Avec Amazon Web Services et Microsoft Azure, Google Cloud Platform (GCP) est l’un des fournisseurs de services de cloud computing les plus populaires au monde.

GCP propose une large gamme de produits cloud, des machines virtuelles « Compute Engine » aux clusters Kubernetes gérés, en passant par les services DNS et CDN premium. Dans cet article, nous allons jeter un coup d’œil à certains des produits les plus populaires de GCP qui peuvent déployer un site WordPress très performant.

Chez Kinsta, notre infrastructure d’hébergement est propulsée par Google Cloud Platform. Nous avons opté pour GCP il y a quelques années après avoir testé plusieurs fournisseurs de cloud de premier plan. Pour nous, Google Cloud offrait la meilleure combinaison de performances, de sécurité et de fonctionnalités.

Puisque Kinsta est un hébergeur WordPress infogéré, nous nous occupons de toutes les mises à jour et de l’administration du logiciel côté serveur afin que les clients puissent se concentrer sur la gestion de leurs sites avec notre tableau de bord MyKinsta personnalisé.

Avance rapide jusqu’en 2022, et tous les sites hébergés sur Kinsta sont propulsés par les VM les plus rapides du Compute Engine de GCP et par leur réseau Premium Tier super rapide.

Vous ne savez pas ce que cela signifie ? Regardons de plus près le Google Cloud Compute Engine !

Compute Engine sur la plateforme Google Cloud

Compute Engine est le produit de machine virtuelle (VM) de Google Cloud. En 2021, une machine virtuelle est généralement synonyme du terme « serveur ». En d’autres termes, si vous entendez quelqu’un dire qu’il doit configurer un serveur pour son projet, cela signifie généralement qu’il est en train de configurer une machine virtuelle.

Qu’est-ce qu’une machine virtuelle Compute Engine ?

Une machine virtuelle alloue des ressources informatiques, notamment des cœurs de CPU, de la RAM, du stockage sur disque SSD ou mécanique, et de la connectivité réseau. Les machines virtuelles sont dérivées des machines physiques et représentent une partie des ressources de la machine physique sous-jacente.

Par exemple, une machine physique dotée de 128 cœurs de CPU, de 128 Go de RAM et de 1 To de stockage SSD peut être divisée en 4 VM, chacune dotée de 32 cœurs de CPU, de 32 Go de RAM et de 250 Go de stockage SSD.

En pratique, les VM des fournisseurs de premier plan comme la plateforme Google Cloud offrent un niveau d’évolutivité flexible que les machines physiques traditionnelles ne peuvent égaler.

Pour illustrer cela, imaginez que votre site WordPress permette aux internautes de réserver des restaurants.

Pendant la semaine, le site ne reçoit pas beaucoup de trafic. Le vendredi soir, le trafic augmente et se poursuit tout au long du week-end. Si votre site était hébergé sur un serveur physique, vous auriez affaire à des ressources statiques et non évolutives (par exemple, 16 cœurs de processeur, 32 Go de RAM, 500 Go de stockage SSD). Cela signifie que votre machine ne serait rentable que du vendredi au dimanche, et moins du lundi au jeudi.

En revanche, une VM Compute Engine vous permet d’allouer un niveau minimum de ressources pendant la semaine (par exemple, 4 cœurs de CPU, 16 Go de RAM, 500 Go de stockage SSD) et d’augmenter vos ressources informatiques en réponse à l’augmentation du trafic pendant le week-end. Après le pic de trafic du week-end, vous pouvez revenir à la configuration initiale. Comme Google Cloud offre une puissante API pour les développeurs, le processus de mise à l’échelle peut même être automatisé !

Familles de machines Compute Engine

Avant de voir comment Compute Engine peut être utilisé pour héberger un site WordPress, passons en revue les différentes familles de machines disponibles dans Compute Engine.

Machines virtuelles E2

Les VM E2 sont conçues pour des scénarios informatiques quotidiens à faible coût. Elles sont idéales pour l’hébergement de petits sites web et d’applications, de micro-services et d’environnements de développement. Bien que Google ne l’indique pas explicitement, beaucoup considèrent la famille de machines E2 comme un remplacement plus rapide et moins cher de la famille de machines N1 vieillissante.

Les VM E2 utilisent des CPU x86 d’Intel et d’AMD, mais contrairement aux VM d’autres familles de machines, elles ne vous permettent pas de choisir une génération spécifique de puces. Au lieu de cela, les VM E2 utilisent une technologie propriétaire « d’équilibrage de la charge des ressources » pour allouer dynamiquement les CPU en fonction de leur disponibilité. Cela signifie qu’une VM E2 peut être alimentée par différentes puces Intel (Skylake, Broadwell et Haswell) et AMD EPYC Rome.

