Comme toute industrie, le développement web a sa propre terminologie, ses types d’emploi, ses outils et ses compétences. Dans le développement web, on discute assez souvent de la différence entre backend et frontend. Que signifient-ils ? Y a-t-il un chevauchement ? Peut-on les utiliser de manière interchangeable ?

Dans cet article, nous allons comparer le développement backend et frontend, parler des principales différences et préciser ces différences en explorant les outils, les langages de programmation et les frameworks utilisés par chaque type de développeur.

En outre, nous aiderons les personnes qui viennent de se lancer dans le secteur du développement web. Par exemple, gagne-t-on plus d’argent avec le développement backend ou frontend ? Et quel est le processus de travail pour ceux qui travaillent sur chaque partie d’un site web ?

Continuez à lire pour découvrir notre comparaison approfondie du développement web backend vs frontend !

Développement backend vs frontend – Principales différences

Lorsque l’on oppose le développement backend au développement frontend, les différences se situent généralement dans les catégories suivantes :

  • Les domaines dans lesquels ces types de développeurs travaillent.
  • La technologie et les outils utilisés par chacun.
  • Les langages utilisés sur le backend par rapport au frontend.
  • Exigences et compétences professionnelles.

Commençons simplement :

Le backend fait référence à la technologie et à l’interface qui fonctionnent en arrière-plan d’un site ou d’une application web pour produire une interface entièrement tournée vers le serveur ou rendre le frontend possible. Le backend est orienté vers le serveur et n’est souvent jamais vu par les utilisateurs.

Le frontend fait référence aux technologies présentées sur la face avant d’un site web ou d’une application web, ce qui signifie qu’il s’agit d’une interface orientée client permettant aux utilisateurs de se déplacer avec des éléments tels qu’un navigateur d’ordinateur, des boutons et du texte.

Et maintenant, plus de détails :

Il n’y a pas une seule différence entre le développement backend et frontend, mais plutôt une série de technologies, d’outils utilisés, de compétences requises et de langages mis en œuvre qui les rendent entièrement distincts les uns des autres. Bien sûr, ils travaillent ensemble pour rendre le même produit final : un site ou une application web ; cependant, cela ne tient pas compte des subtilités qui entrent dans les processus de développement backend et frontend.

Voici une plongée plus profonde dans ce qui les rend uniques.

Backend vs frontend - que signifient-ils ? Y a-t-il des chevauchements ? Pouvez-vous les utiliser de manière interchangeable ? Apprenez-en plus ici ⬇️Click to Tweet

Développement backend

Voici ce que vous pouvez attendre du développement backend :

  • Le backend d’une application ou d’un site web gère tous les aspects de la gestion des données d’un projet web, notamment en ce qui concerne le stockage, la livraison et l’organisation des données.
  • Le backend est la partie côté serveur du développement de sites web. Parfois, cela signifie que le site web ou l’application créée n’est rendu que du côté serveur, comme une base de données interne travaillant en arrière-plan ou un serveur de fichiers enregistrant les ressources d’une entreprise. Pourtant, dans le développement web, le backend est souvent lié directement au frontend en offrant des processus et des services tels que la consultation de bases de données, le stockage dans le cloud et la gestion de fichiers pour ceux qui travaillent depuis le frontend. Un exemple est une base de données d’utilisateurs (backend) sur un site de rencontres, où les informations sont présentées sous forme de profil (frontend).
  • Le backend est presque toujours caché à la vue de l’utilisateur. C’est comme la magie derrière le rideau ; de nombreuses personnes n’ont aucune idée du fonctionnement d’un site web, mais le backend indique souvent aux éléments frontend ce qu’ils doivent faire.
  • Le développement du backend utilise des langages tels que PHP, Python, C++, Ruby et Java.
  • Certains frameworks backend incluent Laravel, Spring, Rails, Django et Express. D’autres langages de script incluent Ruby, GO, REST et C#.
  • Les utilisateurs du frontend interagissent techniquement avec le backend via une interface frontend, mais ils ne voient jamais réellement le fonctionnement du backend.
  • Des tâches supplémentaires, comme la création de bibliothèques et l’écriture d’API, sont également liées à l’interface backend. Les développeurs les utilisent simplement pour générer une fonction complètement nouvelle.

Développement frontend

Voici ce qu’implique le développement frontend :

  • Le frontend d’un site ou d’une application web contient la zone dans laquelle l’utilisateur interagit. Son objectif principal est de travailler avec les ressources de données du backend pour fournir des informations, permettre à l’utilisateur de prendre des décisions et consommer du contenu, avec des outils tels que des boutons, des médias et des calculateurs.
  • C’est ce que l’utilisateur voit à tout moment, parfois combiné avec des données tirées du backend.
  • Nous appelons le frontend le côté client du site web ou de l’application, vu que l’utilisateur navigue souvent dans le frontend avec un navigateur ou une autre interface.
  • Parmi les éléments couramment utilisés sur le frontend figurent les tableaux, les boutons, les couleurs, le texte, la navigation, les images et à peu près tous les éléments visuels que l’on rencontre sur un site web.
  • Les langages utilisés pour le développement du frontend comprennent HTML, CSS et JavaScript.
  • Les deux principaux objectifs d’un développeur frontend sont l’amélioration des performances et la réactivité, ce qui signifie qu’il veut que le site web frontend se charge rapidement et fonctionne bien sur tous les types d’appareils.
  • Les frameworks frontend comprennent Flutter, SAAS, jQuery, React.js et AngularJS.
  • Les utilisateurs frontend peuvent souvent naviguer à l’aide d’une interface utilisateur graphique (GUI) ou d’une ligne de commande.

Pourquoi le frontend et le backend sont-ils séparés dans le développement web ?

Le frontend et le backend sont séparés pour plusieurs raisons. Tout d’abord, ce sont des interfaces entièrement différentes qui utilisent leurs propres frameworks, langages et mécanismes de développement.

Cependant, la question reste valable, car le frontend et le backend sont liés à bien des égards. Ils poursuivent le même objectif : produire un site web, une application ou un logiciel fonctionnel.

Ne pourrions-nous pas dire « développement » et en rester là ?

Oui, nous pourrions simplement combiner le développement frontend et backend avec un terme plus général comme « développement », et devinez quoi, nous le faisons ! Le terme « développement » est simplement une catégorie générale qui fait référence à tous les types de codage, de conception et de construction de sites web. Il existe également un terme appelé « développement full-stack », qui fait référence à la fois au frontend et au backend.

