFiddle.

L’écran de collaboration de JSFiddle.

Dans l’ensemble, un IDE en ligne peut être considéré comme un outil de développement web « dormant », dans la mesure où il n’est pas mentionné trop souvent mais est utilisé par de nombreux développeurs pour créer un meilleur code.

Clients Git

Disposer d’un moyen centralisé pour stocker du code, documenter les changements et travailler dessus avec une équipe sans duplication est une tâche pour un système de contrôle de version (VCS). Voici quelques clients qui gèrent un seul VCS : git.

Parlons d’abord du VCS lui-même.

14. Git

Git est essentiel pour un développeur moderne, et en tant que tel, c’est l’un des outils disponibles de développement web les plus cruciaux. En bref, il s’agit d’un moyen de documenter les modifications que vous apportez au code de votre projet et de les stocker dans des « dépôts » :

Une liste des commits GitHub de WordPress.

Une liste des commits GitHub de WordPress.

Git a été inventé par le créateur de Linux, Linus Torvalds, et utilise une série de commandes pour ajouter des modifications de fichiers à une « zone de staging », où vous faîtes des « commits » vers un dépôt. De là, vous les « pousserez » vers un dépôt distant hébergé en ligne.

Bien que ce ne soit pas le seul VCS disponible – l’équipe de développement de WordPress utilise toujours Trac pour de nombreux projets – c’est le plus important. Un VCS tel que Git ou Trac aide les équipes à travailler ensemble en hébergeant le code dans un emplacement central.

Les commandes de base sont des fonctions d’un seul mot précédées de git, souvent utilisées à partir de la ligne de commande. Par exemple :

git add file.php

Cette expression ajoute file.php à votre zone de staging. En d’autres termes, elle enregistre les modifications comme quelque chose que vous aimeriez stocker sans y mettre la touche finale. Vous pouvez faire cela avec un fichier ou un projet entier si vous le souhaitez.

Pour commiter le fichier, vous exécutez git commit. À partir de là, vous pouvez ajouter un commentaire pour informer les autres de vos commits. Après cela, vos modifications sont stockées et poussées vers la « branche » principale. Bien sûr, cela dépend si vous travaillez sur un « repo » distant.

Si vous êtes novice en matière de Git et de VCS en général, GitLab propose un excellent guide d’initiation à l’utilisation de Git en ligne de commande. Nous parlerons également un peu plus tard de GitLab lui-même.

15. GitHub

La page GitHub de Kinsta.

La page GitHub de Kinsta.

Pour la grande majorité des développeurs, GitHub est lendroit où sont stockés les dépôts Git des projets :

Dépôts GitHub de WordPress.

Dépôts GitHub de WordPress.

Il s’agit d’une solution appartenant à Microsoft qui couvre bien plus que l’hébergement de Git. Il existe également un certain nombre d’outils de tests automatisés et une tentative d’offrir des fonctions de collaboration supplémentaires.

Les fonctions de collaboration de GitHub.

Les fonctions de collaboration de GitHub.

Pour les projets open source, les plateformes telles que GitHub sont presque l’option de facto. De ce fait, GitHub en tant qu’outil de développement web est inestimable pour de nombreux utilisateurs, apprenants et développeurs open source en général. C’est particulièrement vrai lorsqu’il s’agit de fouiller dans le gestionnaire de problèmes de GitHub pour résoudre un problème avec les paquets installés.

Le gestionnaire de problèmes de GitHub.

Le gestionnaire de problèmes de GitHub.

GitHub ne sert pas seulement à stocker les dépôts de programmes. Il sert également à d’autres projets de code, comme le développement web, et même à des livres.

Globalement, GitHub est un outil fantastique qui aide à construire une communauté saine à partir de nombreuses branches disparates. Cependant, ce n’est pas la seule plateforme existante.

16. GitLab

Le logo GitLab.

Le logo GitLab.

Nous l’avons mentionné précédemment, mais GitLab est un concurrent de GitHub, avec un objectif similaire. Il s’agit essentiellement d’un hébergeur pour les dépôts Git, mais il offre également quelques autres avantages.

Alors que GitHub se définit comme une « plateforme de développement », GitLab se concentre sur le « DevOps ». Dans sa version gratuite, GitLab propose toutes les étapes du cycle de vie DevOps, des tests statiques de sécurité des applications et environ 400 minutes par mois pour le développement continu (CD) et l’intégration continue (CI).

GitLab se distingue par son sens de la communauté, qui est la grande différence avec GitHub. Il s’agit davantage de déploiement et du cycle complet d’un projet. Ce n’est pas un point négatif, mais cela signifie que GitLab est une plateforme plus « insulaire », sans doute pas aussi adaptée aux projets open source que GitHub.

Pour la plupart des équipes, le volet gratuit de GitLab sera suffisant. Pour environ 230 $ par an et par utilisateur, vous avez accès à des analyses de votre code et de votre productivité, à environ 10.000 minutes de CD/CI, etc.

17. Sourcetree

Sourcetree n’est pas un hébergeur de dépôt Git, mais une interface utilisateur graphique (GUI) pour les gérer. C’est l’une des nombreuses solutions, telles que GitKraken, Sublime Merge, GitHub Desktop, et bien d’autres.

La page d'accueil de Sourcetree.

La page d’accueil de Sourcetree.

Il s’agit d’un produit Atlassian (et nous aimons Atlassian !) qui se connecte à d’autres produits tels que Bitbucket pour offrir une représentation visuelle de votre dépôt Git.

Sourcetree est commercialisé comme un client Git facile – et il l’est – mais il convient également aux utilisateurs expérimentés. Il a tout ce qu’il faut pour soutenir une équipe travaillant avec Git (et Mercurial aussi).

Par exemple, Sourcetree fait des choses simples, telles que mettre en évidence les changements depuis le dernier commit, mais il s’attaque aussi à plus si vous en avez besoin. Les chefs d’équipe peuvent examiner les ensembles de modifications, travailler entre les branches si nécessaire et visualiser le code à l’aide de graphiques et d’onglets d’information :

Vue graphique de Sourcetree.

Vue graphique de Sourcetree.

Le choix d’un client Git dépend de votre situation. Si vous êtes encore en train d’apprendre, nous vous recommandons de vous en tenir à un Terminal pendant que vous comprenez le flux et le processus. Pour les professionnels ou les équipes qui utilisent beaucoup Git, un client tel que Sourcetree va vous faire gagner du temps dans votre travail quotidien.

Outils pour les développeurs de navigateurs

Sans navigateur web, il n’y a pas de développement web. Toutefois, si le navigateur que vous avez choisi est essentiel pour naviguer sur le web, vous pouvez également l’utiliser pour découvrir son fonctionnement.

La plupart des navigateurs modernes incluent des outils de développement spécifiques pour vous aider à analyser le code backend, que vous pouvez ensuite reprendre dans votre projet. Voici quelques-uns des plus populaires.

18. Outils Chrome pour les développeurs

Les « DevTools » de Chrome sont vénérés dans toutes les communautés pour leur ensemble de fonctionnalités et de diagnostics exceptionnels.

Compte tenu de la montée en puissance des navigateurs basés sur Chromium, beaucoup d’entre eux disposent du même ensemble d’outils de développement avec des raccourcis similaires. Vous pouvez consulter Microsoft Edge, Brave, Chromium lui-même et bien d’autres clones et travailler sur vos projets dans le navigateur.

Les DevTools du navigateur Brave.

Les DevTools du navigateur Brave.

L’onglet Éléments sera régulièrement visité, car c’est là que vous pourrez visualiser le code source de la page. Et à notre avis, l’onglet Performance donne des informations sur le chargement des pages que les autres outils de développement de navigateur ne peuvent pas égaler :

L'onglet Performance de Brave.

L’onglet Performance de Brave.

L’onglet Sécurité donne également de bonnes informations, qui seront nécessaires pour surveiller (ou rechercher) le site web d’un client :

L'onglet Sécurité de Brave.

L’onglet Sécurité de Brave.

Mieux encore, vous serez en mesure de générer des rapports Google Lighthouse directement à partir de votre navigateur basé sur Chromium :

Un rapport de Google Lighthouse depuis les DevTools de Brave.

Un rapport de Google Lighthouse depuis les DevTools de Brave.

Les DevTools sont subjectivement les meilleurs, et les utilisateurs de Chrome et de Chromium s’appuieront sur eux. Cependant, d’autres navigateurs disposent également de DevTools, qui méritent d’être pris en considération.

19. Outils Firefox pour les développeurs

La page d'accueil de Firefox.

La page d’accueil de Firefox.

Avec une base d’utilisateurs actifs mensuels d’environ 220 millions, Firefox est toujours un navigateur populaire, malgré la domination de Google. Dans le passé, les développeurs ont fait l’éloge de Firebug, qui était souvent un leader en matière de débogage dans le navigateur.

Aujourd’hui, nous avons les outils Firefox pour les développeurs :

Les outils de Firefox pour les développeurs.