Grâce à la technologie d’équilibrage des charges de Google, qui comprend des planificateurs de CPU personnalisés et des migrations de CPU en fonction des performances, les VM E2 peuvent maintenir un niveau de performance constant malgré les variations du matériel physique qui alimente la VM.

Machines virtuelles N1

À l’instar de la famille VM E2, les VM N1 sont également des machines virtuelles moins coûteuses à usage général, destinées aux besoins informatiques quotidiens. Cependant, elles utilisent des processeurs Intel plus anciens et ont un rapport prix/performance inférieur à celui des VM E2. Ainsi, à moins que vous n’ayez une raison spécifique de choisir les VM N1, les VM E2 peuvent atteindre le même niveau de performance à un prix inférieur.

Machines virtuelles N2

Les VM N2 sont une alternative plus performante aux VM N1 et E2. Contrairement aux machines N1 et E2, les VM N2 sont équipées de CPU Intel Cascade Lake plus récents qui, selon Google, offrent 20 % de performances supplémentaires au même prix que les VM de niveau inférieur. Pour les cas d’utilisation gourmands en mémoire, les VM N2 peuvent être configurées avec jusqu’à 25 % de mémoire supplémentaire par CPU.

Machines virtuelles N2D

Les VM N2D sont similaires aux VM N2, mais délaissent les processeurs Intel au profit des puces AMD. Par rapport aux VM N2, les VM N2D peuvent être configurées avec 144 CPU et 256 Go de RAM supplémentaires. Ainsi, si vous recherchez une machine polyvalente très performante, capable de supporter un nombre très élevé de cœurs de CPU et des limites de mémoire, les VM N2D constituent un choix solide.

Machines virtuelles C2

Les VM C2 sont des machines de haute performance « optimisées pour le calcul ». Les VM C2 sont équipées de CPU Intel Xeon haut de gamme, qui permettent des vitesses d’horloge soutenues de 3,8 GHz. En comparaison, les machines E2, N2 et N2D utilisent des CPU Intel de niveau inférieur qui ne peuvent pas atteindre 3,8 GHz. Les VM C2 sont conçues pour les applications gourmandes en CPU, comme l’automatisation de la conception électronique, les jeux, certains types de modélisation scientifique et les applications single-thread.

Chez Kinsta, nous utilisons des machines virtuelles C2 pour propulser notre pile d’hébergement dans tous les emplacements supportés. WordPress étant une application à un seul thread (chaque worker PHP ne peut utiliser qu’un seul thread CPU), les performances du site pour les requêtes non mises en cache dépendent fortement de la vitesse d’horloge du CPU. En fait, après avoir déplacé notre infrastructure des VM N1 aux VM C2, nous avons constaté une augmentation de 200 % des performances des sites hébergés sur Kinsta.

Machines virtuelles M1/M2

Les VM M1 et M2 sont idéales pour les charges de travail gourmandes en mémoire, telles que les grandes bases de données en mémoire (non persistantes), les entrepôts d’entreprise, les applications d’analyse de données, etc. Les VM M1 offrent jusqu’à 4 To de mémoire, tandis que les VM M2 peuvent être configurées avec jusqu’à 12 To de mémoire.

Machines virtuelles A2

Les VM A2 sont les machines les plus récentes de la gamme Compute Engine de GCP. Comme les VM M1 et M2, les VM A2 sont conçues pour des charges de travail particulières. Les VM A2 peuvent être équipées d’un maximum de 16 GPU Tensor Core NVIDIA Ampere A100 de haute performance et sont conçues pour développer et entraîner des modèles d’apprentissage machine et de deep learning.

Configuration de VM Compute Engine

Pendant le processus de configuration de la VM Compute Engine, vous pouvez sélectionner la région et les spécifications de votre VM (famille de machines, CPU et RAM). Vous pouvez également spécifier un système d’exploitation (Debian, Ubuntu, Windows Server, etc.) pour le disque de démarrage et attacher des périphériques de stockage secondaires locaux et persistants.

Configuration de la VM Compute Engine.
Configuration de la VM Compute Engine.

Pour héberger un site WordPress, vous voudrez peut-être joindre un SSD local comme cache Redis et plusieurs SSD persistants pour stocker la base de données et les fichiers d’installation de WordPress.

Au-delà des options de configuration de base des VM, Compute Engine vous permet également de spécifier des options avancées : comptes de service pour l’accès aux API, règles de pare-feu basées sur l’IP pour restreindre le trafic vers/depuis des ports spécifiques, clés SSH, etc.