C’est un peu comme la construction d’une maison : dans l’équipe de construction, vous avez des charpentiers, des électriciens, des plombiers, des architectes et bien d’autres emplois qui contribuent à l’achèvement du projet. L’« équipe de construction », les « constructeurs de maisons », ou quel que soit le nom que vous voulez donner à l’ensemble de l’équipe, sont des individus qui travaillent à la réalisation d’un objectif commun. Pourtant, il s’agit d’une vaste catégorie ; dire que quelqu’un est un constructeur de maison, ou dans la construction, ne nous dit pas grand-chose sur ses compétences spécifiques, les outils qu’il utilise, ou les parties de la maison sur lesquelles il travaille.

La construction d’un site web ressemble beaucoup à la construction d’une maison. Est-il possible pour une personne de construire une maison toute seule ? Bien sûr, mais c’est moins efficace et il faudrait que cette personne soit formée à de nombreuses compétences. On peut dire la même chose du développement frontend et backend. Ce sont des sous-ensembles du développement de sites web parce que leurs capacités sont uniques. Cela permet au secteur de trouver plus facilement les personnes parfaites pour chaque tâche au lieu de passer au crible de nombreuses personnes qui se disent développeurs, mais qui ne peuvent travailler que sur un côté.

Pensez à un développeur frontend comme au peintre d’une maison. Le développeur backend est comme un électricien, travaillant sur les rouages invisibles mais toujours aussi cruciaux à l’intérieur des murs. Le peintre peut avoir quelques compétences en tant qu’électricien, et l’électricien peut avoir un peu d’expérience en peinture, mais vous seriez idiot d’essayer d’économiser de l’argent en ne faisant pas appel aux deux professionnels requis pour le travail.

Technologies et langages utilisés pour le développement frontend et backend

Nous avons mentionné que les développeurs frontend et backend ont des boîtes à outils uniques, et ces boîtes à outils comprennent :

  • Des frameworks
  • Des langages
  • Des bibliothèques
  • Des bases de données

Commençons par les frameworks !

Frameworks backend

Les frameworks fournissent une base, comme un modèle, permettant aux développeurs de créer rapidement des sites et des applications web. Ces frameworks suivent la vieille règle de ne pas réinventer la roue ; quelqu’un a déjà préparé le terrain, avec des fichiers de site potentiels, des bases de données et d’autres éléments prêts à être utilisés au point de départ d’un projet.

Un framework est un gain de temps, permet un développement plus standardisé et les entreprises peuvent évoluer beaucoup plus facilement lorsqu’elles ne doivent pas partir de zéro. De plus, les frameworks ne sont généralement pas payants.

Exemples de composants qui composent un framework backend.
Exemples de composants qui composent un framework backend.

Les développeurs backend et frontend profitent tous deux des frameworks pour accélérer leurs processus de travail. Certains des frameworks de développement backend les plus populaires sont :

  • Django : Un framework open source qui peut être utilisé pour diverses applications tout en mettant en place un environnement de développement sécurisé et riche en fonctionnalités. Les développeurs se tournent vers Django car il est considéré comme l’un des frameworks les plus rapides et offre une courbe d’apprentissage moins abrupte que celle des autres frameworks.
  • Spring Boot : Utilisant le langage Java, les avantages de l’utilisation de Spring Boot comme framework incluent ses propriétés d’application facilement personnalisables, la prise en charge de Jetty et Undertow, et une meilleure gestion des dépendances. Ce framework open source fonctionne mieux pour les applications et offre des fonctionnalités aux applications Java.
  • Laravel : Ce framework backend dispose d’un système de packaging modulaire et d’un gestionnaire de dépendances intégré au framework. Il est idéal pour exploiter les bases de données relationnelles, les commentaires en direct, la mise en cache, l’amélioration de votre authentification et la simplification du processus API.
  • Rails : Ce framework d’application côté serveur se concentre sur la structuration des bases de données, des services web et des sites complets de manière rentable et cohérente en offrant l’une des options de framework de backend les plus populaires et les plus simples du marché. L’objectif de Ruby est d’obtenir des résultats de développement dans un environnement sans bogues, tout en faisant évoluer les sites web, même si le site prévoit de prendre en charge un nombre incroyablement élevé d’utilisateurs.
  • ExpressJS : Principalement utilisé pour la création d’API et d’applications, le framework ExpressJS fonctionne comme un composant backend, open source, mais aussi comme une solution frontend pour des bases de données spécifiques comme NoSQL. NodeJS sert de langage de programmation dans ExpressJS.
  • Asp .NET : Présenté comme un framework modulaire permettant un codage minimal, une maintenance améliorée et une prise en charge multi-plateforme, l’ASP.NET Core vise des performances supérieures à celles des autres frameworks, ainsi qu’une expérience qui limite la quantité de code dans l’ensemble d’un projet. Le langage C# est le moteur de ce framework.
  • CakePHP : Souvent utilisé pour les sites web orientés médias, le framework CakePHP est écrit en PHP. Ce framework open source extrêmement populaire a ses racines dans le système Ruby on Rails, mais il se concentre davantage sur le mappage des données, l’enregistrement actif et le mappage objet-relationnel. Sa flexibilité et son extensibilité font de CakePHP un choix idéal en tant que framework backend. Il permet aux développeurs de générer des morceaux de code réutilisables à répartir et à utiliser sur d’autres projets, ou au sein d’un même projet.
  • Phoenix : L’objectif principal du framework backend Phoenix est de générer des applications hautes performances, dont la plupart ont une évolutivité intégrée dès le départ. La productivité est au cœur de Phoenix, vous trouverez donc moins de bogues grâce à sa tolérance aux pannes améliorée et à des éléments qui contribuent à la fiabilité. Vous êtes en mesure d’exécuter un grand nombre d’occurrences en même temps, d’accélérer le processus de développement et de ne pas avoir à vous soucier autant des fautes de frappe.

Frameworks frontend (et bibliothèques)

Du côté du frontend, les développeurs peuvent choisir parmi les frameworks et les bibliothèques. La frontière est parfois floue entre ce qui constitue une bibliothèque et un framework, mais, en général, un framework frontend est un modèle de fichiers, de langages et d’outils permettant de construire rapidement et de mettre à l’échelle la partie avant d’une application ou d’un site web. Lorsque l’on compare backend et frontend, un framework frontend effectue des tâches telles que le style du site web, la gestion des requêtes AJAX et la manière dont les fichiers backend sont utilisés et présentés sur le frontend.