Les outils de Firefox pour les développeurs.

Il existe un ensemble de fonctions de base permettant de visualiser le code source du site (inspecteur), un débogueur, la mémoire, le stockage, etc.

Pour les débutants, la console est une porte d’entrée vers le code en général, car vous pouvez exécuter JavaScript directement dans le navigateur, et c’est un moyen facile de tester des extraits de code et de trouver vos marques lorsque vous commencez :

Un exemple de console de navigateur.

Un exemple de console de navigateur.

Malgré cela, nous pensons que Firefox (et d’autres navigateurs) a moins d’atouts dans ses outils de développement que les navigateurs basés sur Chromium. Pourtant, pour le débogage et le dépannage inter-navigateurs, vous ferez souvent appel à Firefox. En tant que tel, c’est une bonne chose qu’il soit idéal pour presque toutes les tâches.

Frameworks frontend

En ce qui concerne le frontend, vous aurez besoin d’un outil adapté à la création de sites web époustouflants. Le choix du framework est ici crucial. Vous devez toujours sélectionner le meilleur outil pour le travail.

Dans cette optique, examinons quelques choix populaires.

20. Bootstrap

La réactivité mobile est une caractéristique standard de la conception web moderne. Il s’agit d’une étape bienvenue, étant donné que la navigation mobile a désormais dépassé celle des ordinateurs de bureau. Dans ces conditions, vous devez pouvoir créer rapidement des sites adaptés aux mobiles.

Bootstrap est un excellent outil de développement web qui connaît un grand succès :

Le logo de Bootstrap.

Le logo de Bootstrap.

Il s’agit d’une boîte à outils qui combine des extensions JavaScript, des variables Sass, des composants pré-construits, un système de grille réactive de qualité, et bien plus encore. Il existe même une place de marché de thèmes officiels qui fonctionnent avec Bootstrap, et de nombreux sites WordPress utilisent également des thèmes construits à partir de ce framework de conception.

Bien sûr, l’utilisation ou non de Bootstrap dépendra des besoins de votre projet. Cependant, il est logique de supposer que les projets de développement web ayant un budget serré et des délais d’exécution rapides se tourneront vers une solution « Bootstrap » et l’adapteront à WordPress. Étant donné que le framework et WordPress sont gratuits, votre temps devient le seul facteur de coût.

21. Tailwind CSS

Sur le papier, Tailwind CSS n’a aucun sens. Il s’agit d’un framework frontend pour un langage qui fait partie de la trinité de base du développement web. En tant que tel, il est logique de penser que l’utilisateur cible possède déjà les connaissances nécessaires sans avoir besoin d’un framework.

En réalité, Tailwind CSS est parfaitement logique. C’est un moyen de concevoir l’interface publique de votre site sans quitter le HTML.

Un exemple de CSS Tailwind.

Un exemple de CSS Tailwind.

Vous utilisez des classes utilitaires dans diverses balises pour ajouter du CSS à partir d’une feuille de style principale. Bien entendu, le CSS reste la principale source de style. Il est simplement hors de votre vue lorsque vous construisez une mise en page à l’aide de HTML. Ainsi, il vous permet de développer en même temps la structure et le style.

Cette approche nous rappelle le système Grid 960 et s’intégrerait bien dans ce framework. Cela dit, il y a un risque de bourrer les éléments de tant de classes que vous pourriez vous retrouver avec un « code spaghetti ». Il vous faudra de la patience et de la discipline pour travailler avec Tailwind CSS, mais s’il convient à votre projet, c’est un framework rapide et robuste.

22. Bulma

Nous avons fait tous les progrès que nous avons fait avec la conception des structures de site et des mises en page, la création de colonnes flexibles, réactives et dynamiques un barrage pour beaucoup. Bien que ce ne soit pas la seule chose que Bulma peut faire, ce type d’application est l’élément essentiel du framework :

Le site de Bulma.

Le site de Bulma.

Tout comme Tailwind CSS, Bulma cache le CSS et vous donne des classes utilitaires pour votre HTML. Il est construit avec Flexbox, axé sur le mobile, et modulaire. Il est idéal si vous n’avez besoin que de quelques composants. Vous pouvez également mélanger les frameworks si vous le souhaitez.

De plus, vous n’avez pas besoin de JavaScript pour mettre Bulma en service, car il s’agit uniquement de CSS. Vous pouvez ajouter des éléments d’interface tels que des boutons avec le strict minimum de code. Il s’agit d’un framework simple et open source qui peut s’adapter aux besoins de votre propre projet. À notre avis, c’est une caractéristique précieuse que vous avez tout intérêt à exploiter.

23. Foundation

L’équipe de ZURB propose une approche unique du framework CSS avec Foundation. Il s’agit d’un outil sémantique axé sur le mobile qui se décline en deux versions, pour les sites et les e-mails :

La page d'accueil de Foundation.

La page d’accueil de Foundation.

Foundation est construit avec l’accessibilité comme priorité. Chaque extrait de code de Foundation est doté d’attributs ARIA dédiés. Toutefois, avant d’en arriver à ce stade, Foundation est impressionnant pour le prototypage rapide en raison de la manière dont vous l’ajoutez à votre HTML. Vous êtes en mesure de créer presque tous les éléments structurels de votre page, même différents types de menus et de navigation :

Création d'un menu de navigation dans Foundation.

Création d’un menu de navigation dans Foundation.

ZURB fournit également une abondante et excellente documentation et des tutoriels pour vous permettre d’apprendre les tenants et aboutissants du framework. Foundation est simple à utiliser, mais nous pensons que vous pouvez vous lancer dans la construction de sites et en sortir avec des mises en page et des fonctionnalités complexes.

Vous trouverez également un certain nombre de modèles sur le site de Foundation. Il s’agit de maquettes brutes pour vous aider à démarrer – une inclusion bienvenue :

Bibliothèque de modèles de Foundation.

Bibliothèque de modèles de Foundation.

Dans l’ensemble, le framework Foundation fait ce qu’il est censé faire. Il va jouer un rôle central dans le développement de votre site, plutôt que de vous permettre d’ajouter des fonctionnalités. En tant que tel, vous ne l’utiliserez peut-être pas pour tous les projets. Cependant, lorsqu’il est utilisé, il fait l’affaire sur toutes sortes de sites.

24. Matérial-UI

Nous aborderons React plus en détail ultérieurement, mais pour l’instant, sachez que Material-UI est basé sur la bibliothèque de composants de ce framework JavaScript. Pour les non-initiés, Material Design est la « philosophie » de Google sur la façon de concevoir l’interface d’un site web. Cela signifie beaucoup de polices Roboto et de blocs de couleur :

Material-UI cherche à répondre aux standards de conception de Google.

Material-UI cherche à répondre aux standards de conception de Google.

Vous importerez la bibliothèque dans React, puis utiliserez des balises HTML dédiées pour construire votre site :

Création d'un bouton dans Material-UI.

Création d’un bouton dans Material-UI.

Pour personnaliser davantage l’élément, vous ajoutez des classes à vos balises HTML. L’ensemble du bloc de code est enveloppé dans une fonction, et vous rendrez les détails (et la page par extension) dans React.

De nombreux thèmes gratuits et premium sont également disponibles, couvrant de nombreux cas d’utilisation et de prix :

La bibliothèque de thèmes Material-UI.

La bibliothèque de thèmes Material-UI.

Puisque Material-UI a un cas d’utilisation spécifique – la création de sites autour du Material Design – il sera un framework de référence si c’est votre objectif. En particulier, la bibliothèque de thèmes sera une ressource précieuse pour démarrer, quel que soit votre budget.

25. HTML5 Boilerplate

La page d'accueil de HTML5 Boilerplate.

La page d’accueil de HTML5 Boilerplate.

Si vous êtes un développeur WordPress, vous avez peut-être déjà rencontré Underscores. Il s’agit d’un thème WordPress de base qui vous permet d’économiser un nombre incalculable d’heures à rassembler les éléments fonctionnels et essentiels de votre site. HTML5 Boilerplate fait la même chose au niveau de la conception générale.

En tant que tel, il comprend sept fichiers couvrant le HTML, le CSS et le JavaScript. Ils ne contiennent que les fichiers et le code les plus nécessaires au rendu d’une page. Au-delà de ce point, c’est vous qui décidez du résultat de votre page.

HTML5 Boilerplate a de nombreux fans car il s’agit davantage d’un utilitaire permettant de gagner du temps que d’un framework à part entière. Ainsi, il n’y a pas de visuels prêts à l’emploi pour épater le « client de passage », mais si vous mettez HTML5 Boilerplate en service, vous découvrirez peut-être qu’il accélère votre développement comme Underscores le fait pour les développeurs WordPress.

26. Matérialize

Bien que nous ne considérions pas Materialize comme un concurrent de Material-UI, il s’agit d’un autre framework qui cherche à utiliser les principes de Material Design pour créer une mise en page :

La page d'accueil de Materialize.

La page d’accueil de Materialize.