Après avoir déployé une VM Compute Engine, vous aurez accès à des ressources informatiques soutenues par le matériel et le réseau hautes performances de Google. Toutefois, il est important de garder à l’esprit que même si l’infrastructure de Google est sécurisée au niveau matériel, c’est à vous de gérer la sécurité au niveau logiciel et applicatif.

En pratique, cela signifie que pour utiliser Compute Engine en toute sécurité, vous devrez avoir des compétences en matière de DevOps et d’administration système pour installer des mises à jour logicielles, configurer divers logiciels liés à WordPress tels que PHP, Nginx et Redis, ajuster les règles du pare-feu pour répondre aux failles de sécurité, configurer des tâches cron pour automatiser l’optimisation des bases de données, etc.

Bien que le fait d’avoir accès à une infrastructure informatique de classe mondiale soit certainement formidable, la gestion de votre propre infrastructure d’hébergement WordPress dans l’environnement de cyber-sécurité actuel peut être délicate. Ainsi, à moins que vous n’ayez une raison et les ressources nécessaires pour gérer votre propre infrastructure WordPress sur GCP, nous vous recommandons d’utiliser plutôt un hébergeur WordPress infogéré qui prend en charge Google Cloud Platform.

Cloud DNS sur la plateforme Google Cloud

Avec AWS Route53 et Cloudflare DNS, GCP Cloud DNS est un autre service DNS premium très apprécié. Cloud DNS est souvent classé comme l’un des services DNS les plus performants en termes de vitesse, de latence et de disponibilité.

Selon DNSPerf, un site web qui classe des dizaines de services DNS de différents fournisseurs, Cloud DNS a un temps de disponibilité de 99,2 % et un temps de requête moyen de 51 ms. Bien que Cloud DNS soit plus lent que Cloudflare DNS (12,61 ms) et AWS Route53 (31,37 ms), il est toujours considéré comme une option rapide et fiable pour résoudre les requêtes DNS.

Si vous construisez votre infrastructure d’hébergement WordPress sur Google Cloud Platform, vous aurez besoin d’un service DNS pour résoudre les requêtes de noms de domaine vers l’adresse IP de votre serveur. Si vous êtes lié à GCP, Cloud DNS est une option solide pour le DNS. Cependant, si votre cas d’utilisation vous permet de mélanger les fournisseurs, Cloudflare et Route53 sont des solutions DNS alternatives qui offrent des performances légèrement meilleures que Cloud DNS.

Cloud CDN sur la plateforme Google Cloud

Un réseau de diffusion de contenu (CDN) est nécessaire pour tout site WordPress ou application web en 2021. De nos jours, il est courant qu’un site web reçoive du trafic du monde entier, il est donc crucial de décharger les ressources statiques comme les fichiers CSS et JS, les polices et les images vers des centres de données plus proches de vos visiteurs.

Google Cloud CDN est un CDN haut de gamme qui s’appuie sur des technologies telles que Anycast IPs, HTTP/2 et QUIC pour assurer une diffusion rapide des ressources statiques aux visiteurs du site. Cloud CDN s’intègre au produit HTTPS Load Balancer de GCP, ce qui signifie que votre site peut être configuré avec une seule adresse IP Anycast tout en servant des ressources statiques à partir des centres de données GCP du monde entier.

Le réseau Cloud CDN est constitué de plus de 130 points de présence ou PoP (Kinsta CDN est alimenté par Cloudflare et prend en charge plus de 200 PoP) dans le monde entier. Grâce aux relations de Google avec les FAI du monde entier, Cloud CDN peut fournir des ressources statiques aux utilisateurs en un seul saut de réseau dans la plupart des endroits. En outre, le trafic du Cloud CDN est automatiquement crypté et transite par le réseau privé en fibre optique de Google, ce qui le met à l’abri des sauts de réseau supplémentaires et inutiles entre l’origine et l’utilisateur.

Pour les utilisateurs avancés, Cloud CDN est également compatible avec d’autres produits GCP comme Cloud Storage (stockage d’objets) et Stackdriver (surveillance). Il est capable de mettre en cache des fichiers d’une taille maximale de 5 To et prend même en charge les URL signées pour un accès temporaire autorisé à une ressource.

Si vous déployez un site WordPress sur la plateforme Google Cloud, Cloud CDN est une excellente solution CDN pour diffuser les ressource statiques aux visiteurs de manière rapide et efficace.