React.js brouille les lignes entre les frameworks frontend et les bibliothèques.
React.js brouille les lignes entre les frameworks frontend et les bibliothèques.

D’un autre côté, les bibliothèques ont tendance à « déverser » plus de ressources sur le développeur sans lui fournir autant de structure. Certaines bibliothèques sont à la limite des frameworks, et les frameworks contiennent généralement ce qui serait considéré comme une bibliothèque. En termes simples, une bibliothèque peut aider un développeur à effectuer des tâches spécifiques, mais ne nécessite aucun style de site architectural de la part du développeur. Les bibliothèques servent de grandes collections de ressources par opposition aux fondations directrices.

Les frameworks sont généralement de plus petits ensembles destinés à remplir un objectif spécifique et à « forcer » essentiellement le développeur à suivre des directives, des langages et des architectures spécifiques. Les frameworks sont généralement considérés comme plus efficaces (puisqu’ils sont comme des modèles prédéfinis), tandis que les bibliothèques offrent plus de liberté (mais beaucoup moins d’assistance, elles ne sont donc pas conçues pour évoluer rapidement).

Jetez un coup d’œil à certains des frameworks et bibliothèques frontend les plus populaires :

  • React.js : Commercialisée comme une bibliothèque JavaScript pour la création d’interfaces utilisateur, c’est exactement ce que vous devez attendre de cette bibliothèque gérée par Facebook. Les caractéristiques de React.js incluent des composants d’interface utilisateur qui restent stables et sécurisés tout au long du processus de développement ; un ensemble d’outils adaptés au SEO, idéal pour être réutilisé dans d’autres parties de l’application ou sur d’autres projets ; un débogage rapide; une vitesse accrue ; et une liaison de données effectuée de manière unidirectionnelle.
  • AngularJS : Le framework frontend AngularJS vient des gens de Google. Il utilise le langage de programmation TypeScript ainsi que la synchronisation en temps réel entre le modèle de développement et la vue réelle du produit. Le langage TypeScript a été implémenté dans Angular pour aider les développeurs qui veulent localiser rapidement les bugs, éliminer les erreurs d’écriture et garder tout le code propre et compréhensible ; tout cela est offert avec TypeScript (qui est lié à JavaScript).
  • Bootstrap : Si vous envisagez de construire le frontend d’un site web responsive, vous vous intéressez probablement au framework Bootstrap. Certains l’appellent un framework, mais il s’agit plutôt d’une bibliothèque avec une incroyable boîte à outils frontend, divers composants pré-construits et quelques plugins impressionnants à combiner avec tous les fichiers HTML, CSS ou JavaScript que vous prévoyez de mettre en œuvre dans un site web adapté aux mobiles.
  • Vue.js : Il s’agit d’un autre framework/bibliothèque frontend qui utilise le langage JavaScript, similaire à React.js, et dont l’objectif principal est de développer des applications à une page et des interfaces en ligne. C’est l’un des frameworks les plus simples de par sa conception, offrant des animations et des transitions CSS intégrées, divers modèles HTML, et une taille beaucoup plus petite que d’autres frameworks comparables.
  • jQuery : Également un framework avec un langage JavaScript, les racines de jQuery remontent à l’année 2006, ce qui en fait l’une des premières options pour les développeurs de construire facilement des interfaces frontend avec un framework (jQuery peut être trouvé dans une partie importante de l’Internet, et il a une forte communauté qui aide ceux qui travaillent avec le framework). Dans l’ensemble, il s’agit d’un framework orienté mobile et adapté aux navigateurs, qui se distingue surtout par la réduction de la quantité de code JavaScript nécessaire pour les interfaces frontend des sites web.
  • Ember.js : Poursuivant avec les frameworks basés sur JavaScript, Ember.js offre un potentiel de développement plus rapide, une organisation améliorée et des options permettant à de grandes équipes d’intégrer, de déboguer et de créer un système stable dans son intégralité. Utilisé par des entreprises de premier plan comme LinkedIn, Apple et Square, Ember.js n’est pas en reste, principalement en raison de sa méthodologie de développement simplifiée, de ses modèles, de ses idiomes communs et de ses pratiques standard que davantage de personnes peuvent comprendre.
  • Flutter : Celui-ci est unique après avoir parlé de tant de bibliothèques et de frameworks qui s’adressent aux utilisateurs de CSS, HTML et JavaScript. Au lieu des normes de l’industrie, le framework frontend Flutter s’appuie sur un langage de programmation appelé Dart, qui aide à créer des applications mobiles, d’ordinateur de bureau et web de haute performance, en tirant tout d’une seule base de code.
  • Semantic-UI : S’en tenant à des langages plus simples et standardisés comme HTML et JavaScript, Semantic-UI s’adresse à ceux qui cherchent à développer des interfaces frontend à un rythme rapide et à générer des mises en page de sites web responsives en utilisant un HTML concis, des outils de débogage simplifiés et des milliers de variables thématiques. Avec plus de 50 composants d’interface utilisateur et 5 000 commits, c’est un framework qui joue bien avec d’autres bibliothèques et vous permet une grande flexibilité.
  • Materialize : Comme son nom l’indique, ce framework frontend accélère le développement de sites web modernes et responsives, tout en utilisant une approche de conception matérielle. Quelques thèmes sont inclus avec le framework, et les développeurs sont invités à utiliser JavaScript et CSS pour manipuler les composants, générer des éléments tels que des formulaires, et produire des conceptions web avec des éléments graphiques audacieux et du mouvement pour attirer l’attention.
  • Backbone.js : Fonctionnant comme une bibliothèque pour les applications web, Backbone.js fournit une plateforme accélérée pour travailler sur des projets avec JavaScript, et pour créer des applications web à page unique, mais avec les avantages supplémentaires de la synchronisation de plusieurs parties de l’application web. Il fonctionne avec jQuery et d’autres frameworks et bibliothèques comme Underscore.js.
  • Foundation : Vous pouvez créer un large éventail d’applications web, de sites et même d’e-mails HTML avec Foundation, car le framework frontend présente une grille rapide et responsive pour le développement avec CSS et HTML. Le développeur peut tirer parti d’éléments de base comme les boutons, les snippets et les menus de navigation, tout en utilisant des modèles pré-construits. Cela fait de Foundation un choix courant pour de nombreux développeurs frontend – puisqu’il offre certains des modèles les plus courants nécessaires à la création d’un site web mobile.