Cependant, plutôt que d’utiliser React, Materialize est un framework CSS. Cela rend Materialize plus facile à mettre en œuvre sur l’interface publique. Comme pour les autres frameworks CSS, vous utilisez des classes dans le code HTML pour faire apparaître des éléments sur l’interface publique.

Cela dit, il existe également un certain nombre de composants JavaScript pour des éléments tels que les modales et les menus déroulants :

Un menu déroulant créé avec Materialize.

Un menu déroulant créé avec Materialize.

Comme beaucoup de ces frameworks, il existe des thèmes premium qui vous aident à créer des mises en page dans un style spécifique. Il s’agit toutefois de thèmes HTML statiques, ce qui peut poser problème si vous souhaitez implémenter JavaScript. Dans ce cas, vous pouvez envisager d’utiliser Material-UI.

Frameworks d’applications web

En termes simples, un framework ou une bibliothèque JavaScript vous permet de travailler différemment avec le code dit « Vanilla ». Dans le cas présent, il s’agit de créer des applications et des sites web spécifiques. Il existe également de nombreuses « saveurs », dont nous allons vous présenter quelques-unes.

27. React.js

Un exemple de code React sandbox.

Un exemple de code React sandbox.

React.js est une bibliothèque JavaScript populaire, conçue par Facebook, qui propulse un grand nombre des éléments les plus modernes de WordPress. Le backend de WordPress.com et l’éditeur de blocs utilisent tous deux React, et nous considérons qu’il s’agit d’une façon d’utiliser JavaScript en privilégiant l’interface.

Le backend Calypso de WordPress.com est construit sur React.

Le backend Calypso de WordPress.com est construit sur React.

En tant que tels, les développeurs WordPress devraient – pour paraphraser Matt Mullenweg – apprendre React.js en profondeur. Cependant, il ne s’agit pas seulement d’un framework pour les développeurs WordPress.

Partout où vous avez besoin d’une interface utilisateur (IU) moderne et dynamique, React sera le premier choix à considérer. Il utilise une extension syntaxique de JavaScript appelée JSX pour créer des éléments, qui sont ensuite rendus dans le module d’objet de document (DOM) :

const name = "Ken Starr';

const element = <h1>Hello, {name}</h1>;

ReactDOM.render
  Element,
  document.getElementById('root')
);

 

La variable JavaScript au sein de JSX peut être n’importe quelle expression valide, ce qui vous permet de construire des arguments complexes. Cela fait de React un choix solide en matière de frameworks. En raison de sa popularité, nous pensons que React devrait figurer sur votre liste d’apprentissage indispensable, quel que soit l’endroit où vous passez votre temps de développement.

28. Vue.js

Vue.js est un autre framework JavaScript pour la création d’interfaces utilisateur. Il est basé sur le « calque de vue » et est idéal pour l’intégration avec d’autres bibliothèques et frameworks.

Sandbox de Vue.js.

Sandbox de Vue.js.

Du côté HTML, Vue ne pourrait pas être plus accessible. Vous donnez à votre balise un ID et appelez une clé à partir d’un dictionnaire défini du côté JavaScript. Les données sont maintenant réactives, et les données et le DOM sont liés.

En ce sens, Vue.js ressemble beaucoup à certains des frameworks CSS que nous avons examinés plus tôt dans l’article. Ce framework est convaincant, et nous vous encourageons à parcourir la documentation pour voir ce qui est possible.

Bien que Vue.js prenne en charge les déclarations JSX, il est plus adapté à l’utilisation de modèles basés sur les technologies web « classiques ». En tant que tel, il sera idéal pour les développeurs qui ne veulent pas travailler uniquement en JavaScript.

29. Express.js

Nous entrons ici dans le domaine des méta-frameworks, car Express.js se connecte à Node.js et sert de base à d’autres frameworks.

La page d'accueil d'Express.js.

La page d’accueil d’Express.js.

Il s’agit d’un framework minimaliste (d’où son nom), dont l’un des principaux avantages est de vous aider à organiser les composants côté serveur dans un format MVC (Modèle-Vue-Contrôleur) familier. En tant que tel, le code semble plus compliqué que celui d’autres frameworks – même celui de Vanilla JavaScript :

var express = require('express');

var app = express();

app.get('/', function(req, res){
  res.send("Hello world!");
});

app.listen(3000);

Nous pensons qu’Express.js va convenir aux applications qui tirent et poussent beaucoup de bases de données. Il convient donc à de nombreuses applications web modernes et aux développeurs backend qui souhaitent travailler sur des tâches frontend avec un minimum de stress.

30. Svelte.js

Une bonne règle à suivre lors du développement pour le web est de s’assurer que vos sites fonctionnent sur le plus grand nombre de navigateurs possible. Cela dit, dans certains cas, vous pouvez vouloir créer des applications ou des sites web sans prendre en charge les anciens navigateurs. Dans ces cas-là, Svelte.js doit figurer en haut de votre liste.

La page d'accueil de Svelte.js.

La page d’accueil de Svelte.js.

Le framework doit son nom à la taille de son fichier, qui ne fait que 5 Ko une fois minifié. Il a un format semblable à jQuery qui sera facile pour les utilisateurs familiers :

$('.hello').text("Hello svelte");

Il y a moins de 40 fonctions dans l’API Svelte, donc la prise en main sera simple. De plus, vous pouvez ajouter facilement de nouvelles fonctions en utilisant $.fn.

Vous trouverez des « polyfills » pour le support d’Internet Explorer 9, mais c’est presque la seule concession. Pour un support de navigateur hyper moderne utilisant un framework très léger, Svelte.js pourrait être celui qu’il vous faut.

31. Laravel

Jusqu’à présent, nous avons examiné les frameworks JavaScript ou CSS. Étant donné la prévalence de PHP, il est logique de couvrir également un framework pour ce langage. Laravel est le choix idéal ici, car il est populaire pour de nombreux développeurs pour sa syntaxe et son écosystème :

La page d'accueil de Laravel.

La page d’accueil de Laravel.

Il est plus juste de dire que Laravel est un écosystème, car il comprend de nombreux outils pour vous aider à monter des projets. Même si vous n’utilisez pas beaucoup le framework lui-même, vous pouvez utiliser Homestead de Laravel, un environnement de développement local basé sur Vagrant.

Laravel lui-même est un framework PHP basé sur Docker et utilise un CLI (appelé Sail) pour interagir avec lui. Tout comme Vagrant, vous utiliserez Sail pour construire des conteneurs et les exécuter.

Mais Laravel a bien d’autres cordes à son arc. Par exemple, vous pouvez l’utiliser comme un framework complet, un backend API pour les applications Next.js, et presque tout le reste.

Si vous êtes un développeur PHP, Laravel sera un outil central (si ce n’est familier) dans votre flux de travail.

32. Gatsby

Gatsby est un framework frontend open source qui a suscité beaucoup d’attention ces derniers temps. C’est parce que Gatsby est rapide, évolutif, performant et sécurisé.

La page d'accueil de Gatsby.

La page d’accueil de Gatsby.

Il y a un processus d’installation super rapide impliquant le Node Package Manager (npm). Nous en dirons plus à ce sujet ultérieurement. Bien qu’il s’agisse d’un framework JavaScript, Gatsby génère des fichiers HTML statiques au moment de l’exécution, de sorte qu’il n’y a aucun moyen d’attaquer un site. De plus, Gatsby automatise les performances pour que votre site fonctionne dans une configuration optimale.

Entre les performances automatisées, la mise à l’échelle dynamique et la construction HTML statique, Gatsby ressemble à un organisme vivant. Il existe un « maquillage » de code complexe impliquant JSX, Markdown, CSS, et bien plus encore, en fonction de vos besoins. Chaque étape de votre flux de travail et chaque élément de votre pile peut être adapté à vos besoins.

Les développeurs WordPress apprécieront également la façon dont Gatsby s’intègre à la plateforme. Cependant, il ne conviendra pas dans tous les cas. Par exemple, si vous avez besoin de gérer entièrement un CMS basé sur le cloud, ce n’est pas pour vous. Malgré tout, Gatsby peut s’adapter à votre projet dans la plupart des cas, et il fonctionne parfaitement avec WordPress.

33. Django

Malgré tout ce qui se dit sur le fait que Python est un langage de programmation « débutant » ou « d’apprentissage », il sert d’épine dorsale à de nombreux sites très en vue. Certains des plus grands sites web – Instagram, Uber, Reddit, Pinterest, etc. – utilisent Django. Souvent, vous ne trouverez aucune mention de Python lui-même, mais uniquement de Django.

Django est un framework qui utilise Python pour créer des applications web côté serveur. Il est aussi simple à utiliser que Python lui-même, avec un format extrêmement lisible.

Le formatage par défaut de Django.

Le formatage par défaut de Django.

Python est un excellent langage de script pour les projets basés sur la logique. Il est donc tout à fait approprié de l’utiliser pour une application web. De plus, la vitesse de traitement de Python est rapide, et la structure fondamentale des fichiers est légère. Parce qu’il est rapide, Django est un excellent framework côté serveur par rapport à PHP et possède autant de puissance que le langage le plus populaire.