Internet Networking sur la plateforme Google Cloud

Lorsque l’on réfléchit aux différents facteurs qui influent sur les performances d’un site, il est souvent facile de négliger l’importance d’un réseau de haute qualité.

Imaginez que vous essayez de vous rendre en voiture de votre maison au supermarché local. Même si vous avez une voiture super rapide, le temps nécessaire pour vous rendre au supermarché sera très probablement déterminé par des facteurs tels que la circulation, l’état de la route, les panneaux stop et les feux de signalisation.

En gardant cela à l’esprit, optimiser le trajet en trouvant une route à faible trafic avec un minimum de panneaux de stop et de feux de circulation vous aidera à tirer parti de votre voiture super rapide.

Le même concept s’applique à l’hébergement, et c’est souvent un sujet dont les hébergeurs ne parlent pas.

Disons que votre site est hébergé à San Francisco et que vous attirez des visiteurs du monde entier. Le trafic provenant de visiteurs de New York, de Suède, de Taïwan et du Cap passera par différents câbles de réseau, dont beaucoup se trouvent au fond de l’océan, pour arriver sur votre site. Une fois que votre serveur a traité la demande, la réponse doit être renvoyée au visiteur par les câbles du réseau.

De la même manière qu’il existe différentes routes pour aller de votre maison au supermarché local, il existe différents câbles de réseau pour que le trafic internet puisse aller d’un point à un autre. Comme les routes dans le monde physique, certaines voies de trafic internet sont plus récentes, plus rapides, plus fiables et moins encombrées que d’autres.

Au cours des deux dernières décennies, Google a mis en place l’un des plus grands réseaux internet privés du monde. En 2017, Google a estimé que son réseau acheminait « 25 à 30 % de tout le trafic internet ». En fait, Google possède actuellement une participation dans plus de 63.000 miles de câbles de réseau sous-marins dans le monde entier.

Google met son réseau privé haute performance à la disposition des clients de Google Cloud Platform via son réseau « Premium Tier ». C’est le réseau que nous utilisons pour tous les sites hébergés sur Kinsta. GCP propose également un niveau de réseau plus lent et moins fiable, appelé réseau « Standard Tier ».

Réseau de niveau standard GCP

Selon Google, le réseau Standard Tier « offre une qualité de réseau comparable à celle des autres grands clouds publics, à un prix inférieur à celui de notre Premium Tier ».

Contrairement à Google, de nombreux autres fournisseurs de services de cloud, comme DigitalOcean et Linode, ne disposent pas d’un solide réseau mondial privé pour acheminer le trafic Internet. Au lieu de cela, ils acheminent principalement le trafic via les réseaux des fournisseurs de services Internet (FSI) sur l’Internet public.

Le trafic acheminé via l’internet ouvert est généralement optimisé en fonction du coût, ce qui signifie qu’il peut être soumis à plusieurs « sauts » supplémentaires avant d’atteindre sa destination.

Pour revenir à notre analogie avec le trafic dans le monde réel, vous pouvez considérer le réseau de niveau standard comme des routes locales et le réseau de niveau premium comme des autoroutes. En utilisant les routes locales, ou le réseau de niveau standard, vous devrez probablement faire face à un plus grand nombre d’arrêts dus aux feux de signalisation, à la construction de routes, etc.

Disons que votre site est hébergé dans le centre de données de GCP en Virginie et qu’il utilise le réseau Standard Tier. Si vous recevez la visite d’un utilisateur à Londres, au Royaume-Uni, l’acheminement du trafic entre la Virginie et Londres sera géré par les FAI et non par Google.

Du point de vue du visiteur, cela signifie que la requête adressée à votre site peut être acheminée vers différents endroits avant d’atteindre votre serveur en Virginie. Inversement, la réponse de votre serveur peut devoir voyager vers un autre endroit avant d’être acheminée vers Londres, au Royaume-Uni.

En fin de compte, ces sauts supplémentaires se traduisent par une latence additionnelle, ce qui nuit à tout, de l’expérience de l’utilisateur aux revenus de l’entreprise.

Réseau GCP Premium Tier

Le réseau Premium Tier de Google Cloud Platform est un cran au-dessus du réseau Standard Tier en termes de performances, de fiabilité et de disponibilité.

Le réseau Premium Tier utilise autant que possible le réseau privé de Google. Lorsque vous utilisez le réseau Premium Tier, vous pouvez vous attendre à ce qu’il y ait moins de sauts entre la source et la destination, car l’acheminement du trafic n’est plus optimisé en fonction des coûts. Au lieu de cela, Premium Tier optimise la vitesse et les performances.

Investissements de Google dans les câbles sous-marins.
Investissements de Google dans les câbles sous-marins.