Langages backend

Vous avez peut-être remarqué que tous les frameworks et bibliothèques des sections précédentes fonctionnent avec des langages de programmation spécifiques. Cela s’explique par le fait que les frameworks servent de base au développement d’applications web frontend ou backend. Les langages de programmation sont les éléments qui maintiennent ces bases ensemble.

Pour en revenir à notre analogie avec la construction d’une maison, les frameworks sont comme des collections de fenêtres, de cloisons sèches et d’outils utilisés pour construire la maison. Les langages de programmation sont comme les matières premières qui entrent dans ces éléments pour les faire fonctionner, comme la colle, le verre et le bois pour les fenêtres.

Les langages de programmation permettent aux développeurs d’écrire des scripts, des instructions et des fichiers de site qui sont finalement exécutés par un ordinateur. Par conséquent, un développeur frontend ou backend doit bien connaître un langage particulier pour créer une application ou un site web avec un framework.

Ils peuvent ensuite utiliser les frameworks comme raccourcis tout en saisissant leur code personnalisé dans la même langue. Les langages sont saisis dans quelque chose comme un éditeur de texte ou de HTML, compilés pour l’organisation, puis convertis en langage machine afin que l’ordinateur puisse traiter les données et exécuter l’ensemble des instructions requises.

Les langages backend sont en corrélation directe avec les frameworks backend et aident à traiter les fonctionnements backend comme la logique d’entreprise, les appels de base de données, la mise en réseau, le traitement des images, et bien plus encore.

Site web du langage de programmation PHP.
Site web du langage de programmation PHP.

Ces langages sont le plus souvent utilisés dans les frameworks backend, ou chaque fois que l’on travaille sur un projet backend sous quelque forme que ce soit :

  • PHP : Peut-être l’un des langages backend les plus connus, PHP fournit un langage de script général et complet pour toutes sortes de développement web. Il interagit avec le langage frontend HTML, mais différemment de la façon dont JavaScript interagit. Il est disponible pour tous les principaux systèmes d’exploitation, offre des rapports d’erreurs, est sécurisé et donne au développeur un contrôle extrême sans utiliser de longues lignes de code.
  • Java : Ce langage côté serveur a été introduit en 1995, ce qui le rend fiable pour les applications mobiles, les applications de bureau, les serveurs web, les applications web, les connexions aux bases de données, et plus encore. Bien que beaucoup pensent que Java est le prédécesseur, ou d’une certaine manière lié, à JavaScript, ce sont des langages entièrement différents. En ce qui concerne les caractéristiques, Java est un langage gratuit et open source, il fonctionne sur la plupart des systèmes d’exploitation majeurs et il est plutôt sûr, rapide et simple à utiliser. Il s’agit d’un langage orienté objet pour un environnement de développement gérable, et de nombreuses personnes passent de Java à C++ (ou de Java à C#) ou inversement, car ces langages sont très similaires.
  • Python : Un autre langage côté serveur grand public s’appelle Python. Vous pouvez trouver Python implémenté sur des applications et des sites web comme Instagram, Facebook, Quora et de nombreuses autres grandes entreprises technologiques. Python fonctionne bien pour les mathématiques, le développement de logiciels, les scripts et son utilisation la plus courante : le développement web backend. L’objectif de Python est d’améliorer la lisibilité, ce qui le rapproche de la langue anglaise.
  • C++ : Souvent enseigné à l’école pour exécuter des fonctions mathématiques, le langage de programmation C++ sert également à générer des applications en ligne, des éléments de sites web et des calculs performants. En tant que langage de programmation populaire (si ce n’est l’un des plus populaires), son utilisation en arrière-plan est pratique pour s’adapter à de multiples plateformes, réutiliser des programmes créés précédemment et s’intégrer avec à peu près n’importe quelle interface utilisateur graphique. Sans compter que le C++ est proche de Java et de C#, de sorte que les personnes apprenant ces langages trouveront facile de passer d’un langage à l’autre.
  • JavaScript : Nous avons dit que JavaScript est différent de Java, et c’est vrai. JavaScript offre un potentiel de développement à la fois pour le backend et le frontend, étant utilisé dans les deux types de frameworks. Lorsqu’il s’agit de développement backend, JavaScript étend tous les langages de base pour fournir des objets spécifiques pour l’ensemble du site web, comme faire communiquer une application avec une base de données.
  • Ruby : Le langage Ruby a continué à gagner en popularité pour le développement backend des applications et sites web, principalement parce qu’il est beaucoup plus facile à lire et à écrire ; il ressemble beaucoup à l’anglais. C’est également un langage orienté objet qui supprime le besoin d’un compilateur pour exécuter des sites web et des applications, et il se marie parfaitement avec son framework partenaire, Rails.

Langages frontend

Les langages frontend utilisés dans le développement côté client sont davantage orientés vers le client. En tant que tels, ces langages sont mieux connus du grand public. Ce sont les langages auxquels la personne moyenne pense lorsqu’on évoque tout type de développement web.

Les langages frontend sont essentiels pour produire des sites, des applications web et des applications mobiles adaptées. C’est grâce à eux que les développeurs génèrent de belles interfaces, des sites web performants et tous les éléments avec lesquels vous interagissez généralement lorsque vous visitez un site web.

Lorsqu’ils choisissent le bon langage frontend, les développeurs commencent par ce qu’ils connaissent, puis optent pour des frameworks et des langages spécifiques qui correspondent au résultat souhaité. Par exemple, HTML offre aux utilisateurs une expérience essentielle et performante, ce qui est logique pour construire des sites web simples. Et le CSS pousse le HTML un peu plus loin lorsqu’il s’agit de style.

Cependant, vous ne devez jamais oublier que certains de ces langages fonctionnent ensemble pour produire le meilleur résultat. De nombreux sites web présentent une combinaison de HTML, CSS et JavaScript qui fonctionnent tous de concert.