Cela dit, le taux d’adoption est plus faible, ce qui pourrait être dû à la réputation de Python en tant que langage d’apprentissage. Malgré cela, Django fonctionne bien avec d’autres langages, tels que JavaScript, pour constituer la base d’une application web moderne.

Bien sûr, si vous prévoyez d’utiliser un CMS tel que WordPress, ou si vous créez des solutions pour des projets basés sur React, vous avez moins d’options. Malgré cela, nous pensons que 2021 verra une augmentation du nombre de sites fonctionnant sur Django.

34. Ruby on Rails

Le langage de programmation Ruby était le « chouchou » des langages pour débutants et des alternatives de script à PHP il y a quelques années. Il est souvent comparé à Python.

Et tout comme Django, Ruby on Rails était également le favori de nombreux développeurs.

La page d'accueil d'un nouveau projet Ruby on Rails.

La page d’accueil d’un nouveau projet Ruby on Rails.

Ruby est utilisé dans de nombreuses applications web côté serveur et sous le capot. En outre, Ruby on Rails est utilisé comme framework côté serveur sur d’innombrables sites web. Il utilise une approche MVC et offre des structures pour le service web, les pages et une base de données. Ainsi, vous disposez d’un site de base prêt à l’emploi.

Ruby on Rails conviendra à votre projet s’il doit planifier de nombreux travaux et travailler avec des solutions tierces. Par exemple, il existe une intégration native avec le stockage de fichiers tel que Google Cloud, et un wrapper pour l’envoi d’e-mails.

Dans l’ensemble, il s’agit d’un bon choix si vous souhaitez disposer d’un ensemble robuste de valeurs par défaut (telles que la structure des dossiers) qui peuvent être personnalisées si nécessaire. En revanche, ce n’est pas un bon choix si vous aimez utiliser les API pendant le développement.

La structure du code de Ruby on Rails peut devenir complexe et difficile à comprendre dans le cadre de projets importants. Le temps d’exécution peut également être affecté, ce qui fait que ce n’est peut-être pas le meilleur framework pour les projets dont la vitesse est critique.

Ruby on Rails n’en reste pas moins l’un des principaux frameworks web côté serveur, et son utilisation ne faiblit pas pour les projets appropriés.

35. TypeScript

Un exemple de code TypeScript.

Un exemple de code TypeScript.

En bref, TypeScript fournit un « contrôle de type » statique optionnel à JavaScript. Il s’agit d’un « super ensemble » du langage, et il prend également en charge de nombreuses autres bibliothèques JavaScript. Dans l’ensemble, TypeScript est JavaScript avec quelques fonctionnalités supplémentaires, et vous pouvez compiler les deux langages l’un à côté de l’autre.

De nombreux développeurs se sont tournés vers TypeScript pour réduire le nombre d’erreurs d’exécution qu’ils obtiennent. Les erreurs de type sont l’une des plus courantes, et leur réduction pourrait vous faire gagner beaucoup de temps.

Pour un exemple très simple de TypeScript, considérez une chaîne de caractères :

let helloWorld = « Hello World »;

//  ^ = let helloWorld: string

Ici, TypeScript utilise let plutôt que l’habituel var pour la variable helloWorld. A partir de là, TypeScript sait que helloWorld est une chaîne de caractères et le vérifie sur cette base.

En fin de compte, TypeScript n’est pas un outil de développement web essentiel, bien qu’il soit devenu plus populaire en raison de sa caractéristique principale. Si vous parvenez à gagner un temps précieux, il pourrait devenir vital pour votre flux de travail.

36. GraphQL

Voici un outil unique qui pourrait trouver grâce auprès des développeurs travaillant avec les données d’une API. GraphQL est un langage de requête utilisé dans une API qui fait également office de moteur d’exécution pour servir les résultats de la requête que vous effectuez.

Le site web de GraphQL.

Le site web de GraphQL.

Avec une API REST standard, vous devez souvent charger depuis plusieurs URL. Avec GraphQL, vous pouvez récupérer des données à partir d’une seule requête. Qui plus est, les API GraphQL sont classées par type plutôt que par points de terminaison. Cette classification favorise l’efficacité de votre requête et fournit des erreurs plus explicites lorsque quelque chose ne va pas.

Les types peuvent également être utilisés pour éviter d’écraser le code d’analyse manuelle, étant donné la façon dont GraphQL les met en œuvre. Vous pouvez également ajouter de nouveaux champs et types à votre API sans que cela n’ait d’incidence sur le travail que vous avez effectué jusqu’à présent.

L’outil est flexible et évolutif dans de nombreux domaines. Comme GraphQL crée une API uniforme pour votre projet, vous pouvez faire appel à un moteur correspondant au langage de votre projet. Cela en fait un outil idéal pour un large éventail d’applications, plutôt qu’une solution de niche à un problème répandu.

Vous trouverez GraphQL utilisé sur des sites tels que GitHub, Spotify, Facebook, etc. Cela devrait vous donner une idée de la façon dont GraphQL est utilisé sur les sites à forte intensité de requêtes de toutes sortes. En tant que tel, vous pourriez avoir besoin de faire appel à cette solution plus d’une fois au cours des 12 prochains mois et au-delà.

Gestionnaires de paquets

Les langages de programmation, les frameworks, etc. comportent de nombreuses parties mobiles. Ces dépendances doivent être téléchargées et installées de la bonne manière pour fonctionner. C’est là qu’interviennent les gestionnaires de paquets. Ils vous aident à télécharger et à installer des dépendances spécifiques à partir de la ligne de commande. Passons en revue quelques outils que vous rencontrerez.

37. Node Package Manager (npm)

Oui, le téléchargement d’installateurs a sa place. Cependant, l’utilisation d’un gestionnaire de paquets en ligne de commande est très simple dans la plupart des cas. Il fournit également un moyen rapide de récupérer et d’installer des fichiers depuis le web.

Node Package Manager (npm) est un outil de développement web spécifique à JavaScript appartenant à Microsoft qui vous permet d’installer à la demande des paquets spécifiques au langage:

La page d'accueil de npm.

La page d’accueil de npm.

Par exemple, la recherche de paquets React donne plus de 155.000 résultats:

Une recherche effectuée dans npm.

Une recherche effectuée dans npm.

À l’instar d’un IDE en ligne, npm est un outil de développement web qui ne bénéficie pas de beaucoup de « temps d’antenne », principalement parce qu’il est omniprésent. En tant que tel, pratiquement tous les développeurs web vont utiliser cet outil.

Cependant, il est incroyable, et maintenant qu’il est sous l’aile de GitHub, plus de développeurs que jamais utiliseront npm en 2021.

38. Yarn

Tout comme npm et pip pour Python, Yarn vous aide à installer des paquets liés à votre projet et à ses outils. La différence ici est que Yarn est aussi un outil de gestion de projet.

La page d'accueil de Yarn.

La page d’accueil de Yarn.

L’installation est simple, et l’initialisation de Yarn pour un nouveau projet demande également un minimum d’efforts. Il est devenu une solution open source robuste pour l’installation de paquets et la gestion de votre projet en parallèle.

Vous utiliserez des espaces de travail pour créer des « monorepos », et plusieurs versions de votre projet se trouvent dans le même repo et peuvent être référencées. Vous pouvez installer des extensions pour tout ce que Yarn ne peut pas faire (pour lequel vous voulez ajouter de nouveaux sélecteurs et résolveurs). Pour être plus précis, vous pourriez installer des extensions, mais il n’y en a pas beaucoup, du moins dans les listes officielles. Au lieu de cela, vous devrez coder votre propre code si vous êtes désespérément à la recherche de cette fonctionnalité. Néanmoins, vous avez le choix de personnaliser Yarn en fonction des besoins de votre projet.

Yarn a tout intérêt à devenir votre principal gestionnaire de paquets. Pour un projet réel, vous pouvez vous appuyer davantage sur npm, mais Yarn s’insérera dans votre flux de travail d’une manière qui ne pourra que vous être bénéfique.

API et outils de test

S’assurer que les choses fonctionnent est un processus souvent négligé, mais il s’accompagne aussi de regrets lorsque les choses tournent mal. C’est pourquoi la phase de test de votre projet doit être solide, robuste et approfondie.

Dans ce contexte, voici quelques outils d’API et de test que vous aurez à portée de main pour vos projets.

39. HoppScotch

Propulsé par Netlify, HoppScotch est un outil de développement d’API open source. Les développeurs le qualifient d’écosystème, ce qui est en contradiction avec les fonctionnalités qu’il contient.

La page principale de HoppScotch.

La page principale de HoppScotch.

Il s’agit d’une solution simple et robuste, qui n’est pas pour les âmes sensibles. Si vous n’avez jamais utilisé un tel outil, la courbe d’apprentissage est raide. Il n’y a pratiquement aucune indication sur l’utilisation de HoppScotch sur les pages de l’application, mais ce n’est généralement pas un problème, car l’outil est de toute façon destiné aux développeurs expérimentés.