Le réseau Premium Tier de Google se compose de plus de 100 points de présence (PoP) dans le monde, dont beaucoup sont reliés par des câbles sous-marins privés. En 2021, Google a investi dans 18 installations de câbles sous-marins (plus de 63.000 miles), dont six lui appartiennent en propre. Les câbles sous-marins appartenant à Google s’étendent dans le monde entier et relient des sites clés en Amérique du Nord, en Amérique du Sud, en Asie, en Europe et en Afrique.

Les récents investissements de Google dans les câbles sous-marins comprennent Firmina (de la côte Est des États-Unis à l’Argentine), Echo (de la Californie à Singapour et à l’Indonésie) et Grace Hopper (de New York à l’Espagne et au Royaume-Uni).

Si l’on reprend l’exemple précédent (acheminement du trafic entre la Virginie et Londres), l’acheminement via le réseau Premium permet au trafic de passer par les câbles sous-marins transatlantiques de Google. Ainsi, au lieu de passer par plusieurs FAI publics, le trafic serait acheminé directement de la Virginie à Londres via le réseau privé de Google. Une fois que le trafic arrive au centre de données de Google à Londres, il est récupéré par le fournisseur d’accès Internet du visiteur et servi en conséquence.

Réseau de niveau standard GCP vs. réseau de niveau Premium

Le réseau Premium Tier de GCP est beaucoup plus rapide et plus fiable que son réseau Standard Tier. Selon Cedexis, lors d’un test d’équilibrage de charge commandé par Google, le réseau Standard Tier pouvait supporter un trafic de 3.223 kbps, tandis que le réseau Premium Tier pouvait supporter un trafic de 5.401 kbps, soit une différence significative de 1,7 fois. Dans un. autre test mené par Cedexis, ils ont constaté que le réseau Premium Tier de GCP offrait une latence inférieure de 30 %.

Latence de GCP Standard Tier et Premium Tier.
Latence de GCP Standard Tier et Premium Tier.

En termes de prix, le réseau Premium Tier est au moins 24-33 % plus cher que le Standard Tier (Premium Tier est disponible sur tous les plans Kinsta sans coût supplémentaire). Le réseau Premium Tier offre les meilleures performances possibles pour les sites WordPress ou les applications web qui nécessitent une pile d’hébergement entièrement optimisée.

WordPress sur la plateforme Google Cloud

Maintenant que nous avons passé en revue les différents produits de Google Cloud Platform qui peuvent être assemblés pour créer une infrastructure d’hébergement de haute performance pour un site WordPress, plongeons encore plus loin et examinons exactement pourquoi Google Cloud Platform est une solution idéale pour l’hébergement de sites WordPress de toutes formes et de toutes tailles.

Les sites WordPress sont dynamiques

Contrairement aux sites statiques, les sites WordPress sont dynamiques par nature. Les sites statiques reposent sur des fichiers HTML, CSS et JS pré-construits qui peuvent être déployés directement sur un CDN. Lorsqu’un visiteur demande une page sur un site statique, le contenu HTML n’est pas construit en temps réel. Cela signifie que les sites statiques ne nécessitent pas un serveur puissant fonctionnant en arrière-plan pour construire les pages au fur et à mesure qu’elles sont demandées.

D’autre part, les pages non mises en cache sur les sites WordPress doivent être créées en temps réel. En outre, les processus backend comme le tableau de bord d’administration de WordPress, les tâches cron et les extensions de sauvegarde nécessitent tous des ressources informatiques pour être utilisés ou exécutés. Ainsi, les performances d’un site WordPress dépendent fortement des ressources informatiques du serveur hôte (CPU et RAM).

WordPress n’est pas conçu pour le multi-cœurs

Maintenant que nous avons établi que les sites WordPress reposent sur un serveur actif en arrière-plan, examinons les limites de WordPress en matière de calcul. De nos jours, il est courant que les ordinateurs soient équipés de plusieurs cœurs de processeur et que les applications utilisent plusieurs cœurs en tandem pour accomplir une seule tâche. Par exemple, les applications de retouche photo comme Adobe Photoshop peuvent utiliser plusieurs cœurs de processeur pour accélérer le traitement des images.

WordPress fonctionne un peu différemment. Lorsqu’une requête d’un visiteur arrive sur votre serveur web (généralement Nginx ou Apache), elle est traitée et transmise à un processus enfant de PHP-FPM, un gestionnaire de processus FastCGI pour PHP qui aide à gérer l’exécution du code PHP. Une fois que la requête a été transmise au processus enfant, souvent appelé « worker PHP », il exécute le code avec les ressources informatiques du serveur.