Voici les principaux langages de développement frontend :

  • HTML : Synonyme des fondements de la conception web, le HTML (Hypertext Markup Language) est le langage de balisage principal et essentiel pour développer tout type de site web en ligne. Le HTML peut tout composer, du texte aux images, des liens aux rubriques, et fournir certains niveaux de style pour montrer où ces éléments peuvent se retrouver sur la page. En soi, le HTML fonctionne bien pour générer des pages web statiques. Toutefois, lorsqu’il est associé à d’autres langages comme JavaScript et CSS, vous pouvez accomplir des tâches bien plus avancées, générer un style moderne et affecter le comportement d’autres langages dans le codage du site.
  • CSS : Acronyme de Cascading Style Sheets (feuilles de style en cascade), CSS a pour but de manipuler les éléments frontend pour les rendre plus présentables, de réduire la quantité de code HTML nécessaire et de créer des processus de style qui ne sont pas possibles avec le HTML seul. Alors que le code HTML contient le contenu réel du site web (et quelques options de style de base en raison des limites des balises dans le code HTML), les feuilles de style en cascade (CSS) fournissent le style pour ce contenu, et tout cela est stocké dans des feuilles de style externes qui sont placées dans des fichiers CSS sur le serveur.
  • JavaScript : Nous avons parlé de JavaScript comme du langage de programmation le plus populaire pour la section backend, mais il est également considéré comme l’un des langages de référence pour les développeurs frontend. La version frontend de JavaScript travaille en tandem avec HTML et CSS pour produire une belle mise en page. Alors que HTML se concentre sur la structure du document et CSS sur le style, JavaScript fournit une solution essentielle pour permettre au client frontend d’interagir avec le serveur.
  • Dart : Connu pour ses similitudes avec les langages Java et C, Dart est destiné au développement et à la programmation d’applications mobiles, ce qui signifie que vous pouvez créer à peu près tout à partir de ce langage, y compris des applications, des sites web, des serveurs et des logiciels de bureau.

Bases de données

Outre les langages, les frameworks et les bibliothèques, les développeurs frontend et backend diffèrent dans le travail avec les bases de données.

Les bases de données sont généralement gérées uniquement par les développeurs backend. Le développement full-stack traite également les bases de données, mais un travailleur frontend n’interagit avec les bases de données que pour s’assurer que l’interface utilisateur produit les bons résultats.

En bref, un développeur frontend testera la fonctionnalité de la base de données, examinera les résultats et vérifiera si la connexion est fluide. Néanmoins, tout problème trouvé par le développeur frontend sera très probablement documenté et envoyé au développeur backend pour analyse et réparation.

Ainsi, le backend utilise les bases de données, les intègre aux systèmes et les gère pour l’avenir.

Mais quelles bases de données sont utilisées ?

Il existe un grand nombre de bases de données, mais il y a deux types standard pour le développement web backend :

  • Bases de données relationnelles
  • Bases de données non relationnelles

Les bases de données relationnelles, souvent appelées bases de données SQL (Structured Query Language), utilisent des tableaux pour organiser et définir les relations entre les données. SQL est le langage mis en œuvre dans les bases de données relationnelles. Il structure donc les tables, déplace les données et permet aux développeurs d’adapter les fonctionnalités de la base de données à leurs propres besoins.

Lorsqu’il utilise des tables dans une base de données, un développeur backend peut accomplir les tâches suivantes avec facilité :

  • Générer des enregistrements de base de données
  • Mettre à jour des enregistrements de la base de données
  • Supprimer des enregistrements de base de données
  • Rechercher dans l’ensemble de la base de données
  • Remplir les bases de données avec des données en vrac

Les développeurs vont également au-delà de la mise à jour régulière, de la recherche et de la suppression des points de données en maintenant et en optimisant l’ensemble des données. Dans l’ensemble, une base de données SQL est verticalement évolutive, ce qui signifie que vous implémentez n’importe quel système (comme les processeurs et le stockage) dans le développement backend et tirez parti de toutes les ressources disponibles.

Cependant, tous les ordinateurs ont des limites, il peut donc être difficile d’étendre les limites fixées par vos machines actuelles. Supposons que les charges de données dépassent ce qui est offert par la machine actuelle. Dans ce cas, vous devez soit passer à un système plus grand, soit reconfigurer la base de données comme une base de données NoSQL (qui est évolutive horizontalement).

Voici d’autres choses à retenir au sujet des bases de données SQL ou relationnelles :

  • Elles utilisent des schémas prédéfinis et structurés au lieu de schémas de données moins structurés et dynamiques.
  • En raison de leur évolutivité verticale, les bases de données SQL requièrent un matériel performant, souvent spécialisé pour cette tâche. En effet, vous ne voulez pas vous retrouver dans une situation où la base de données ne peut pas supporter l’augmentation des données.
  • Les exemples de bases de données relationnelles (SQL) pour le développement web comprennent MySQL, Sybase, PostgreSQL et Oracle SQL.
  • Les bases de données SQL sont les plus utiles pour les projets qui nécessitent des requêtes de données complexes et la validité des données.
  • Elles ne sont pas idéales lorsqu’il s’agit de stocker des ensembles compliqués de données hiérarchiques.
  • De nombreuses bases de données SQL sont open source, mais vous devrez peut-être payer pour certaines d’entre elles en fonction de votre choix.
MySQL est l'une des bases de données SQL les plus utilisées.
MySQL est l’une des bases de données SQL les plus utilisées.

À l’autre bout du spectre, une base de données non relationnelle ou NoSQL offre une solution de base de données plus facile à mettre à l’échelle que SQL, permettant de stocker des quantités incroyables de données hiérarchiques et de produire des applications web à haute performance. Dans l’ensemble, c’est un type de base de données précieux lorsque les besoins de stockage deviennent trop importants ou lorsqu’il y a une demande immédiate de distribution rapide des données, généralement en temps réel. Il n’est pas étonnant que les plus grands réseaux sociaux et moteurs de recherche comme Facebook, Twitter et Google s’appuient tous sur le support des bases de données NoSQL.

Contrairement au format de table structuré d’une base de données SQL, les bases de données NoSQL, non relationnelles, offrent des technologies avancées pour stocker tout, des données structurées aux données non structurées. Elles prennent même en charge des choses comme le stockage polymorphe.

En effet, NoSQL utilise des bases de données de graphes, des appariements et des journaux de documents au lieu du stockage de base en tableau de SQL. NoSQL a un potentiel d’évolutivité verticale, ce qui minimise le besoin de disposer des machines les plus performantes. Au lieu de cela, il offre un moyen de mise à niveau au fur et à mesure des besoins de développement et des liens vers d’autres machines si nécessaire.

Cela vient également du schéma dynamique de NoSQL. Tout est bien plus flexible avec une base de données non structurée.