Il existe de nombreuses connexions en temps réel (WebSocket, SSE, etc.), et une implémentation GraphQL. Nous apprécions également le créateur de la documentation:

L'écran du créateur de la documentation HoppScotch.

L’écran du créateur de la documentation HoppScotch.

Il fonctionne avec vos « collections » HoppScotch pour créer de la documentation à la volée, ce qui constitue un gain de temps appréciable.

Dans l’ensemble, HoppScotch est un outil fonctionnel qui s’ouvrira beaucoup dans votre navigateur. C’est l’une de ces solutions que vous utiliserez toujours sans vous en rendre compte – nous ne pouvons pas lui faire plus d’éloges que cela !

40. Postman

Le logo de Postman

Le logo de Postman

Attention, nous sommes sur le point de mentionner le redoutable mot en « C » : collaboration. Postman est un outil de développement web qui vous aide à créer en équipe une interface de programmation d’applications (API)  via la plateforme Postman :

Le tableau de bord de Postman.

Le tableau de bord de Postman.

Il existe de nombreux cas d’utilisation pour intégrer Postman dans votre flux de travail. Par exemple, vous pouvez l’utiliser de manière standard pour le développement d’applications, ce qui se traduira directement par des projets basés sur le web. Vous pouvez simuler des points de terminaison à l’aide de serveurs fictifs, ce qui intéressera particulièrement les développeurs WordPress.

Vous pouvez même créer un système d’accueil pour aider les utilisateurs de vos API à apprendre les ficelles du métier. Les projets qui connaissent une forte rotation des utilisateurs ou un trafic important y trouveront leur compte.

En ce qui concerne les prix, Postman propose un niveau gratuit, mais c’est l’un des niveaux premium qui vous apportera le plus de valeur. Vous devrez payer entre 12 et 30 $, en fonction de votre cycle de facturation et du nombre d’utilisateurs.

41. Testing Library

Un code qui fonctionne est idéal, mais des applications qui fonctionnent sont l’objectif final. Testing Library fait ce que son nom suggère : il fournit un ensemble d’utilitaires pour vous aider à tester vos projets et vous encourager à utiliser de bonnes pratiques de code.

La page d'accueil de Testing Library

La page d’accueil de Testing Library

L’idée est de créer des tests qui représentent l’utilisation de votre application. S’ils fonctionnent sans problème, il y a de bonnes chances que votre application fonctionne aussi. Il s’agit d’un outil agnostique en ce qui concerne le framework, et non d’un exécuteur de tests. L’objectif principal de Testing Library est de vous aider à écrire des tests maintenables et indépendants des détails de l’implémentation.

Tout ce qui se trouve dans l’outil Testing Library est centré sur ses principes directeurs. Ainsi, vous ne faites pas que créer des tests, vous apprenez à les améliorer et à les rendre plus utiles.

Pour cette raison, Testing Library pourrait devenir une partie importante de votre flux de travail. Nous pensons que presque toutes les chaînes de projets pourraient bénéficier de Testing Library, et les utilisateurs de React voudront certainement faire de cet outil un standard.

Outils de collaboration

Malgré la troupe de développeurs antisociaux, la vérité est que la technologie et la collaboration vont de pair.

C’est pourquoi nous vous présentons quelques outils de collaboration exceptionnels qui s’intégreront parfaitement à votre prochain projet.

42. Jira

Atlassian est une entreprise très appréciée en matière de logiciels. Nous sommes de grands fans de quelques-unes des offres de la société : Confluence, Trello, Sourcetree, Bitbucket et, surtout, Jira.

La page d'accueil de Jira.

La page d’accueil de Jira.

Il s’agit d’un outil de développement destiné aux équipes qui utilisent des frameworks Agile, en particulier Scrum, qui est très populaire. C’est la raison pour laquelle le logiciel est doté d’une multitude de fonctionnalités. Par exemple, vous pouvez utiliser des tableaux Kanban pour organiser les tâches et les sprints. Vous pouvez également mettre en œuvre votre technique d’estimation, adaptée à votre méthodologie et à votre projet.

Jira se concentre sur un flux de travail reproductible : planification, suivi, publication et rapport. Il est au cœur de plusieurs frameworks Agile, mais vous pouvez également créer le vôtre en fonction de votre planification pré-projet. Si vous devez pivoter entre les sprints, vous pouvez faire évoluer votre projet et le faire monter ou descendre en puissance.

La bonne nouvelle avec Jira, c’est qu’il y a un niveau gratuit pour commencer, et des prix raisonnables pour les autres niveaux. Cela dit, vous constaterez qu’une équipe de dix personnes est le minimum requis pour utiliser Jira efficacement. Il pourrait être trop puissant pour tout groupe plus petit.

43. Taskade

Lorsqu’il s’agit d’outils collaboratifs, il est rare de trouver Taskade. C’est rendre un mauvais service à l’application, car c’est un outil fantastique pour garder une équipe concentrée et sur le sujet.

Le tableau de bord de Taskade.

Le tableau de bord de Taskade.

Si vous utilisez d’autres outils de collaboration tels qu’Asana ou Basecamp (nous y reviendrons plus tard), vous serez ici comme chez vous. Les informations dont vous avez le plus besoin, comme les tâches à faire et les rappels, sont centralisées sous le capot. Ainsi, vous pouvez les présenter de plusieurs façons en fonction de votre projet.

Les types de présentation dans Taskade.

Les types de présentation dans Taskade.

Les types d’affichage « Mindmap » et « Org Chart » sont excellents, et chacun vous donne une perspective différente sur les informations que vous avez ajoutées.

Une carte mentale dans Taskade.

Une carte mentale dans Taskade.

La simplicité de l’application est trompeuse. En dehors d’un moyen flexible de présenter et de gérer les tâches, elle ne propose pas grand-chose d’autre.

Pour travailler avec votre équipe, il suffit de cliquer sur quelques boutons. Par exemple, chaque écran dispose d’une fenêtre de discussion extensible :

La fenêtre de discussion de Taskade.

La fenêtre de discussion de Taskade.

Pour certains, surtout lorsqu’on le compare à d’autres solutions, Taskade pourrait être perçu comme étant dépouillé et même sous-équipé. Pourtant, ce n’est pas le cas. Taskade est un moyen fantastique de collaborer avec une équipe et, en raison de sa simplicité, il s’intégrera directement à tout projet sur lequel vous travaillez.

44. Asana

La page d'accueil d'Asana.

La page d’accueil d’Asana.

Asana est l’un des noms les plus en vue dans le domaine des outils de collaboration. C’est un monstre lorsqu’il s’agit de s’emparer d’un projet et de le mettre en forme avec l’aide d’une équipe. Asana est également capable de s’adapter à différents flux de travail. Par exemple, vous pouvez basculer entre les listes et les calendriers, mais aussi accéder aux chronologies.

Les types de flux de travail d'Asana.

Les types de flux de travail d’Asana.

Il existe également des fonctionnalités fantastiques pour les équipes. Les rapports sont complets et, avec les plans les plus élevés, vous avez accès à un tableau de bord qui présente diverses analyses relatives aux performances de votre équipe. Il est même possible de surveiller les charges de travail de chaque membre de l’équipe. Ainsi, Asana vous aide à réduire au minimum le stress et à éviter l’épuisement des membres de l’équipe.

De plus, la version gratuite n’est pas une démo paralysée de l’application complète. Vous pouvez faire évoluer Asana comme vous faites évoluer une équipe, et il y a de bonnes fonctionnalités pour vous aider. Par exemple, vous pouvez attribuer des tâches aux membres de l’équipe et gérer chaque flux de travail. Vous pouvez également envoyer des messages généraux à l’ensemble de l’équipe pour chaque espace de travail.

Envoi d'un message dans Asana.

Envoi d’un message dans Asana.

Asana est un vieux routier de la gestion collaborative de projets, mais il est presque toujours à la hauteur. Vous constaterez qu’une bonne partie de vos clients et de vos coéquipiers ont également un compte Asana, ce qui signifie que les réunions au sein de l’application seront plus fréquentes que vous ne le pensez.

45. Basecamp

Basecamp est un autre grand acteur de la gestion de projets en équipe. Il fait partie de la vieille garde, puisqu’il existe depuis presque aussi longtemps que WordPress lui-même. Le logiciel de base existe depuis bien plus longtemps, il a donc un pedigree et des antécédents qui méritent d’être soulignés.

La page d'accueil de Basecamp.

La page d’accueil de Basecamp.

Sur le papier, Basecamp n’a rien d’excitant par rapport à la concurrence. En toute honnêteté, beaucoup d’autres applications collaboratives ont rattrapé ce que Basecamp offre. Ce n’est pas toute l’histoire, cependant.