La RAM et la vitesse du SSD sont des facteurs de performance importants, mais ils constituent rarement le goulot d’étranglement pour les sites WordPress à fort trafic. Au lieu de cela, les performances du processeur sont souvent ce qui a le plus d’impact sur les performances de WordPress.

De nombreux aspects d’un processeur ont un impact sur les performances, et la fréquence d’horloge figure en tête de liste. La fréquence d’horloge d’un processeur détermine le nombre d’instructions qu’il peut exécuter par seconde. En général, un CPU avec une fréquence d’horloge plus élevée peut traiter plus de données en moins de temps.

Étant donné que WordPress ne peut pas utiliser plusieurs cœurs de processeur pour traiter une seule requête, l’utilisation d’un processeur avec une fréquence d’horloge élevée permet de traiter plus de requêtes en moins de temps. C’est pourquoi Google Cloud Platform est un excellent choix pour l’hébergement de sites WordPress.

Outre les machines polyvalentes E2, N1, N2 et N2D, qui utilisent des CPU dont la fréquence d’horloge est comprise entre 2,0 et 2,8 GHz, Google Cloud Platform propose également des machines C2 « optimisées pour le calcul » équipées de CPU Intel Xeon haut de gamme capables de fonctionner à 3,8 GHz. Le gigahertz (GHz) est une mesure qui signifie « 109 cycles de CPU par seconde », de sorte que les vitesses d’horloge peuvent être comparées linéairement. En d’autres termes, un CPU à 4 GHz est deux fois plus rapide qu’un CPU à 2 GHz.

En gardant cela à l’esprit, il est facile de comprendre pourquoi les VM C2 et WordPress vont de pair. WordPress prospère avec des processeurs rapides, et les VM C2 ont certains des processeurs les plus rapides disponibles pour les consommateurs. Après être passé des machines N1 aux machines C2 pour notre infrastructure, nous avons constaté une amélioration de 200 % pour les sites hébergés sur Kinsta, et ce chiffre correspond au passage de la vitesse d’horloge de 2,0 GHz à 3,8 GHz.

Plus de latence, plus de taux de rebond

En 2022, l’internaute moyen est bombardé quotidiennement d’articles de blog, de vidéos, de publicités et de messages sur les médias sociaux. En tant que propriétaire de site web, il est important de s’assurer que votre site se charge aussi rapidement que possible sur un large éventail d’appareils, car les utilisateurs n’attendront pas le chargement d’un site lent.

Selon Layer0, les sites eCommerce dont le temps de chargement des pages est inférieur à une seconde voient leur taux de conversion augmenter de 15 à 30 %. En d’autres termes, si vous n’êtes pas en mesure de présenter aux visiteurs un contenu presque immédiatement, vous constaterez très probablement une augmentation du taux de rebond et une baisse du trafic.

Si la vitesse est le maître du jeu, alors l’hébergement de WordPress sur un cloud premium comme Google Cloud Platform est tout à fait logique. Non seulement GCP dispose de certaines des machines virtuelles les plus rapides du marché, mais elle offre également tous les composants d’infrastructure nécessaires pour que votre site se charge aussi rapidement que possible.

Le cloud CDN de GCP vous permet de décharger des ressources statiques vers des centres de données du monde entier. En même temps, leur réseau Premium Tier optimise l’acheminement du trafic pour vous donner un avantage sur les sites qui s’appuient sur les FAI publics pour gérer l’ensemble de l’acheminement de leur trafic.

Une puissante API pour les développeurs

Google Cloud Platform offre une API de développeur puissante et complète pour les architectes de cloud, les sysadmins, les ingénieurs DevOps, et plus encore. Si vous envisagez d’héberger un site WordPress sur Google Cloud Platform, nous vous recommandons de vous familiariser avec les API Google Cloud et le SDK Google Cloud pour rationaliser les tâches et vous faciliter la vie.

Par exemple, vous pouvez utiliser l’API Google Cloud pour automatiser la mise à l’échelle de votre instance en réponse à votre logiciel de surveillance du trafic. De même, vous pouvez utiliser l’outil gcloud inclus dans le SDK Google Cloud pour configurer des règles de pare-feu, provisionner et attacher des SSD supplémentaires à vos VM Compute Engine, configurer une zone CDN Cloud, etc.