Les bases de données non relationnelles comprennent MongoDB, Cassandra, Neo4j et Redis. Ce sont les noms de produits qu’un développeur backend examinerait lors de la mise en œuvre d’une base de données NoSQL.

MongoDB est un exemple de base de données NoSQL.
MongoDB est un exemple de base de données NoSQL.

Voici d’autres réflexions sur les bases de données NoSQL :

  • Elles sont toutes open source.
  • Elles sont les meilleures pour le stockage de quantités massives de données et la flexibilité.
  • Elles ne conviennent pas pour les requêtes complexes. Pour cela, préférez les bases de données SQL.
  • NoSQL se débrouille bien avec le stockage et la gestion des données hiérarchiques.
  • L’idée est de fournir des données rapidement, parfois au détriment de la précision.

Développeurs backend vs frontend : En quoi ces emplois diffèrent-ils ?

Nous connaissons maintenant les outils utilisés (comme les frameworks) et les langages embrassés pour travailler dans les domaines du développement backend vs frontend. Mais qu’en est-il des emplois réels ? À quoi ressemble le travail quotidien d’un développeur frontend ou backend ?

Nous avons expliqué que chaque type de développement nécessite une gamme spécifique de compétences, ce qui implique que le travail à accomplir varie également. Et c’est vrai.

Jetons un coup d’œil aux tâches requises pour chaque type de développement, ainsi qu’aux titres de postes disponibles pour les travailleurs frontend et backend.

Tâches de développement frontend

  • Utiliser des frameworks et créer un nouveau code orienté utilisateur pour l’ensemble de l’architecture, afin de garantir une expérience utilisateur efficace et attrayante.
  • Travailler avec AJAX pour améliorer la façon dont les sites web présentent les données et les éléments interactifs tout en chargeant dynamiquement des données spécifiques du serveur en arrière-plan sans recharger la page.
  • Interagir avec les développeurs backend pour combiner des éléments backend tels que des bases de données avec des composants d’interface frontend tels que des formulaires, des boutons et des menus.
  • Créer des maquettes, des wireframes et d’autres prototypes et les faire passer d’une idée à un produit final.
  • Tester les interfaces et déboguer pour s’assurer que l’expérience utilisateur est aussi irréprochable que possible.
  • Réfléchir à des moyens d’améliorer l’expérience de l’utilisateur, en utilisant une réflexion originale et des compétences en communication pour interagir avec les chefs de produit, les représentants du service clientèle et d’autres parties prenantes.
  • Accepter les suggestions, les critiques et les changements des parties prenantes, et même des utilisateurs, puis convertir ces pensées en solutions codifiées à l’autre bout.
  • Assembler tous les éléments visuels provenant d’autres travailleurs créatifs et rassembler le tout pour s’assurer que tout fonctionne comme prévu. Les développeurs frontend prennent essentiellement tout, des photographies (des photographes) au texte (des rédacteurs), et le moulent dans une œuvre d’art finale.
  • Ils travaillent avec des systèmes de gestion de contenu, des API et d’autres outils pour compléter la conception.
  • Certains développeurs frontend sont également censés fournir des services de conception graphique, du contenu ou tout ce qui se trouve sur la face avant d’un site web ; tout dépend des ressources dont dispose l’entreprise et des autres personnes engagées pour effectuer le travail.

Tâches de développement backend

  • Gérer la logique des applications orientées vers le serveur et trouver comment intégrer des outils essentiels dans l’infrastructure.
  • Mettre en place des bases de données pour tout stocker, des informations de contact par courriel aux profils détaillés des employés, en passant par les rencontres entre personnes ou les produits.
  • S’assurer que les bases de données en arrière-plan sont prêtes à communiquer avec le site web ou l’application.
  • Interagir avec les professionnels de l’informatique au sein de l’organisation pour gérer la maintenance du serveur. Parfois, la majeure partie de la maintenance du serveur tombe entièrement entre les mains d’un développeur backend, selon l’organisation. Certaines entreprises considèrent leurs développeurs backend comme la personne technique omnisciente.
  • Écrire du code pour améliorer la fonctionnalité d’une base de données, améliorer la façon dont le serveur produit des résultats pour l’application finale, et intégrer toutes les pièces mobiles.
  • Utiliser des frameworks pour construire et finaliser l’ensemble de l’infrastructure backend du site web ou de l’application.
  • Contrôler l’état de santé du site web, exécuter les protocoles de sécurité du backend et traiter tous les bogues qui doivent être résolus.
  • Programmer avec des langages backend courants comme Python, Java et PHP.
  • Créer un code propre et bien documenté qui est également portable pour être envoyé aux parties prenantes et être utilisé par d’autres personnes dans l’entreprise pour faire avancer le projet.
  • Collaborer avec les chefs de produit et les autres parties prenantes afin de bien comprendre les fondements du projet. Par conséquent, les compétences en communication sont essentielles, ainsi que la capacité à prendre les informations communiquées et à les transformer en la solution codée la plus efficace possible.

Types d’emplois disponibles pour les développeurs frontend

Les tâches ci-dessus sont toutes réunies pour former un rôle professionnel plus défini pour les développeurs. Pourtant, tous les projets de sites web ne sont pas les mêmes. Certaines entreprises ont besoin de développeurs frontend pour créer des pages de destination mobiles d’une page où vous travaillez principalement avec des interfaces iOS et Android.

Vous avez des problèmes de temps d'indisponibilité et de WordPress ? Kinsta est la solution d'hébergement conçue pour vous faire gagner du temps ! Découvrez nos fonctionnalités

En revanche, une autre entreprise peut vous demander de simplifier un site web riche en données en éliminant l’utilisation excessive du HTML et en élaborant un plan qui utilise principalement JavaScript.

À ce titre, voici quelques-uns des titres de poste que vous pouvez vous attendre à voir pour les développeurs frontend :

  • Développeur CSS
  • Développeur CSS/HTML
  • Gestionnaire de contenu
  • Expert en accessibilité frontend
  • Ingénieur DevOps frontend
  • Ingénieur frontend
  • Expert SEO frontend
  • Ingénieur de test de frontend
  • Développeur frontend web app
  • Concepteur web frontend
  • Développeur full-stack
  • Développeur frontend général
  • Développeur HTML
  • Concepteur IA ou IxD
  • Développeur JavaScript
  • Développeur frontend mobile
  • Développeur de sites
  • Concepteur UX
  • Développeur d’interface utilisateur
  • Concepteur web
  • Développeur WordPress (voir les informations salariales ici)

Types d’emplois disponibles pour les développeurs backend

Comme vous pouvez le voir dans les titres des postes de développeurs frontend, quelques termes courants sont combinés avec des mots plus spécifiques, ce qui permet aux entreprises de cibler exactement le type de personnes dont elles ont besoin. Vous pouvez également voir des titres de postes inventés comme « Something Hacker », « Something Ninja » ou « Something Rockstar» Pourtant, ceux-ci ne nous disent rien et sont généralement une tentative d’une organisation de paraître fantaisiste.