Oui, vous pouvez créer des tâches et des listes de choses à faire, les attribuer aux membres de l’équipe et travailler avec tout cela à l’échelle d’un projet. Les caractéristiques les plus importantes de Basecamp, cependant, sont l’infrastructure et la conception.

Il y a une approche simple pour utiliser Basecamp : créer un projet, développer votre liste de tâches ou votre planning, et assigner les tâches aux coéquipiers. Chaque projet comporte un certain nombre d’aspects autonomes qui vous aident à faire avancer un projet :

Les éléments qui composent un projet Basecamp.

Les éléments qui composent un projet Basecamp.

Comme nous l’avons dit, il n’y a rien de révolutionnaire ici, mais c’est le but. Basecamp est un système de gestion de projet fiable sans beaucoup de fioritures. En tant que tel, vous y reviendrez parce qu’il est fiable et extensible en fonction de vos besoins.

Lanceurs de tâches

Travailler sur les petites tâches d’un projet de développement web pose un problème. Elles sont nécessaires pour vous rendre plus efficace et plus productif. En revanche, vous devez consacrer du temps et de l’énergie à la réalisation de ces micro-tâches.

Pour vous aider, vous aurez besoin d’un lanceur de tâches. Voici quelques-uns de nos préférés.

46. Grunt

La page d'accueil de Grunt.

La page d’accueil de Grunt.

Grunt est un lanceur de tâches spécifique à JavaScript qui cherche à automatiser certaines des tâches banales et répétitives que vous rencontrez quotidiennement. Considérez des tâches que vous pouvez considérer comme ordinaires : linting, minification, compilation, et bien d’autres encore.

Grunt s’en occupe pour vous par le biais d’un fichier de configuration basé sur JSON (appelé « Gruntfile »). Voici un exemple :

module.exports = function(grunt) {
  grunt.initConfig({
    jshint: {
      files: ['Gruntfile.js', "src/**/*.js', "test/**/*.js'],
      options: {
        globals: {
          jQuery: true
        }
      }
    },
    watch: {
      files: ['<%= jshint.files %>'],
      tasks: ['jshint']
    }
  });
  grunt.loadNpmTasks('grunt-contrib-jshint');
  grunt.loadNpmTasks('grunt-contrib-watch');
  grunt.registerTask('default', ['jshint']);
};

Si vous trouvez souvent que vos projets perdent du temps à cause de tâches routinières, Grunt fera probablement partie de votre boîte d’outils de développement web, comme c’est déjà le cas pour WordPress, Bootstrap et bien d’autres.

47. Gulp

Le logo Gulp.

Le logo Gulp.

Lorsque l’on compare les lanceurs de tâches, il s’agit souvent d’un combat entre Gulp et Grunt. Gulp est une boîte à outils basée sur JavaScript pour automatiser votre flux de travail et augmenter votre efficacité.

Vous utiliserez des fichiers et des « streams » dédiés pour agir sur vos ressources et votre code avant qu’ils ne soient écrits sur le disque. Chaque tâche que vous créez est une fonction « asynchrone », et vous pouvez la définir comme privée ou publique. La différence réside dans les permissions : les tâches privées ne peuvent pas être exécutées par l’utilisateur final et sont conçues pour fonctionner avec d’autres fonctions.

À ce propos, vous pouvez utiliser les fonctions series() et parallel() pour créer des tâches. Cela signifie que vous pouvez prendre de petites tâches, en faire un rouage dans un système plus étendu, puis les imbriquer.

De plus, vous pouvez également étendre les fonctionnalités de Gulp grâce à des extensions créées par la communauté :

Une vitrine des extensions Gulp.

Une vitrine des extensions Gulp.

C’est peut-être une généralisation, mais Gulp et Grunt sont tous deux bons dans des domaines différents. Gulp est solide lorsqu’il s’agit de travailler avec des ressources qui peuvent faire partie d’un ensemble d’instructions plus étendu. Pour cette raison, vous devrez choisir le gestionnaire de tâches approprié en fonction de chaque projet.

Outils de conteneurisation

Nous allons prendre le risque de dire que si vous n’utilisez pas une forme de conteneurisation ou un outil de machine virtuelle, vos progrès en tant que développeur web en pâtiront.

Bien sûr, ce n’est pas forcément vrai pour tout le monde, mais l’utilisation d’un environnement de développement basé sur des conteneurs présente de nombreux avantages. Voici quelques solutions de choix.

48. Docker

Pour beaucoup, Docker est l’environnement de développement basé sur les conteneurs par excellence. La plateforme open source ne se limite pas aux conteneurs, mais c’est une raison souvent évoquée pour l’utiliser.

Le logo de Docker.

Le logo de Docker.

En apparence, le processus est simple : il suffit de cliquer sur un bouton pour obtenir un environnement de développement virtuel en sandbox. Bien sûr, tout ce qui semble simple en surface est profond en profondeur. Docker combine une interface utilisateur (UI), une CLI et une API avec un dispositif de sécurité pour vous permettre un déploiement rapide.

Pour de nombreux développeurs, Docker va jouer un rôle central dans la création de nouvelles applications. Les développeurs web, et en particulier ceux de WordPress, disposent d’un certain nombre d’outils pour ce travail. Local by Flywheel et DevKinsta sont des plateformes de premier plan.

Docker propulse l'application DevKinsta.

Docker propulse l’application DevKinsta.

Note : Nous avons récemment lancé DevKinsta – un outil de développement local pour vous aider à créer de nouveaux sites WordPress. Vous pouvez également déployer les sites sur votre compte Kinsta en un seul clic.

Docker s’intègre également à de nombreux outils – et plusieurs d’entre eux font déjà partie de votre flux de travail. Des applications telles que GitHub, VS Code et bien d’autres peuvent se connecter à Docker et offrir une intégration fluide.

Dans l’ensemble, Docker pourrait occuper toute une série d’articles sur ce qu’il contient. Malgré cela, rien de tout cela n’est peut-être nécessaire. Il est fort probable que vous utilisiez Docker quotidiennement et que vous sachiez déjà à quel point il est génial!

49. LXD

En termes simples, LXD est un gestionnaire de conteneurs pour les distributions Linux. Il est basé sur des images et est livré avec plusieurs images pré-construites pour Linux. En utilisant LXD, vous avez la certitude de développer sur le même système d’exploitation par défaut que l’utilisateur final.

Le logo LXD.

Le logo LXD.

Il a été fondé par les développeurs d’Ubuntu, Canonical, et maintient bien sûr une structure open source. Vous êtes en mesure de créer des environnements sécurisés en utilisant des conteneurs non privilégiés, de contrôler l’utilisation des ressources en utilisant de nombreuses ressources, et même de gérer des réseaux.

LXD est également évolutif, ce qui signifie que vous pouvez faire fonctionner des milliers de nœuds de calcul ou rester simple. Pour les applications basées sur le cloud, LXD s’intègre à OpenNebula – ce dernier dispose de pilotes officiels pour gérer les instances LXD.

Par défaut, de nombreux outils de conteneurisation utilisent Ubuntu comme environnement virtuel standard. Même ainsi, LXD est optimisé pour exécuter la distribution. Si vous ne l’avez pas encore essayé, cela vaut la peine de tester un espace de travail. Vous pourriez découvrir qu’il convient mieux à des flux de travail spécifiques ou à des projets clients que la concurrence.

Outils d’optimisation d’images

Les ressources (ou médias, ou quel que soit le nom que vous préférez) abondent sur le web. Il existe des cultures en ligne entières dédiées et basées sur les images. Il est donc essentiel que vos projets de développement web soient performants malgré le nombre d’images utilisées.

Voici quelques-uns des outils d’optimisation des images les plus populaires et les plus performants.

50. ShortPixel

Le site web de ShortPixel.

Le site web de ShortPixel.

Il existe de nombreuses applications d’optimisation d’images, mais ShortPixel possède un algorithme subjectivement robuste. Il est capable de réduire la taille des fichiers d’images sans en affecter la qualité. Si nous sommes pointilleux, nous dirons que, comme le réglage par défaut est la plus haute compression disponible, il n’y a pas d’autre solution si votre image n’est pas assez compressée. Il ne s’agit toutefois pas d’une critique importante.

ShortPixel a des tonnes de fonctionnalités sous le capot. Il y a trois niveaux de compression, un excellent optimiseur de PDF, et même un compresseur de GIF. Ce dernier est quelque chose que vous ne trouvez pas dans beaucoup d’autres outils, il est donc un ajout bienvenu à la gamme de produits.

L’ensemble de l’interface est également accessible : Vous faites glisser et déposez les images sur le téléverseur et attendez que ShortPixel fasse sa magie. Une fois vos images traitées, vous pouvez les télécharger par lot ou sélectionner des images individuelles pour les télécharger :

Téléchargement d'images depuis ShortPixel.

Téléchargement d’images depuis ShortPixel.

Les outils de l’API de ShortPixel sont également robustes. Vous trouverez des API distinctes pour la réduction des images en ligne et hors ligne, des bibliothèques clients PHP et .NET complètes, un moteur adaptatif basé sur JavaScript, etc.