Comment héberger un site WordPress sur la plateforme Google Cloud

Il existe plusieurs façons d’héberger un site WordPress sur Google Cloud Platform, et chaque méthode présente son propre ensemble de compromis et de défis. De plus, comme GCP est en grande partie un service non infogéré, il est important de comprendre l’administration des systèmes pour déployer un site WordPress de manière sécurisée (ou choisissez un fournisseur d’hébergement infogéré comme Kinsta qui peut s’en charger pour vous).

Si vous préférez une approche « Do It Yourself », voici un aperçu des aspects clés dont vous devrez vous occuper. Ainsi, même si nous ne couvrirons pas étape par étape la façon d’héberger un site WordPress sur Google Cloud, nous vous fournirons un aperçu général que vous pourrez utiliser pour commencer.

Héberger WordPress sur GCP Compute Engine

Le moyen le plus simple d’auto-héberger WordPress sur Google Cloud Platform est d’utiliser une VM Compute Engine. Voici les étapes générales que vous devrez suivre pour mettre en place et faire fonctionner un site WordPress.

  1. Déployez une VM Compute Engine dans le tableau de bord GCP. Si vous ne faites que tester WordPress sur Google Cloud dans un contexte de développement, même une VM de la série E2 avec 2 processeurs et 4 Go de RAM devrait suffire. Au cours du processus de déploiement de la VM, vous devrez choisir une distribution Linux, attacher des disques de stockage, configurer des clés SSH, attribuer une adresse IP externe et configurer d’autres réglages facultatifs si nécessaire.
  2. Après le provisionnement de la VM, connectez-vous à celle-ci via SSH et installez et configurez tous les logiciels nécessaires à WordPress. Cela inclut un serveur web comme Nginx ou Apache, PHP, MySQL, et plus encore. Pour une protection supplémentaire au niveau du serveur, l’installation de logiciels de sécurité comme fail2ban et ufw est également recommandée.
  3. Ensuite, vous devrez installer et configurer le logiciel principal de WordPress pour qu’il fonctionne avec votre serveur web et votre configuration PHP.
  4. Enfin, il est bon de mettre en place divers scripts pour automatiser les tâches administratives liées à votre installation WordPress. Par exemple, vous pouvez créer un script pour redémarrer automatiquement PHP, MySQL et d’autres logiciels de votre pile d’hébergement en cas de panne. La mise en place d’un script de démarrage est également recommandée pour s’assurer que votre site reste disponible si votre serveur redémarre en raison d’un arrêt ou de mises à jour logicielles.

Au-delà de ces quatre étapes de base, il existe une infinité de façons de modifier et d’optimiser votre installation WordPress sur la plateforme Google Cloud. Pour faciliter les choses, Google propose une solution de déploiement en un clic pour WordPress, qui provisionne automatiquement une VM Compute Engine exécutant Debian Linux et installe tous les paquets nécessaires à un site WordPress de base – Apache, MySQL, PHP, WordPress, WP-CLI, phpMyAdmin, etc.

Déployer WordPress sur Google Cloud Platform.
Déployer WordPress sur Google Cloud Platform.

Bien que le déploiement de WordPress en un clic par Google Cloud puisse vous aider à démarrer rapidement, vous aurez besoin d’une bonne dose d’expérience en tant qu’administrateur système pour gérer le serveur en toute sécurité.

Kinsta est un hébergeur recommandé par Google Cloud

L’infrastructure d’hébergement WordPress de Kinsta est propulsée par le meilleur de GCP. Pour nos ressources informatiques, nous utilisons des VM optimisées pour le calcul C2 dans tous les sites pris en charge.

Contrairement à d’autres hébergeurs qui ne proposent les VM C2 que sur les plans coûteux (ou pas du tout), nous mettons les serveurs les plus rapides de Google Cloud à disposition sur tous les plans, de Starter à Enterprise et au-delà. En ce qui concerne la mise en réseau, nous utilisons le réseau Premium Tier de GCP, plus onéreux, pour l’acheminement du trafic afin de minimiser la latence et de maximiser la fiabilité.

Bien que nous ne nous appuyions pas sur Cloud DNS et Cloud CDN pour leurs fonctionnalités respectives, nous mettons des services DNS et CDN de premier ordre à la disposition de tous les clients de Kinsta, sans frais supplémentaires.

Kinsta DNS est alimenté par Amazon Route53, qui est près de deux fois plus rapide que le Cloud DNS de GCP selon les benchmarks de DNSPerf. Pour la diffusion de contenu, le CDN de Kinsta est alimenté par le vaste réseau mondial de Cloudflare, qui est plus grand que le réseau du Cloud CDN.