Vous trouverez des tendances similaires pour les titres de postes de développeurs backend, sauf qu’ils font généralement référence au backend, à l’ingénierie ou au type spécifique de langages de programmation utilisés.

Voici quelques exemples :

  • Développeur API backend
  • Développeur backend
  • Ingénieur logiciel backend
  • Développeur Cloud
  • Développeur de bases de données
  • Ingénieur DevOps
  • Développeur eCommerce
  • Développeur fullstack
  • développeur iOS
  • Développeur Java
  • Développeur Node JS Backend
  • Développeur PHP
  • Programmeur
  • Développeur Python
  • Ingénieur logiciel
  • Développeur web
Exemples de titres de postes de développeur backend.
Exemples de titres de postes de développeur backend.

Vous pouvez également voir des titres de postes de développement axés sur le constructeur de sites web, le système de gestion de contenu ou les plateformes eCommerce utilisés, comme développeur Magento, développeur Shopify ou développeur WordPress.

Gardez à l’esprit que de nombreux titres de postes ne sont pas exactement exacts. Tout dépend de la personne qui a rédigé la description du poste et de l’entreprise qui recrute pour ce poste. Par exemple, le titre d’ingénieur logiciel ne signifie pas directement qu’il s’agit d’un développeur backend, mais il est souvent utilisé pour l’indiquer. Un ingénieur logiciel implique techniquement « programmeur, mais pas pour le web », ce n’est donc pas une description précise d’un développeur backend.

Salaire d’un développeur frontend par rapport à un développeur backend

Si vous envisagez de travailler dans le développement de sites web, vous voulez probablement savoir combien vous pourriez être payé après avoir obtenu un diplôme ou suivi un programme de formation.

Alors, quels sont quelques exemples de salaires de développeurs frontend vs backend ?

  • Selon Salary.com, le salaire médian américain d’un développeur frontend est de 119.224 $, allant de 106.000 $ à 130.000 $.
  • Le salaire moyen d’un développeur backend (selon Salary.com) s’élève à 106.255 $. La fourchette se situe entre 91.000 $ et 120.000 $ environ.
  • Glassdoor indique un salaire de base moyen de 87.136 $ pour les développeurs frontend, allant de 52.000 $ à 147.000 $.
  • Les développeurs backend, selon Glassdoor, gagnent un salaire de base moyen de 80.086 $ et se situent entre 48.000 $ et 133.000 $
  • L’analyse d’Indeed.com plonge un peu plus loin dans les salaires moyens et les primes, indiquant que les développeurs frontend aux États-Unis gagnent en moyenne 103.380 $ par an et une prime en espèces d’environ 2.500 $ par an.
  • De plus, selon les données d’Indeed.com, les travailleurs frontend ont un salaire moyen de 117.811 $ par an et des primes de 4.000 $ par an.

Vous pouvez également consulter notre examen approfondi des salaires moyens en développement web pour obtenir des informations sur :

  • La demande d’emploi en développement web
  • Les compétences nécessaires pour devenir un développeur web rémunéré
  • Le salaire moyen d’un développeur web selon plusieurs sources, en fonction de l’expérience professionnelle, du type d’emploi, etc
  • Comment démarrer une carrière de développeur web en indépendant
  • Les salaires par langage de programmation

Nous avons également publié des informations plus détaillées sur le salaire moyen d’un développeur PHP. Cet article est plus spécifique sur les emplois et les salaires du backend, ainsi que sur la question de savoir si le développement PHP est un excellent emploi, pour commencer.

Ce n’est pas une règle absolue, mais les emplois de développement backend offrent un potentiel salarial plus élevé . Pourtant, selon nos sources, de nombreux développeurs frontend obtiennent des salaires de départ et des salaires moyens plus élevés que les développeurs backend. Pourquoi en est-il ainsi ?

Globalement, cela dépend de vos compétences, de la complexité du poste spécifique et de la rapidité avec laquelle vous évoluez au sein d’une entreprise. En outre, le fait de travailler dans certains endroits devrait donner lieu à un salaire plus ou moins élevé en fonction du coût variable de la vie.

Voici des exemples de différences dans les salaires de développement en fonction des lieux :

  • Les développeurs backend gagnent en moyenne plus que les développeurs frontend à San Francisco (156.175 $ pour le backend contre 146.806 $ pour le frontend). Néanmoins, les développeurs frontend ont des salaires moyens plus élevés à Seattle (122.256 $ pour le frontend contre 118.875 $ pour le backend), selon l’analyse régionale des paiements frontend et backend d’Indeed.com.
  • Les villes les mieux payées pour le développement frontend sont San Francisco, Seattle, Los Angeles, Durham, New York, Austin, Chicago et Denver (dans cet ordre). En revanche, les villes les mieux payées pour le développement backend sont San Francisco, San Jose, Boston, New York, Chicago, Seattle, Dallas et Las Vegas (également dans cet ordre).
  • Par rapport à la moyenne nationale, les États où les emplois de développement frontend sont les moins rémunérés sont l’Idaho, le Maine, le Mississippi, le Nouveau-Mexique, l’Alabama, la Caroline du Sud et le Delaware.
  • Par rapport à la moyenne nationale, les États où les emplois de développement backend sont les moins rémunérés sont la Caroline du Sud, le Kentucky, l’Indiana, la Floride, le Kansas, l’Oklahoma, la Louisiane, le Missouri, le Tennessee, le Michigan, le Wisconsin, l’Ohio, le Delaware, le Nevada et l’Utah.

Avec tout cela à l’esprit, nous devons nous rappeler que le coût de la vie change en fonction de votre lieu de travail. Ainsi, un salaire inférieur provenant d’un emploi de développement backend à Indianapolis ira beaucoup plus loin par dollar par rapport à un poste similaire à New York ou Los Angeles.