Nous pensons que ShortPixel est un outil pour les développeurs, car il est idéal pour connecter votre site web ou votre application. Nous dirions également qu’il surpasserait votre dépendance à TinyPNG en un clin d’œil, surtout si vous souhaitez l’utiliser dans le cadre d’un flux de travail plus important.

51. TinyPNG

C’est le moment de l’outil d’optimisation d’image préféré de tout le monde – TinyPNG. Vous pouvez également inclure TinyJPG dans cette entrée, bien que les deux outils fonctionnent avec les mêmes formats d’image.

Le site web de TinyPNG.

Le site web de TinyPNG.

Vous constaterez que TinyPNG n’a pas beaucoup changé au fil des ans. Il s’agit toujours d’un simple outil en glisser-déposer pour optimiser vos images. Il n’y a pas de fioritures, et il n’y a pas un ensemble étendu de formats de fichiers. Cependant, TinyPNG offre une convivialité exceptionnelle et un grand nombre d’intégrations avec d’autres outils.

Par exemple, il existe une extension Photoshop et, pour les applications plus fines, une API fonctionnelle pour les développeurs. Même les utilisateurs de Python peuvent s’y mettre, puisque l’API prend également en charge ce langage.De nombreuses extensions ont été créées à l’aide de l’API pour de nombreux outils tiers.

Nous ne voulons pas dire que TinyPNG a le monopole du marché de l’optimisation des images, mais c’est souvent le premier choix de nombreux utilisateurs. Prendre une image et la déposer dans le téléverseur prend quelques secondes, et lorsque vous obtenez en retour une représentation parfaite à 99,9 % de votre image, il est facile de lui faire confiance.

Outils de test de sites web

Nous avons parlé précédemment de tester votre API et le code du site principal, mais cela passe à côté des performances de votre site web. Voici quelques outils que nous apprécions et qui pourraient également vous aider à analyser les performances de vos sites.

52. Responsively

L'application Responsively.

L’application Responsively.

Si vous avez déjà été submergé par le nombre de requêtes de médias que vous devez exécuter et perfectionner dans votre application, découvrez Responsively. Il s’agit d’un outil frontend open source qui vous aide à développer des sites en fonction des différentes fenêtres d’affichage des appareils que vous avez choisis.

Affichage de différents dispositifs dans Responsively.

Affichage de différents dispositifs dans Responsively.

L’avantage de cette méthode est que vous pouvez comparer les mises en page côte à côte. Cela vous donne une bonne chance d’améliorer votre cohérence entre les appareils. Chaque appareil est précis et le choix est vaste, ce qui est excellent si votre site cible des appareils spécifiques.

Vous pouvez également ajouter les extensions de navigateur dédiées à Mozilla Firefox, Microsoft Edge et Google Chrome pour envoyer des pages vers le navigateur Responsively. À partir de là, vous pouvez ouvrir les outils de développement intégrés et vous mettre au travail.

L'inspecteur Responsively.

L’inspecteur Responsively.

Il existe des tonnes d’autres fonctionnalités, telles que la fonction de capture d’écran, le support du chargement à chaud (hot-loading), et bien d’autres pour vous aider à développer. Il est difficile de contester le slogan selon lequel Responsively est le « navigateur du développeur web ». Il peut finir par devenir un composant essentiel de votre flux de travail.

53. Google Lighthouse

Pour beaucoup, PageSpeed Insights de Google est un outil précieux qui permet de découvrir les performances d’un site web et de savoir comment améliorer sa vitesse de chargement.

PageSpeed Insights de Google.

PageSpeed Insights de Google.

Cela dit, certains des logiciels  sont plus intéressants à étudier en profondeur. Il pourrait également mieux répondre à vos besoins. Google Lighthouse peut être exécuté sur n’importe quelle page web et fournit des audits et des rapports sur les performances des pages, le SEO, les applications web progressives (PWA), etc.

Les principaux moyens d’exécuter Google Lighthouse sont la ligne de commande, l’utilisation des DevTools de Chrome ou un module Node. Si vous utilisez l’interface PageSpeed Insights, Lighthouse génère certains des scores et fournit d’autres informations.

Il convient de noter qu’à première vue, Google Lighthouse et PageSpeed Insights semblent similaires. Mais PageSpeed Insights utilise des données de laboratoire combinées à des données utilisateur réelles. L’analyse de Lighthouse ne tient pas compte des données des utilisateurs et mesure davantage d’éléments de votre site web.

À notre avis, il vaut la peine d’utiliser à la fois PageSpeed Insights et Lighthouse, surtout si l’objectif de votre client est d’atteindre le haut des pages de résultats des moteurs de recherche (SERP). Dans tous les cas, c’est un outil solide à avoir sous la main, et il pourrait même supplanter PageSpeed Insights comme outil de performance de choix.

54. Cypress

Les tests de bout en bout ne sont pas une expérience réjouissante pour de nombreux développeurs. Cypress  est une solution simple qui va à l’encontre de la tendance des tests de bout en bout et produit quelque chose d’exceptionnel.

La page d'accueil de Cypress.

La page d’accueil de Cypress.

Alors que la plupart des outils de test de bout en bout sont basés sur Selenium, Cypress va dans une direction différente. Cela signifie que les problèmes que les utilisateurs rencontrent avec les testeurs basés sur Selenium ne sont pas présents ici. En fait, les développeurs veulent faire de la mise en place, de l’écriture et de l’exécution des tests un jeu d’enfant.

Pour ce faire, ils ont construit l’architecture à partir de zéro et se sont concentrés sur les tests de bout en bout à l’exclusion de toute autre forme. Pour améliorer les performances, Cypress fonctionne dans la même boucle d’exécution que votre programme, plutôt que d’exécuter des commandes à distance via le réseau.

Comme le code de test s’exécute dans le navigateur, il n’y a pas de pilotes ou de liaisons de langage à prendre en compte. Malgré cela, vous pouvez compiler en JavaScript avant d’exécuter les tests.

Si vous êtes un ingénieur en assurance qualité (QA) ou un développeur qui souhaite que les tests de bout en bout aient un accès natif à votre travail, Cypress devrait retenir votre attention. Et le mieux, c’est qu’il y a aussi un niveau gratuit complet!

55. Stack Overflow et les moteurs de recherche

Pour un instant, permettez-nous de repousser les limites de ce qui est considéré comme un outil de développement web. Stack Overflow est bien connu de tous ceux qui ont ne serait-ce qu’une vague connaissance du développement web :

Le site web de Stack Overflow.

Le site web de Stack Overflow.

Il s’agit d’un site de questions-réponses axé sur la programmation, et il fait partie du réseau Stack Exchange qui couvre toutes sortes d’autres sujets :

Un des nombreux sites de niche du réseau Stack Exchange.

Un des nombreux sites de niche du réseau Stack Exchange.

Il est connu comme une ressource de référence pour des milliers de développeurs, et malgré une certaine controverse au sujet de sa communauté, le trafic reste important. Nous nous risquons à dire que Stack, avec le moteur de recherche de votre choix, représente un outil de développement web flexible pour apprendre et améliorer vos compétences.

Par exemple, vous vous rendrez probablement sur Stack Overflow lorsque vous rencontrerez un problème de développement lié au code. De même, lorsqu’une erreur apparaît et que vous ne savez pas comment la résoudre, la coller dans un moteur de recherche est le moyen le plus rapide de trouver la réponse dont vous avez besoin.

Étant donné que 90 % des utilisateurs interrogés se rendent sur Stack Overflow pour résoudre des problèmes, il est probable que tout le monde utilisera cet outil. Cependant, pour les débutants – ou même si vous ne pouvez pas formuler votre problème – les moteurs de recherche seront sans doute un peu plus accueillants.

Références en matière de développement web

Si vous êtes un développeur qui souscrit à l’éthique « RTFM », vous n’aurez pas besoin d’être convaincu dans les quelques entrées qui suivent. En revanche, si vous aimez vous plonger dans un problème et le résoudre, sachez qu’il y a eu d’innombrables développeurs avant vous qui ont probablement trouvé une réponse.

Dans ce contexte, examinez les quelques outils de développement web suivants, tous basés sur des matériaux de référence web.

56. MDN Web Docs

Au tout début d’Internet, il existait un site appelé Webmonkey, géré par Lycos, qui visait à enseigner le développement et la programmation web aux nouveaux utilisateurs. L’esprit de ce site est toujours présent dans le MDN Web Docs de Mozilla. Webmonkey a été fermé en 2004 et MDN Web Docs est arrivé en 2005, il y a donc un lien naturel entre les deux.

La page d'accueil de MDN Web Docs.

La page d’accueil de MDN Web Docs.

Il s’agit d’une collection de ressources destinées à vous enseigner la programmation pour le web dans certains cas, et les produits spécifiques à Mozilla dans d’autres. Le contenu est divisé en deux grandes catégories : les technologies et les guides de référence. Plusieurs tutoriels vous sont proposés en fonction de vos compétences et de votre expérience, un guide de référence dédié et d’autres ressources pour les premiers.