Mieux encore, si vous vous hébergez chez Kinsta, vous n’aurez pas du tout à vous soucier de la gestion des différents éléments de l’infrastructure Google Cloud pour faire fonctionner WordPress. Toutes nos machines virtuelles Compute Engine sont configurées pour que les données des clients soient aussi sécurisées que possible, ce qui signifie que nous avons mis en place divers pare-feu, configurations de logiciels et de ports, ainsi que des autorisations personnalisées pour les utilisateurs.

Nous assurons également le suivi des versions de logiciels pour Linux, PHP, MySQL, Nginx, etc. afin de garantir que les vulnérabilités critiques sont mises à jour et corrigées dès que possible.

MyKinsta – Un tableau de bord personnalisé pour WordPress

Même si vous parvenez à mettre en place votre infrastructure d’hébergement WordPress sur Google Cloud Platform, Google ne fournit aucun outil pour gérer votre site WordPress.

Une option consiste à payer une licence cPanel et à installer le tableau de bord cPanel sur votre serveur. Toutefois, cela ne permet pas de contourner le fait que cPanel a été conçu spécifiquement pour la gestion des sites WordPress.

Nous avons développé notre tableau de bord MyKinsta personnalisé explicitement pour le déploiement et la gestion des sites WordPress. Il est équipé d’outils spécifiques à WordPress, comme Kinsta APM pour surveiller les performances des applications et un bouton pour activer le mode de débogage de WordPress.

Voici quelques autres fonctionnalités et outils que vous pouvez vous attendre à voir dans MyKinsta :

Pour découvrir MyKinsta par vous-même, essayez notre démo gratuite ici !

Support WordPress Premium 24/7

Une chose que vous n’obtiendrez pas en vous auto-hébergeant sur Google Cloud Platform est un support 24/7 pour les problèmes spécifiques à WordPress. GCP propose plusieurs niveaux de support, allant de la gratuité à plus de 500 $ par mois, mais le support se concentre principalement sur les problèmes liés à l’infrastructure.

Puisque Kinsta est un hébergeur WordPress infogéré, notre approche du support client est différente. Notre équipe de support est composée exclusivement d’experts WordPress qui disposent des connaissances et des outils nécessaires pour résoudre les problèmes les plus difficiles.

De plus, nous n’avons pas de support hiérarchisé, ce qui signifie que vous serez toujours mis en relation avec un ingénieur qualifié capable de résoudre le problème en question. Notre équipe est disponible 24/7 via la discussion en direct. Avec un temps de réponse moyen de moins de deux minutes, vous serez dépanné en un rien de temps !

Résumé

Google Cloud Platform devrait figurer en tête de votre liste de fournisseurs de cloud computing à tester pour un hébergement WordPress haute performance. Avec sa large gamme d’infrastructures cloud de premier ordre, ses VM optimisées pour le calcul C2 et ses réseaux à haut débit, GCP dispose de tous les services dont vous avez besoin pour déployer un site WordPress à la vitesse de l’éclair.

Bien que Google Cloud Platform fournisse tous les éléments nécessaires à la création d’un site WordPress hautement performant, l’assemblage de ces éléments peut être une tâche extrêmement longue et difficile, surtout si vous n’avez pas de compétences avancées en matière d’administration système.

C’est là que Kinsta entre en jeu !

Nous avons choisi les meilleurs éléments de Google Cloud Platform (VM C2 et Premium Tier Network) pour concevoir l’ensemble de notre infrastructure d’hébergement WordPress infogéré. Contrairement à d’autres hébergeurs qui facturent davantage pour les VM C2, nous mettons les serveurs et le réseau les plus rapides de Google à la disposition de tous les plans, sans frais supplémentaires.

En outre, vous n’avez jamais à vous soucier de la maintenance de l’infrastructure et de la sécurité sur Kinsta, car tout cela est pris en charge par nos experts sysadmins et ingénieurs DevOps. Vous pouvez donc consacrer votre temps à ce que vous faites le mieux : développer votre activité et votre audience.

Si tout cela vous convient, cliquez ici pour en savoir plus sur l’hébergement de WordPress sur Google Cloud avec un plan d’hébergement infogéré Kinsta !


Économisez du temps et de l’argent et optimisez les performances de votre site avec :

  • Aide instantanée des experts en hébergement WordPress, 24/7.
  • Intégration de Cloudflare Enterprise.
  • Une audience mondiale avec 35 centres de données dans le monde entier.
  • Optimisation avec notre surveillance intégrée de performance d’applications (APM).

Tout cela et bien plus encore, dans un seul plan sans contrat à long terme, avec des migrations assistées et une garantie de remboursement de 30 jours. Pour trouver le plan qui vous convient, Découvrez nos plans ou contactez nous.