Dans l’ensemble, il semble que les développeurs backend soient récompensés pour des projets très complexes et techniques, surtout lorsque ce développeur est là depuis longtemps et qu’il devient crucial pour le succès continu d’une entreprise. C’est pourquoi nous avons tendance à voir une croissance plus élevée pour les développeurs backend.

Ceci est quelque peu lié à la perception du développement backend par les non-codeurs. Ils peuvent comprendre le développement frontend en raison de leur familiarité avec les composants visuels. Le développement backend ressemble à du charabia, des bases de données ennuyeuses et des processus magiques que personne d’autre ne comprend à part le développeur.

Cependant, certaines sources affirment que les développeurs frontend ont des salaires moyens et de départ plus élevés. Nous ne pouvons que deviner, mais cela peut être dû à la demande croissante d’interfaces hautement visuelles et interactives, les entreprises technologiques rivalisant pour impressionner les utilisateurs quotidiens avec des designs fantaisistes.

Nous vivons également dans un monde centré sur le mobile, qui tombe presque toujours entre les mains d’un développeur frontend.

Quoi qu’il en soit, le potentiel salarial du développement backend par rapport au développement frontend semble prometteur pour le moment, et pour longtemps. Les nouveaux développeurs talentueux peuvent commencer avec un salaire sain de 50.000 $ et monter jusqu’à six chiffres s’ils produisent des résultats de qualité. Les deux professions sont très demandées et le resteront à mesure que les technologies se développent et évoluent.

Quel type de développement vous convient le mieux ?

Une carrière dans le développement web commence généralement par ce type de question. Souhaitez-vous créer des sites web, des applications et d’autres projets en travaillant sur le frontend ou le backend ? Il est possible de s’immerger dans un environnement de développement full-stack, mais il faut généralement commencer par l’un ou l’autre pour ne pas se laisser déborder.

Alors, comment répondre à cette question ?

Tout d’abord, vous devriez dresser une liste de ce que vous aimez et de la façon dont ces intérêts sont liés à la technologie :

  • Vous aimez les beaux designs, les architectures visuelles et travailler avec des styles pour rendre quelque chose qu’un consommateur peut utiliser ? Si oui, le développement frontend est un excellent point de départ.
  • L’idée d’utiliser la logique combinée à des langages pour manipuler une interface vous semble-t-elle intéressante ? Alors, êtes-vous prêt à vous mettre au défi de résoudre des problèmes pour lesquels vous pourrez éventuellement voir des résultats visibles ? Encore une fois, le développement frontend va de pair avec ces préférences.
  • Vous aimez l’objectivité des mathématiques, l’ingéniosité des algorithmes et l’idée de résoudre des problèmes qui n’ont peut-être pas encore de solution ? Pour ce type de personnes, nous recommandons le développement backend comme entrée en matière.
  • Vous vous intéressez aux bases de données, aux problèmes commerciaux, à la compréhension des serveurs et à la liaison avec des interfaces de cloud ? Tous ces éléments sont liés au monde du développement backend.
  • Vous avez un penchant pour le bricolage d’API, d’extensions et de services tiers ? Le développement backend semble être un parcours professionnel adapté pour vous.

En outre, il se peut que vous deviez opter pour un aspect particulier du monde en développement en fonction de la nécessité ou de ce que votre employeur exige. Par exemple, si un projet nécessite une solution de gestion de base de données, l’organisation doit trouver un développeur backend.

Voici quelques raisons de choisir backend vs frontend en fonction du type de projet :

  • Un développeur backend est nécessaire pour la fonctionnalité de gestion des bases de données.
  • Vous aurez également besoin d’un développeur backend pour la plupart des emplois de programmation.
  • Si la sécurité et l’accessibilité entrent en ligne de compte, engagez un développeur backend.
  • L’utilisation de frameworks fait également partie du domaine du développement backend.
  • Les développeurs frontend doivent maîtriser les langages de programmation côté client tels que CSS, HTML et JavaScript.
  • Un développeur frontend entre généralement en jeu lorsqu’il travaille avec l’automatisation, les API et les systèmes de gestion du contenu.
  • Tout ce qui concerne la convivialité mobile et le responsive est entre les mains des développeurs frontend.
  • Les travailleurs frontend sont aussi généralement amenés à déboguer du code et à tester des interfaces utilisateur.

Et, bien sûr, le choix du développement backend vs frontend dépend des langages et des frameworks nécessaires pour le travail.

Parfois, il ne suffit pas de s’appeler un développeur backend lorsque les entreprises ont besoin d’un développeur backend maîtrisant le langage de programmation Python et le framework Django. On peut dire la même chose du développement frontend. Les projets peuvent rechercher des compétences de développeur frontend en CSS, JavaScript, HTML, et des frameworks comme Angular et React.
Obtenez le scoop sur ces deux termes techniques courants dans ce guide 👩‍💻Click to Tweet

Résumé

Globalement, comparer le développement backend vs frontend nécessite d’examiner les principales différences entre les deux. En outre, il est essentiel d’explorer les frameworks, bibliothèques, langages et bases de données uniques utilisés à des fins backend et frontend.

Considérez le potentiel des types d’emploi pour ces deux côtés du spectre du développement. Il est également intéressant de considérer le montant du salaire.

Les développeurs backend se concentrent davantage sur les développements côté serveur, comme les communications avec les bases de données, l’utilisation des frameworks et la programmation, avec des langages comme JavaScript, Python et PHP dans leur arsenal.

Quant au développement frontend, vous pouvez vous attendre à ce qu’il se concentre davantage sur les défis de conception, de style et de codage afin de générer des interfaces polyvalentes et visuellement attrayantes pour les utilisateurs. À ce titre, les langages frontend comprennent HTML, CSS et JavaScript.

Pour résumer, le développement backend est généralement considéré comme plus technique, le travail frontend étant plus visuel.

Vous avez des questions sur le développement backend vs frontend ? Faites-nous en part dans la section des commentaires ci-dessous. Et oui, nous embauchons.


Économisez du temps et de l’argent et optimisez les performances de votre site avec :

  • Aide instantanée des experts en hébergement WordPress, 24/7.
  • Intégration de Cloudflare Enterprise.
  • Une audience mondiale avec 34 centres de données dans le monde entier.
  • Optimisation avec notre surveillance intégrée de performance d’applications (APM).

Tout cela et bien plus encore, dans un seul plan sans contrat à long terme, avec des migrations assistées et une garantie de remboursement de 30 jours. Pour trouver le plan qui vous convient, Découvrez nos plans ou contactez nous.