Les guides sont tous liés à des niches et à des secteurs spécifiques de l’industrie du développement. Par exemple, la référence sur le développement web sert de page « clé de voûte » pour d’autres guides HTML, CSS et JavaScript.

Page JavaScript de MDN Web Docs.

Page JavaScript de MDN Web Docs.

Il y a aussi de larges aperçus de divers secteurs, comme le développement de jeux et ce qu’il faut faire pour commencer dans ce domaine :

Guide MDN Web Doc sur le développement de jeux.

Guide MDN Web Doc sur le développement de jeux.

MDN Web Docs est une lecture essentielle pour un développeur web débutant, et il offre également plus qu’assez de valeur pour un expert. S’il y a un site qui mérite un signet de navigateur, c’est bien celui-là !

57. DevDocs – Navigateur de documentation API

Autrefois, vous conserviez tous les manuels des produits que vous achetiez dans un tiroir ou un placard poussiéreux. Avec la numérisation de la vie, ces manuels en papier ont cédé la place à des téléchargements en format PDF sur le site web de chaque fabricant.

Grâce à cela, nous disposons désormais de sites web qui rassemblent les versions numériques des manuels dans des bibliothèques. Cela vous permet de trouver ce dont vous avez besoin à partir d’un seul référentiel. Il est donc logique qu’il en existe aussi un pour les sujets relatifs au développement web.

En bref, DevDocs est une bibliothèque de documentation pour les API, et nous pensons qu’elle sera précieuse pour presque tous les développeurs :

La page d'accueil de DevDocs.

La page d’accueil de DevDocs.

Avant de consulter la bibliothèque, vous devez activer la documentation de l’API souhaitée. Vous pouvez le faire à partir de l’écran Préférences :

L'écran des préférences de DevDocs.

L’écran des préférences de DevDocs.

Une fois cela fait, vous pourrez accéder à la documentation pertinente à partir d’un menu arborescent dédié :

L'écran API de WordPress.

L’écran API de WordPress.

Il s’agit d’une solution simple à un problème inefficace dans la mesure où vous avez plusieurs références d’API à un seul endroit. DevDocs est un autre site qui mérite un signet, et il est dommage qu’il n’y ait pas une application de bureau disponible pour une référence encore plus rapide.

58. CSS-Tricks

Chris Coyier est un nom que de nombreux développeurs web connaissent. Nous parions que vous connaissez déjà le site web qu’il a fondé, CSS-Tricks. Comme son nom l’indique, il s’agit d’un site consacré au code frontend, en particulier CSS, et à la manière de s’améliorer.

La page d'accueil de CSS-Tricks.

La page d’accueil de CSS-Tricks.

Comme l’indique la page À propos, pendant les premières années, CSS était le sujet prédominant. Mais depuis, HTML, JavaScript, WordPress et d’autres sont devenus tout aussi importants et fréquemment abordés. Le résultat est un site axé sur le développement frontend, avec un grand nombre d’articles, de vidéos et de guides pour vous inspirer.

La liste de blogs de CSS-Tricks.

La liste de blogs de CSS-Tricks.

Un élément simple mais précieux est l’Almanach CSS, qui décrit les sélecteurs et les propriétés de CSS. Il s’agit d’une excellente source de référence si vous avez besoin de vous familiariser avec certains aspects du langage.

L'almanach CSS-Tricks.

L’almanach CSS-Tricks.

Bien que CSS-Tricks présente des aspects de référence, il ne s’agit pas d’une ressource de référence à proprement parler. Il n’en demeure pas moins qu’il doit être un lieu de passage régulier pour vous, que ce soit par le biais d’un flux RSS ou d’une autre solution. Le contenu est de grande qualité et peut vous mettre au défi d’une manière que vous n’aviez pas envisagée auparavant. À tout le moins, abonnez-vous à la newsletter et attendez que CSS-Tricks arrive dans votre boîte de réception.

59. DEV Community

Imaginez que vous puissiez prendre les meilleurs éléments des réseaux sociaux, du développement web et de Stack Overflow, puis créer un site qui les fusionne. DEV Community pourrait en être le résultat.

La page d'accueil de DEV Community.

La page d’accueil de DEV Community.

Il s’agit d’une plateforme de blogs, mais aussi d’un moyen de trouver les réponses aux questions de développement. Vous sélectionnez des balises et des personnes à suivre, et votre fil d’actualité devient une chronologie automatisée et sélectionnée d’articles et d’idées :

La chronologie de DEV Community pour la balise JavaScript.

La chronologie de DEV Community pour la balise JavaScript.

Il est juste de suggérer qu’il s’agit d’informations que vous pouvez trouver partout – si vous êtes prêt à les trouver. L’avantage de DEV Community, c’est qu’elle se trouve ici et qu’elle regroupe des sujets liés au développement. Pensez-y comme à une piste de convention de développeurs, plutôt que de surprendre et de vous mêler à une conversation sur le sujet à l’arrêt de bus.

C’est un autre site qui s’intégrera bien dans votre flux RSS ou dans votre boîte de réception. En tant que tel, c’est aussi une ressource « dormante » dans la mesure où vous vous y rendrez souvent sans vous en rendre compte.

60. Can I use…

On pourrait dire que Jeeves a lancé la tendance de poser des questions sur Internet pour trouver des informations. Il a été rapidement remplacé par divers algorithmes de recherche, bien que la recherche par questions reste un moyen fiable de trouver ce dont vous avez besoin.

Can I use… est la réponse du développeur frontend à la question « Existe-t-il une question Jeeves pour les CSS ? »

Le site Can I use…

Le site Can I use…

Le principe est simple : vous saisissez le sélecteur ou la propriété CSS dans le champ de recherche, et la base de données vous indique si vous pouvez l’utiliser pour créer des sites web. Vous n’êtes pas non plus limité à CSS. JavaScript et HTML sont également pris en charge :

Recherche d'un élément HTML dans Can I use...

Recherche d’un élément HTML dans Can I use…

Il s’agit d’une base de données de langage frontend, elle ne cherchera donc pas à retourner des résultats pour PHP, Python ou d’autres langages côté serveur. Malgré tout, Can I use… est un outil immense et précieux qui vous aidera en matière d’accessibilité et de conception pour plusieurs appareils.

Il est facile de faire apparaître un élément spécifique et de voir d’un coup d’œil si le navigateur cible le prend en charge :

Le tableau de prise en charge des navigateurs dans Can I Use…

Le tableau de prise en charge des navigateurs dans Can I Use…

Si vous regardez de plus près, vous pouvez également trouver des statistiques telles que la date de sortie de l’élément et un pourcentage d’utilisation :

Informations pour un élément spécifique dans Can I Use…

Informations pour un élément spécifique dans Can I Use…

Dans l’ensemble, Can I use… ne sera peut-être pas utilisé régulièrement. À certaines étapes d’un projet, cependant, il sera ouvert presque tout le temps. Une fois que vous aurez déterminé ce que vos navigateurs cibles prendront en charge, Can I use… retournera dans vos signets et attendra le moment où vous en aurez besoin. C’est un service utile qui peut être un « porteur d’eau » lorsqu’il s’agit de votre code frontend.

.

De la maquette fonctionnelle à la conception en passant par la mise en place de flux de travail collaboratifs, de nombreux éléments entrent en jeu dans un projet de développement réussi 👨‍💻 Ces outils vous aideront à garder les choses rationalisées 😌Click to Tweet

Résumé

Le temps et l’argent sont comptés, et il y a une certaine logique à opter pour les mêmes vieux outils de développement web que vous avez toujours utilisés. Cependant, faire un choix réfléchi sur les besoins d’un projet vous permettra de gagner en temps, en coûts et en productivité.

Dans cet article, nous avons couvert 60 outils étonnants de développement web que vous pouvez utiliser en 2021 pour vous donner un coup de pouce ainsi qu‘à votre équipe. Il se pourrait que vous le fassiez déjà. Si les différentes enquêtes sont correctes, les développeurs sont plus nombreux que jamais à se tourner vers GitHub, TypeScript, différentes piles de services web et l’un des nombreux frameworks JavaScript pour faire passer les projets.

Vous avez un outil de développement web à recommander que les développeurs utiliseront en 2021 ? Faites-nous part de vos idées dans la section des commentaires ci-dessous !


Économisez du temps et de l’argent et optimisez les performances de votre site avec :

  • Aide instantanée des experts en hébergement WordPress, 24/7.
  • Intégration de Cloudflare Enterprise.
  • Une audience mondiale avec 28 centres de données dans le monde entier.
  • Optimisation avec notre surveillance intégrée de performance d’applications (APM).

Tout cela et bien plus encore, dans un seul plan sans contrat à long terme, avec des migrations assistées et une garantie de remboursement de 30 jours. Pour trouver le plan qui vous convient, Découvrez nos plans ou contactez nous.